L'info culturelle des musiques d'hier et d'aujourd'hui

CHANSON


LA CHANSON "ET V'LAN, PASSE-MOI L'ÉPONGE", L'HISTOIRE D'UN PARI RADIOPHONIQUE

Il existe des chansons qu'il est bien difficile de dater, c'est le cas de Et v'lan, passe-moi l'éponge. Son titre est entré dans le langage courant pour avoir traversé plusieurs générations. Le plus surprenant est sans doute son histoire, qui a débuté comme un pari lancé par l'humoriste Jacques Martin aux auditeurs d'une émission de radio qu'il animait.


UNE CHANSON DUE AU PROVOCATEUR JACQUES MARTIN

En pleine période yé-yé, les amuseurs publics n'auront pas grand-peine à pasticher, à ridiculiser, les jeunes chanteurs qui passaient sur l'unique chaîne télévisée. Le chanteur Antoine sera de ceux-là ainsi que tous les prétendus rockers qui défilaient aussi vite que le tempo de leur musique.

Parmi les impertinents de l'époque, deux figures du music-hall sont appréciées du public : Jean Yanne et Jacques Martin, un duo inséparable et complémentaire qui commettra des sketches pertinents sur scène et à la télévision. À l'époque de la création de Et v'lan, passe-moi l'éponge, précisément le 30 janvier 1964, Jacques Martin occupe le poste d'animateur dans une récente émission de Radio-Luxembourg (l'ancêtre de RTL).

Face à des personnages aussi provocateurs que Martin, le danger pour les directeurs d'antenne étaient de leur accorder trop de liberté à une époque où le mot en question revêtait un tout autre sens qu'aujourd'hui. La censure était présente, mais l'humour était un excellent support pour s'affranchir des interdits. Jacques Martin le savait, et quand on lui donnait le feu vert, il ne s'en privait pas.

La tentation de bousculer la routine, de peur qu'elle ne s'installe, allait être suggérée ce 30 janvier suite à la diffusion sur l'antenne d'une chanson yé-yé. Jugeant celle-ci vraiment niaise, Martin eu comme une illumination. Comme les défis farfelus distrayaient l'animateur, ni une, ni deux, saisissant le micro, il prit à partie les auditeurs qu'il pourrait lui aussi écrire, en quelques minutes, une chanson encore plus bête que celle qui venait d'être diffusée.

Son inséparable pianiste et compositeur au crâne d'œuf, Jean Baïtzouroff alias Popoff, était présent dans le studio de la radio avec un piano. Bien qu'il ait été à de nombreuses occasions un souffre-douleur qui acceptait de bonne grâce les agissements de l'animateur sur sa personne (comme de petits coups sur son crâne, à la façon de Benny Hill sur le bonhomme âgé récurent de ses shows), Jean Baïtzouroff avait surtout du métier et un sens de la science infuse.

Dans l'urgence, on se doute que Martin ait pu lui dire : « Conçois-moi promptement quelque chose de facile au piano sur lequel je peux improviser un texte. » Le pianiste avait appris à bien connaître l'animateur depuis qu'il l'accompagnait sur scène. Dans une telle situation, le plus naturel était de produire un rythme de marche balançant sur deux temps. Ce qu'il fit.


"ET V'LAN, PASSE-MOI L'ÉPONGE", version Fernand Raynaud (1963)

Dans les moments de l'émission où Jacques Martin était en "off", il s'activait à poursuivre la « rédaction » du texte. Visiblement inspiré, les couplets tombaient, puis le refrain. Enthousiasmé par ce qu'il venait de rédiger sur la feuille, l'humoriste avait remporté son pari. La chanson qu'il avait intitulée Et v'lan, passe-moi l'éponge recevait son baptême en direct sur les ondes, et dont voici un extrait : « L'autr' sam'di ma femm' Germaine / Me dit "tu vas prendre un bain, / Ça fait bien plus de huit s'maines / Qu'tu t'es pas lavé les mains" / Ell' me prépare un' bassine / Avec de l'eau chaud' dedans / Et moi nu dans la cuisine / Je lui chante en rigolant / Et v'lan ! Pass'-moi l'éponge / Et v'lan ! Fais-moi gligli / Et v'lan ! Pass'-moi l'éponge / Et v'lan ! Gouzi Gouzi. » L'humour est bien présent, mais personne n'imagine, Jacques Martin le premier, que cette chanson puisse jouir d'une autre existence.

Fernand Raynaud, artiste comique très populaire des années 1950/1960, en entendant à la radio la chanson de Jacques Martin, trouve que ce qu'il a écrit est lumineux, et que cette forme d'humour convient parfaitement à son personnage de scène. Prenant contact avec lui (qu'il connaît pour lui avoir écrit quelques sketches), Fernand Raynaud suggère de l'enregistrer.


"ET V'LAN, PASSE-MOI L'ÉPONGE", version Jacques Martin
Accompagné par l'orchestre de Pierre Petit, avec un groupe de danseuses, Jacques Martin interprète Et v'lan, passe moi l'éponge (1973 - source INA).

En un rien de temps, ce qui n'était qu'un pastiche sans avenir va devenir un gros succès populaire à l'image de Tomber la chemise à l'orée des années 2000. Pour Fernand Raynaud, Et v'lan, passe-moi l'éponge n'est qu'une parenthèse dans sa carrière, mais concernant Jacques Martin, c'est la bonne affaire. « En droits d'auteur, c'est le plus gros carton de ma vie ! », dira-t-il, au point qu'il pourra acquérir la voiture de ses rêves, une superbe MGM. Quant à la chanson, elle a traversé les années en étant récupérée à bon compte dans le circuit des farandoles d'orchestre de bal et des animations de mariage, si bien qu'il serait surprenant que vous ne l'ayez pas déjà entendue un jour à ces occasions !

Par Elian Jougla (Cadence Info - 01/2023)


D'AUTRES HISTOIRES DE CHANSONS

RETOUR SOMMAIRE

Consulter d'autres publications sur...

FB  TW  YT