FLO MORRISSEY & MATTHEW E. WHITE (en savoir +)
Ad Block

Vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement. Pour consulter cette page dans des conditions visuelles normales, vous devez désactiver votre bloqueur publicitaire. Merci de votre compréhension. En cas de difficulté : procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"

FLO MORRISSEY & MATTHEW E. WHITE : GENTLEWOMAN, RUBY MAN

Le 13 janvier 2017 est sortie un album riche en rebondissements sonores, Gentleman, Ruby Man de Flo Morrissey et Matthew E. White. Ce disque-là est constitué de reprises inattendues, étant donné que nous trouvons à la source des artistes aussi divers que Roy Ayers, Leonard Cohen, James Blake, The Velvet Underground, George Harrison, les Bee Gees, et même Nino Ferrer et Charlotte Gainsbourg. Tout au long du disque, les voix de Flo Morrissey et Matthew E. White sont à la hauteur de leur projet, à commencer par le clip présent sur cette page, Look At What The Light Did qui est une reprise du groupe Little Wings.

GENTLEWOMAN, RUBY MAN, UNE HISTOIRE ET DES REPRISES

Matthew et Flo se sont rencontrés pour la première fois durant l'automne 2015 lors d'un concert en hommage à Lee Hazelwood au Barbican à Londres. De cette rencontre fortuite une correspondance va prendre forme pour évoluer vers une amitié réciproque. Ce soudain ambrasement entre ces deux artistes ne pouvait aboutir, tôt ou tard, qu'à envisager une collaboration.

L'histoire raconte alors que Flo Morrissey aurait traversé l'océan pour passer deux semaines dans un studio de renommée internationale à Richmond, petite ville de Virginie. Cette histoire-là aurait pu être une parenthèse quelconque si la chanteuse n'avait donné quelques leçons sur la manière de ressentir la musique... Sans doute influencé par les arguments de Flo, l'auteur et producteur du lieu, Matthew E. White, devait finalement se rendre à l'évidence que la chanteuse avait suscité chez lui quelques point de convergences, au point de donner corps au futur projet de Gentleman, Ruby Man : enregistrer quelques titres en duo basés sur des repises aussi bien anciennes que peu connues. La difficulté de la tâche pouvait se révéler difficile mais pas impossible. Matthew E. White connait son job et la session se déroula sans problèmes particuliers. Le choix des titres, assez disparates au premier abord, s'est constitué librement.

Gentlewoman, Ruby Man est certainement un disque classique dans sa forme. Il est même, par bien des aspects, d’un genre désuet. Pourtant, il y a dans ce disque quelque-chose de moins classique quand le duo se lance dans des joutes vocales avec subtilité ; une sorte de petit miracle qui conjugue à l'effort sa part d'alchimie dû à la complicité entre les deux artistes.

D'un côté, la méthode de travail du producteur Matthew puise dans un esthétisme proche des arrangements jazzy, style Quincy Jones, qu'il rehausse de quelques sonorités rock, façon Brian Wilson, tandis que Flo, tout en faisant valoir ses idées en studio, donne à sa voix éthérée une richesse et une dimension magique. Sans conflit d'ego, accompagné de musiciens pleins de fougues, les 10 reprises chantées par Flo Morrissey et Matthew E. White nous parlent de toute évidence, peut-être parce que leur choix s'est posé sur des chansons qu'ils aiment, et que cette approche sophistiquée et éclectique n'est sûrement pas basée sur un calcul commercial à même de démontrer leur savoir faire.