ANALYSEDISQUESFAITS DIV.HISTOIREINTERVIEWLIVRESPORTRAIT
STATS MOIS NOVEMBRE 2018
80.890 visiteurs
530.079 pages visitées
(source AW Stats)

BLUES, SOUL, REGGAE, RAP, WORLD MUSIC...


ARETHA FRANKLIN BIOGRAPHIE/PORTRAIT DE LA 'LADY SOUL'

Saluée par le producteur Jerry Wexler comme « la meilleure vocaliste noire de son époque », Aretha Franklin est devenue rapidement la « Lady Soul » de l’Amérique Noire des années soixante. Avec ses 42 albums studio et ses 75 millions de disques vendus à ce jour, la chanteuse est la première artiste noire à avoir surpasser le légendaire Elvis Presley.


ARETHA FRANKLIN, CHANTEUSE DE GOSPEL

Bénéficiant des conseils de son père, le Révérend L. C. Franklin et de personnalités du monde du gospel comme Clara Ward, Mahalia Jackson et James Cleveland – qui lui apprend quelques rudiments de piano – Aretha Franklin (née le 25 mars 1942 à Memphis, Tennessee) chante d’abord dans le chœur de la New Baptist Church à Détroit et lors de tournées d’évangélisation organisées par son père.


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


À l’âge de quatorze ans, elle grave, pour 'Chess', quelques faces aux intonations blues qui seront par la suite rééditées par 'Vogue', ce qui lui permet d’établir sa réputation d’enfant prodige. Sur les instances de Sam Cooke – l’un des piliers de la musique rhythm and blues des années 50 -, elle abandonne l’univers du gospel et enregistre pour Columbia, sans toutefois obtenir le moindre succès commercial.

Aretha Franklin

Il faudra attendre l'année 1966 pour que la métamorphose se produise. Aretha signe chez 'Atlantic' et grave I Never Love A Man (The Way I Love You) dont le triomphe est vite renforcé par des titres comme Respect, Baby I Love You, I Say A Little Prayer ou Chain Of Fool (1967) qui surgissent tous à la première place des charts. Sacrée par la critique comme la chanteuse de l’année 1967, sa réussite est également saluée à travers de nombreuses distinctions (Christian Leadership Council Award).

Le succès est là. La chanteuse, arrivée au bon moment, possède de nombreux atouts, dont une voix puissante au pouvoir émotionnel unique qui influencera toutes les chanteuses de 'soul music' à venir. À la fin des années 60, elle bénéficie également du concours des meilleurs musiciens que distille le fameux ‘Southern Sound’, sans oublier les conseils avisés de son producteur, Jerry Wexler, qui cherchera à tirer parti de son immense potentiel charismatique.


LA « LADY SOUL » DE L'AMÉRIQUE NOIRE

Devenue l'une des voix qui s'élève avec James Brown pour la lutte des droits civiques, la « Lady Soul » transforme la chanson d'Otis Redding, Respect en un hymne pour la cause des femmes. La chanteuse qui ne manque pas de répondant échafaudera même un répertoire parfaitement adapté à la mentalité des ghettos.

La « Lady Soul » remplit les auditoriums et salles de concert en transcendant chaque message propulsé avec toute la ferveur de l’église baptiste. En 1968, elle illustre la couverture du magazine 'Time' – une première pour une artiste Noire. Le magazine tient alors un discours élogieux : « Ce qui assure son impact va au-delà de la technique… Elle déploie sa voix riche et tranchante comme on donne un coup de fouet. Elle flagelle ses auditeurs, selon ses propres termes ‘jusqu’à l’os, en profondeur’. »

La fin des années 60 apporte d’autres hits à la chanteuse. Think (1968) et See Saw (1969) deviennent l’un et l’autre deux autres grands succès qui viennent s'ajouter à une liste qui ne cesse de s'allonger. Puis, en 1972, elle revient au gospel avec Amazing Grace, qui lui vaut un nouveau Grammy Award (son huitième). Cependant, après une tournée européenne, la chanteuse connaît quelques graves ennuis de santé qui l’éloigne de la scène jusqu’en 1974.


ARRÊT SUR L'ALBUM « LADY SOUL »

« Aretha chante le blues, mais c’est un blues différent », c’est dans ces termes que s’exprimait le producteur Jon Landau sur la pochette du disque « Lady Soul ».

