cadenceinfo.com
GLASS MUSEUM : WU (DE L'ALBUM DEUX) (en savoir +)
Ad Block

Vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement. Pour consulter cette page dans des conditions visuelles normales, vous devez désactiver votre bloqueur publicitaire. Merci de votre compréhension. En cas de difficulté : procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"

GLASS MUSEUM, DEUX OU LA COMPLICITÉ D'UN DIALOGUE PIANO BATTERIE

En écoutant le premier extrait proposé par Glass Museum, Wu, deux noms viennent immédiatement en tête : Yann Tiersen et Jacques Loussier. Le premier en nous rappelant aux bons souvenirs de la musique du film Le fabuleux destin d'Amelie Poulain. Le pianiste Antoine Flipo développe dans la première partie de Wu un jeu d'accords brisés qui nous y fait songer ; et Jacques Loussier pour l'association piano/batterie du disque Pulsions et dont une des plages avait été utilisé pour une publicité télévisée d'EDF. Bien évidemment, si la comparaison s'arrête là, on remarquera que la pulsion rythmique prend ici une aiussi grande importance que chez le spécialiste de J.-S. Bach en jazz.

ANTOINE FLIPPO ET MARTIN GRÉGOIRE, ALLIANCE ET SYMBIOSE

Installé à Tournai en Belgique, le duo Glass Museum vient de sortir l'album Deux, résultat d'une alliance entre un pianiste et un batteur qui se connaissent bien et qui produisent une musique fort passionnante. De toute évidence, le duo instrumental fait preuve de complicité. La virtuosité est là, mais sans abbatage gratuit. Comme bien d'autres musiciens, Antoine Flipo et Martin Grégoire possèdent une culture musicale qui influence leur style : des artistes de jazz moderne comme BadBadNotGood et GoGo Penguin, autant que d'autres venus de la musique électronique à l'image de Floating Points et Jon Hopkins.

Le duo Glass Museum tisse une musique tout à la fois lyrique, mélancolique et dynamique, voire en rupture rythmique. De fait, dans un dialogue minimaliste composé de seulement deux instruments, il n'est pas rare - parce que difficile de l'éviter - de produire des rencontres frontales lyrique. Sans le soutien d'une basse ou contrebasse, le pianiste n'a d'autres choix que de développer un jeu très rythmique en glissant à l'intérieur des bribes de mélodies. « Deux » pousse donc la dualité du combat piano-batterie dans ses retranchements comme le démontre Wu.

À leurs débuts, Antoine Flipo et Martin Grégoire ont su construire avec une certaine force et singularité, un univers combinant jazz et sons électroniques ; et si ce choc frontal entre deux instruments qui dialoguent n'est pas nouveau, il trouve dans les six compositions de l'album une complémentarité parfaite, navigant entre grâce et syncopes, s’entrelaçant et bondissant pour s'ouvrir aussi à travers des éclosions mélodiques. L'album Deux rend également hommage aux origines classiques d'Antoine et au passé rock de Martin.

Le disque deviendrait-il un objet vivant et rare ? Convaincus qu’il y a au moins deux versions d’un même récit, les Glass Museum ont invité six remixeurs a prendre possession de leurs titres. Entouré des producteurs Sun Glitters, Haring, DC Salas ou Monolithe Noir, le duo a semble-t-il réussi un mariage sonore et contemporain entre un jazz "open" et un son aux vertus orchestrales soupoudré d'électronique.