cadenceinfo.com
GINKGOA : BOY BOUNCE (en savoir +)
Ad Block

Vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement. Pour consulter cette page dans des conditions visuelles normales, vous devez désactiver votre bloqueur publicitaire. Merci de votre compréhension. En cas de difficulté : procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"

GINKGOA : BOY BOUNCE, LA RECETTE ÉLECTRO-SWING QUI FAIT DANSER

Boy Bounce risque bien de faire un carton cet été dans les discothèques. La particularité du titre Boy Bounce est de mélanger avec bonheur des sonorités swing jazz des années 30 (trompette bouchée, clarinette) à d'autres plus actuelles, c'est-à-dire électro. Le pari est audacieux car les deux styles ont aucun point en commun, c'est pourtant ce qu'est arrivé à produire Ginkgoa. Le swing jazz intervient par petites touches et apporte ce petit plus qui fait toute la différence dans ce titre taillé pour la danse.

Comme bien souvent, Ginkoa est né d'une rencontre fortuite, à travers un terrain de jeu musical commun ou complémentaire. Une chanteuse new-yorkaise, Nicole Rochette, et un français adepte de musique électro, Antoine Chatenet conduisent leur créativité avec brio. L'énergie de Boy Bounce est contagieuse, ce qui nous ammène à croire que le titre finira par être fredonné cet été, en attendant la sortie prochaîne, dès l'automne, de leur premier album.

Ginkgoa c'est la new-yorkaise Nicole Rochette et le français Antoine Chatenet qui associent leur énergie contagieuse dans ce projet qui combine le swing US et de furieux beats électro. La recette imparable de Ginkgoa fait mouche à tous les coups. On découvre le duo avec le clip de Boy Bounce et ses battles de danse filmées à la Nouvelle Orléans sur un rythme trépidant.

Ginkgoa est déjà dans les startup, puisque le groupe a déjà eu l'occasion der se produire un peu partout, notamment dans des festivals ouverts aux musiques électro et jazz (le ‘Global Fest’ à New York, le 'Festival International de Jazz' de Montréal, Le 'Fusion Fest' en Allemagne, 'Les Francofolies' de la Rochelle, le 'Grand performances Summer Fest' à Los Angeles, etc.).

Il est réjouissant de savoir que de jeunes artistes sont à même de se tourner vers des sonorités jazz de la vieille école (le sample y étant certainement pour quelque chose). C'est aussi une façon de faire rencontrer plusieurs cultures d'hier et d'aujourd'hui, tout en apportant aux beats de la musique électro de nouveaux espaces, ce que nous nous rejouissons d'entendre à présent.