NEWSRECHERCHEPROPOSERCHANSONCLASSIQUEINSTRUMENTJAZZMUS. FILMSMUS. SOCIÉTÉROCK & CoSON TECH.BLUES, SOUL...
STATS MOIS D'OCTOBRE 2018
81.762 visiteurs
546.371 pages visitées
(source AW Stats)

ROCK, POP, FOLK, ELECTRO...


JANIS JOPLIN BIOGRAPHIE/PORTRAIT D'UNE VOIX TAILLÉE POUR LE BLUES

Janis Joplin était montée à San Francisco à l'âge de 17 ans, bien déterminée à faire entendre sa voix. Ses blues représentaient les chants les plus authentiques pour un Blanc. On y retrouvait toute la frustration et le désespoir d'une certaine jeunesse…


JANIS JOPLIN, UNE CHANTEUSE DE BLUES ET DE ROCK D’EXCEPTION

Née le 19 janvier 1943 à Port-Arthur (Texas), Janis Joplin est une admiratrice de Leadbelly et de Bessie Smith, la grande chanteuse de blues noir. Elle apprend par cœur leurs chansons et copie le chant de Bessie. Mais, très vite, elle ne peut s'adapter à l'existence « petite-bourgeoise » qu'elle mène. Joplin émerge de son enfance « dégoûtante » comme une femme véritablement en avance sur son temps, une rebelle outrageante, une proie rebelle et artiste d'incomparable authenticité qui, presque malgré elle, deviendra le symbole du triomphe de l'adversité.

Lasse des moqueries dont son attitude libertaire et marginale fait l'objet, elle part en Californie à dix-sept ans. Là, elle fréquente les bouges de San Francisco où elle rencontre David Crosby et Nick Gravenites. Mais cette vie passionnante l'épuise…

En 1965, elle prend la décision de retourner à Port-Arthur pour reprendre ses études. Seulement cette année-là voit éclore, sur la côte Ouest, de futurs grands groupes de rock américain, et en particulier : Big Brother and the Holding Company. Habitué de l'Avalon Ballroom de San Francisco, le groupe décide d'engager une chanteuse, à l'image du Jefferson Airplane avec Grâce Slick. C'est Chet Helms, leur manager et administrateur de la « Family Dog », qui, se souvenant de Janis, va la chercher et l'engage.

Dès sa première apparition, le 12 juin 1966 sur la scène du Baliroom, elle conquiert le public, par sa voix exceptionnelle, étonnante de force et de chaleur, capable d'interpréter le blues, le rock le plus âpre et la ballade la plus douée avec le même bonheur.

Amie de quelques grands musiciens comme David Crosby ou Country Joe (avec lequel elle vivra quelques mois), elle participe avec Big Brother au premier festival de Rock-Music à Monterey en juin 1967, festival dont ils sont la révélation. Si la gloire et l'argent sont bien là, la lassitude s’installe aussi. Janis Joplin décide de se séparer de ses musiciens en septembre 1968, après l'enregistrement d'un album brûlant dont la pochette est dessinée par Crumb : Cheap Thrills.

De musicien en musicien, et de déception en déception (elle passe à Paris dans un Olympia vide ou presque), elle engage finalement Sam Andrew (guitare, ex-Big Brother), Bill King (orgue), Brad Campbell (basse), Ron Markovitz (batterie), Marcus Doubleday (trompette) et Terry Cléments (saxo), pour son premier concert à Memphis, le 21 décembre 1968. Mais la foi n'y est pas, l'orchestre du Kozmic Blues ne se « trouvera » jamais, même après plusieurs changements de personnel.

En mai 1970, elle s'entoure du Full Tilt Boogie Band, composé de Brad Campbell (basse), Clark Pierson (batterie), Ken Pearson (orgue), John Till (guitare) et Richard Bell (piano). Le Full Tilt, groupe de country-rock, est l'ambiance idéale pour Janis, et malgré des démêlés avec les Hell's Angels, elle est dans son élément et organise au mieux sa vie privée. L’excellent album, Pearl, sera le témoignage posthume de cette heureuse époque, ainsi que plusieurs concerts dont le dernier, le 15 août 1970, la ramènera dans sa ville natale.


LA FIN D’UNE HISTOIRE, LE DÉBUT D’UNE LÉGENDE

Le dimanche 4 octobre 1970, après une séance d'enregistrement, Janis Joplin est trouvée morte dans la chambre d’un motel à Hollywood. La meilleure et la plus appréciée des chanteuses de rock venait de se suicider à 27 ans d'une piqûre d'héroïne. Une dose trop forte avait eu raison d’elle, devait conclure le juge d’instruction. À la suite de sa mort, on éluda certaines questions et causes pour finalement remarquer que les grandes vedettes de la Pop Music décédées mystérieusement avaient toutes participé, en 1967, au festival de Monterey : Jimi Hendrix, Brian Jones, Alan Wilson, 0tis Redding, et la plus grande chanteuse que la Rock-Music ait connue : Janis Joplin.

Sa voix érotique, forte, déchirante, son style earthy («terrien»), sauvage et primitif, provoquaient une sorte de défoulement collectif chez les gens qui venaient l’écouter. On s’en rend compte précisément au cinéma dans le film consacré au festival pop de Monterrey. Plus tard, quand la chanteuse se sépara de son groupe, le Big Brother and the Holding Company, elle était devenue la plus grande vedette féminine du rock, arrivant à gagner jusqu’à 50 000 dollars par concert.

Tout comme pour Jimi Hendrix, l'œuvre de Janis ne sera réellement reconnue qu'après sa mort. Les « nécrophages » des maisons de disques avaient habilement joué sur la disparition de ces malheureuses victimes pour faire fructifier d'abord leur tiroir-caisse. Le talent de la jeune Janis Joplin sera « découvert » par le grand public français (et même anglais) qu'au moment de la sortie du film In memoriam Janis de Howard Alk et Seaton Findlay en 1974. La mise à jour en 1992 du livre Buried Alive, écrit par une des grandes spécialistes de la Rock-Music et proche amie de la chanteuse, la journaliste Myra Friedman, évoque avec détails cette décennie turbulente où Joplin était la voix de ralliement d'une génération qui s'est perdue dans sa musique et s'est retrouvée dans ses mots.

Aujourd'hui, Janis Joplin est une référence majeure dans l'histoire du blues et du rock. De sa petite ville natale de Port Arthur, au Texas, à Haight-Ashbury de San Francisco, des cafés intimes aux salles de concert surchargées, du scintillement de la célébrité jusqu'à sa fin tragique dans un motel d'Hollywood, Janis Joplin incarne cet être immensément talentueux et trouble qui dévorait tout ce que la scène rock des années 60 avait à lui offrir. À ce titre, le film In memoriam Janis montre très bien les différentes facettes de sa personnalité avec son lot de souffrances et d'incertitudes, sa spiritualité également, et l'intelligence dont elle faisait preuve pour être en paix avec elle-même et son époque.


DISCOGRAPHIE JANIS JOPLIN

Si l’on accepte ses participations au sein de différents groupes (Big Brother and the Holding Company, Kosmic Blues Band, Full Tilt Bogie Band), la discographie de Janis Joplin se résume à seulement quatre albums studio, dont le dernier, Pearl, paraîtra quelques mois après sa disparition :

  • Big Brother and the Holding Company (1967)
  • Cheap Thrills (1968)
  • I Got Dem Ol’ Kozmic Blues Again Mama (1969)
  • Pearl (1971)

Par D. Lugert (Cadence Info - 11/2016)


RETOUR SOMMAIRE