cadenceinfo.com
FEMI KUTI : ONE PEOPLE ONE WORLD (en savoir +)
Ad Block

Vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement. Pour consulter cette page dans des conditions visuelles normales, vous devez désactiver votre bloqueur publicitaire. Merci de votre compréhension. En cas de difficulté : procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"

FEMI KUTI : ONE PEOPLE ONE WORLD, DES SAVEURS SONORES OÙ COULENT UN AFROBEAT RESPLENDISSANT

Courant 2018 sortira le nouvel album de Femi Kuti, One People One World. Fils du célèbre artiste Fela Kuti et père spirituel du puissant afrobeat, le 10e abum de Femi est en concordance avec ce qui anime le coeur de l'artiste depuis les débuts de sa carrière : un message d'espoir et de réconciliation, de convictions politiques et sociales. Pour sa réalisation, Femi Kuti s'est entouré de son groupe "Positive Force" (avec notamment Awomolo Opeyemi à la guitare, Andrew Aghedo à la basse, et Ayodele Alaba à la batterie), mais aussi de son fils, Omorinmade Anikulapo, qui a suivi les traces laissées par le père et le grand-père en devenant à son tour un brillant musicien (Omorinmade joue du piano et de la basse sur de nombreux titres).

La musique proposée par Femi Kuti est riches d'influences. Si l'afrobeat coule dans ses veines, le musicien exploite autant les racines africaines que la soul, le rythnme and blues ou le reggae. Dans le titre éponyme de l'album One People One World, sa musique éclate à nos oreilles avec des arrangements de cuivres portés par des riffs puissants, taillant de part en part une assise rythmique solide où les percussions ont la vie belle. Avec One People One World, c'est un peu comme si nous plongions dans le passé, quand la mouvance de la musique Afro des années 70 battait son plein. Selon les morceaux, les saveurs africaines mais aussi caribéennes et afro-américaines s'imposent à nous.

Femi Kuti, porte-parole de l'UNICEF pour la défense des droits des enfants, est bel et bien le musicien charismatique que sa carrière, commencée en 1979 avec son père, annonçait. POur lui, comme pour d'autre artistes nigériens, la musique est un moyen pour véhiculer ses idées, se battre pour une justice plus équitable et une liberté sans barrières.

On note toujours chez Femi Kuti que chaque décision est porteuse de sens, et si en 2000 il ouvre le club "The Shrine" en souvenir de son père, c'est aussi avec la ferme intention d'en faire un lieu de rassemblement pour ceux et celles qui, comme lui, croient par leur activisme en des jours meilleurs.

PETITE BIOGRAPHIE DE FEMI KUTI

Né en 1962 à Londres, Femi Kuti est le fils aîné du pionnier de l'afrobeat, Fela Kuti, et un petit-fils d'un militant politique, activiste des droits des femmes et aristocrate traditionnel, Funmilayo Ransome Kuti.

Élevé à à Lagos, au Nigeria, sa carrière musicale commencé à l'âge de 15 ans dans le groupe de son père en 1979. Désireux d'obtenir une certaine indépendance dans ses choix musicaux, il fond en 1986 son propre groupe, Positive Force, rejoint plus tard par ses soeurs Yeni et Sola pour la danse. Le premier spectacle du groupe se déroule la même année à l'Université de Lagos.

Ce n'est que dix ans plus tard qu'il a l'opportunité de sortir un premier album, No Cause for Alarm chez Polygram records, suivi deux ans plus tard par MYOB. La carrière est engagé et Femi Kuti de sortir des albums très bien reçu par la critique : Femi Kuti (1996), Shoki Shoki (1998).

En 2000, il ouvre un club, "The Shrine" où il enregistre l'album live Africa Shrine, ce qui lui permet de remporter le "World Music Award" de Monaco la même année ! Il s'enchaînera une tournée aux États-Unis, mais après une absence de 4 ans due à des revers personnels, il réapparait en 2008 avec Day by Day et Africa for Africa en 2010, pour lequel il a reçu deux nominations aux Grammy Awards.

2012 sera l'année de son intronisation au "Temple de la renommée des Headies", qui correspond au prix de musique le plus prestigieux du Nigeria, et devient ambassadeur pour Amnesty International.

Ces dernières années, Femi Kuti continue d'élargir la diversité de son art avec l'album No Place for My Dream en 2013, qui lui vaudra une nouvelle nomination aux Grammy. Alors que la sortie de son prochaîn album One People One World est attendu courant 2018, parallèlement à sa carrière artistique, Femi Kuti a suivi les traces de son père en s'engageant dans des causes sociales et politiques pour que son pays le Niger soit toujours plus libre et fier de ses racines.