Des interprètes célèbres ont participé à l'écriture de quelques chansons. Citons :

  • Money Won ‘t Change You écrit par James Brown
  • Come Back Baby par Ray Charles
  • People Get Ready par Curtis Mayfield

La liste des musiciens est tout aussi impressionnante :

Eric Clapton qui improvise sur Good To Me As I Am To You tandis que Bobby Womack joue de la guitare sur 6 titres. On relèvera également la présence du bassiste d’Elvis Presley, Tommy Cogbill, du chanteur Wilson Pickett et de la chanteuse de country Dolly Parton. Ralph Burns aussi, qui gère les cordes magiques de You Make Me Feel Like. À noter la présence de la chanteuse gospel Cissy Houston et mère de la future star Whitney Houston.


ARETHA FRANKLIN : CHAIN OF FOOLS


Alors que la chanson (You Make Me Feel Like) A Natural Woman est devenu aussi emblématique que Respect, la présence dans cet album du titre Chain Of Fools aura un double impact : permettre à son auteur, Don Covay, de marquer la soul des années 1960 par une autre de ses compositions, et d'apporter à son interprète le couronnement d'un nouveau tube qui viendra se placer à la tête des charts 'rhythm and blues' et 'pop' quelques jours après sa diffusion sur les ondes radiophoniques.

Ce qui fait la grandeur de l'album Lady Soul, comme d'ailleurs de nombreux autres disques d’Aretha, c’est cette recherche d’émotion dans la voix qui, tel un discours second, se pose en valeur ajoutée à une irréprochable technique vocale s’étendant sur quatre octaves.


LE RETOUR D'ARETHA

Après une reprise de carrière qui évolue en dents de scie, et malgré les directives de producteurs comme Quincy Jones qui la pousse à enregistrer des albums de qualité, Aretha Franklin ne renouera vraiment avec le succès que quand elle signera chez Arista en 1980 ; année où elle chante Think et Respect dans le film de John Landis The Blues Brothers.

Les albums Jump To It (1982), Get It Right (1983) ainsi que Who's Zoomin' Who ? (1985) - qui génère les singles Freeway of Love et Sisters Are Doin' It for Themselves en duo avec Eurythmics – témoignent de l’intérêt porté par la chanteuse à faire bouger les lignes de son répertoire. La suite le confirmera quand elle reprendra en 1986, le fameux tube des Rolling Stones, Jumpin’ Jack Flash avec Keith Richards et I Knew You Were Waiting (For Me) avec George Michael sur l'album Aretha. Par la suite d'autres duos complices verront le jour, avec Elton John et Whitney Houston, respectivement à travers les chansons Through the Storm et It Isn't, It Wasn't, It Ain't Never Gonna Be.

Durant les années 90, Aretha Franklin fera un détour par la case cinéma en chantant dans quelques BO : Someday We'll All Be Free (Malcolm X – 1992), A Deeper Love (Sister Act 2 – 1993) ou encore It Hurts like Hell (Waiting to Exhale - 1995). Souhaitant toujours moderniser son répertoire, elle publie en 1998 un album aux accents hip hop avec une certaine réussite (A Rose Is Still a Rose). Puis, la même année, on la retrouve aux côtés de Céline Dion et de Mariah Carey pour un concert caritatif (Divas Live 1998) d’où sortira un DVD.


ARETHA FRANKLIN : JUMPIN' JACK FLASH (1986)
(avec la participation de Keith Richards et de Whoopi Goldberg)


Côté vie privée, quand Aretha n'était pas en tournée, elle venait se reposer à Détroit (Michigan). La "Motor City" illustrée par le peintre Diego Rivera restera son principal lieu de résidence jusqu’à sa mort survenu le 16 août 2018 (causé par un cancer du pancréas). La chanteuse divorcera deux fois et sera mère de quatre enfants, dont l’un deviendra guitariste dans le groupe qui l’accompagnait. Titulaire de vingt Grammy Awards, Aretha Franklin aura conservé durant son existence le statut légendaire qui lui revenait, jusqu’à chanter pour Barack Obama lors de sa cérémonie d’investiture en janvier 2009. Le magazine 'Rolling Stone' ne s'y était pas trompé en lui accordant la première place au classement des meilleurs interprètes de tous les temps !

Par Alain Tomas (Cadence Info - 11/2018)


RETOUR SOMMAIRE