ANALYSEDISQUESFAITS DIV.HISTOIREINTERVIEWLIVRESPORTRAIT
QUELQUES SUGGESTIONS...
DIRECT VIDÉO TENDANCE © PROTECTED BY COPYSCAPE
STATS MOIS NOVEMBRE 2018
80.890 visiteurs
530.079 pages visitées
(source AW Stats)

CHANSON


LA CHANSON POPULAIRE EST-ELLE UN ART OU UN COMMERCE ?

Il est difficile de délimiter de façon précise le cadre de la chanson dite “populaire” de celle qui ne l’est pas. Pour les générations récentes, elle s’apparente souvent au tiroir-caisse, c’est-à-dire à l’impact sur la vente, baromètre impitoyable du monde des hits… C’est l’air à succès, celui à la mode, celui d’un temps éphémère. Pour d’autres, la chanson populaire est l’air que l’on chante sous la douche, que l’on siffle dans la rue ou bien encore celle qui devient le témoin des évènements populaires et historiques (politiques ou pas).


LA NAISSANCE D’UNE CHANSON POPULAIRE

Le concept artistique est donc délicat à définir et plus encore si on y oppose la chanson dite “classique”. En remontant dans le temps, à l’époque des troubadours, la chanson “populaire” est transmise le plus souvent oralement. Elle touche tout le monde et revêt un caractère d’universalité. La mélodie populaire se transmet à travers la population campagnarde assez inculte, mais également par les lettrés des couches sociales plus élevées.


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


Elle peut se présenter de très diverses façons. Il est arrivé que des chansons classiques atteignent le grand public et deviennent des chansons populaires, comme au 19e siècle. Le fait que cela ait été souvent le cas, comme pour certaines mélodies de Schubert (”La fontaine devant la porte”, “La truite”), leur confère indiscutablement une authenticité mélodique.

À l’opposé, des chansons populaires ont acquis leurs lettres de noblesse grâce aux compositeurs classiques. La plupart d’entre eux ont tiré profit de ce fond musical, comme en témoignent des œuvres de Haydn, Mozart ou Beethoven. Preuve, s’il en est, que le clivage existant encore aujourd’hui entre “mélodie populaire” et “mélodie savante” n’a de sens surtout qu’auprès de ceux qui y trouvent un intérêt personnel.

Plus tard Wagner ignorera ce type de mélodie “facile”. Quand bien même, Wagner et la musique atonale qui s’en est suivie, on ne croit plus guère de nos jours, que c’est le peuple comme entité globale qui est à l’origine des chansons populaires. La création est toujours le fait d’individualités, même si le peuple s’en empare lorsqu’elle répond à son attente. Le nom de l’auteur, si authentiquement populaire soit-il, finit par tomber dans l’oubli et c’est donc l’anonymat qui caractérise la chanson populaire.


LA CHANSON POPULAIRE… UN PATRIMOINE COMMUN

Certaines de ces mélodies remontent à la plus haute antiquité. Chaque époque, chaque peuple, chaque contrée, chaque couche sociale a travaillé à restructurer cette mélodie, à la compléter, à y retrancher, à en donner une interprétation différente. Toutes ces étapes sont typiques de la chanson populaire, ressentie comme un patrimoine commun. C’est ce qui la différencie de “l’air à succès”, ce dernier étant un objet de consommation qu’on est prêt à abandonner aussi vite qu’on l’a adopté. C’est son appartenance à la communauté humaine qui a permis à la chanson populaire de traverser les siècles et chaque version possède le même caractère d’authenticité que la précédente. Parfois, à force de remaniements successifs, il arrive qu’une même chanson réunisse plusieurs mélodies d’origines différentes.

La chanson populaire touche à la coutume et elle est aussi l’objet de l’ethnologie. L’histoire de la chanson populaire s’étend depuis les mélodies qui scandaient le travail jusqu’aux mélodies destinées à conjurer les démons, ainsi qu’à celles qui célébraient la fertilité ou la récolte. La chanson populaire c’est également celle des chants de fête, des chansonnettes qui rythment la vie familiale, les promenades et la vie des journaliers agricoles.


LA FIN DE LA CHANSON POPULAIRE

Du 14e au 16e siècle, on voit un véritable apogée de la chanson populaire, que la guerre de Trente ans finit par freiner. Depuis le 19e siècle, elle bat en retraite devant l’extension de l’industrialisation. Le monde moderne dans sa course infernale vers le progrès, prends rarement le temps de se poser pour s’écouter. Le monde de la consommation de masse arrive et, lentement mais sûrement, la chanson populaire laisse sa place à la mélodie éphémère.

Si au Moyen-Age, la chanson populaire s’est parfois distinguée dans des recueils, il faut bien reconnaître que c’est la perte de sa vitalité qui a suscité un regain d’intérêt à son égard de la part des grands compositeurs. Appelée autrefois rengaine ou villanelle, la chanson populaire a été au centre d’étude de la part d’éminents musicologues et historiens. En France, les mouvements de Jeunesse Musicale se sont efforcés de remettre à l’honneur le fonds mélodique ancien, en évitant la caricature de la chanson populaire typique du 19e siècle.

Aujourd’hui, il n’y a plus de “peuple” au sens ancien du mot et donc plus de chanson populaire. L’expression est détournée de son sens premier. La chanson populaire a été remplacée par l’air à succès. Une avalanche de mélodies naît et disparaît presque aussitôt, parfois se ressemblant, comme si elles voulaient nous indiquer la marche à suivre : quoi et comment écouter.

Il est difficile de prédire ce qu’il adviendra de toutes ces chansons qui se consomment et que l’on se débarrasse tel un chewing-gum sans saveur. Il n’est pas utile, non plus, de mettre en balance la popularité commerciale d’une chanson avec sa qualité musicale et artistique pour proclamer qu’elle appartient ou pas à la chanson populaire. Ceci échappe complètement à l’esprit critique du moment, à ce que nous pensons ou à ce que nous croyons. Quand une chanson est populaire, elle devient intemporelle et s’éloigne de nous pour devenir universelle.

Par Elian Jougla (Cadence Info - 05/2016)


RETOUR SOMMAIRE