CHANSON


MARIANNE AYA OMAC, BIOGRAPHIE/PORTRAIT DE LA CHANTEUSE

Des rues de Montpellier où elle a démarré sa carrière de chanteuse aux plateaux de The Voice, en passant par sa rencontre magique avec Joan Baez, Marianne Aya Omac ne cesse de poursuivre ses rêves… Partons dès à présent à la découverte de cette artiste à la voix généreuse et où plane tant d’émotions.


UNE VOIX DANS LA RUE...

Marianne Aya Omac commence à étudier la musique et le piano à l’âge de 9 ans. À l'adolescence, elle découvre avec émerveillement la voix, les textes, les chansons de Joan Baez. Elle essaye la guitare et finie par l’adopter. Puis, à l'âge de 18 ans, ce sera le grand départ pour un voyage d’étude qui la conduit au Mexique où elle séjourne durant une année, période durant laquelle elle écrit ses premières chansons.


Ad Block

Un bloqueur publicitaire empêche le bon déroulement de cette page. Pour ne plus subir cette restriction, veuillez désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


En 1992, elle décide de s’installer à Montpellier et commence à chanter dans les rues en s’accompagnant de la guitare. Elle a tout juste 20 ans et traverse une période difficile : « C'est là, dans la rue, que ma voix s'est forgée à la force de cette expression qui était vitale pour moi. », dit-elle.

© WobTV - Marianne Aya Omac (live 05/2015)

Marianne commence à parcourir les scènes locales… Le public remarque cette voix qui s’exprime avec une grande sincérité, sans emphase. La chanteuse n'a rien oublié de cette période qui lui a permis de se forger une solide expérience où durant plusieurs années son cœur a vibré aux rythmes des musiques qui la transportaient et l'inspiraient : le répertoire anglo-saxon écouté par ses frères et le gospel qu'elle découvre grâce au camerounais Emmanuel Djob, musicien et auteur-compositeur-interprète dont la spécialisation dans ce domaine sera à l’origine de la création de ‘Gospelize It ! Mass Choir’, une chorale que la chanteuse finit par rejoindre. Elle y restera durant six ans et profitera ce cette expérience pour approfondir ses connaissances dans le domaine de la direction de cœur.


L’ÉCLOSION D’UN DÉSIR ET D’UNE RENCONTRE

Marianne multiplie les tentatives pour accéder à la place légitime qu'elle juge être la sienne, et ce malgré les difficultés et les murs qui se dressent devant elle. En 1997, c’est le début de l’aventure avec le groupe Ginkobiloba qui déclame sur tous les fronts leur soif de conquête. Sous le nom de Marianne Cambournac, la chanteuse et instrumentiste forge avec ses camarades une musique aux frontières du traditionnel et de la ‘world music’. Deux albums sont enregistrés : Pachamama et Mamacita. Mais aux bouts de huit ans, essoufflement et désir personnel ont raison du groupe.


MARIANNE AYA OMAC : EN MI (album One More Step – 2015)

VOIR LA VIDÉO

Un soir d’octobre 2009, la vie lui offre un petit épisode miraculeux, où après un quiproquo artistique, Marianne finit par rencontrer et rejoindre sur scène à Montpellier son idole d'enfance : la chanteuse Joan Baez. Hasard ou coïncidence, l’icône de la scène folk est là tout à côté d'elle comme dans un rêve. Cette égérie des combats pour la paix et des droits civiques en Amérique va lui permettre de vivre une nouvelle aventure palpitante, une histoire d'amitié qui lui fera sillonner la planète le temps de partager 37 concerts : « Une rencontre qui pour moi tenait du miracle, un peu irréelle. », et qui la confirmait dans son désir de défendre son projet musical.


COLLABORATIONS ET ALBUMS

« Jamais je ne me serais imaginée faire une carrière d'artiste. Ce que je voulais faire, au départ, c'était prof. de sport ou d'espagnol. », raconte Marianne. Mais à présent son nom s’affiche et c’est pour elle l’occasion de partager sa passion avec d’autres artistes. Il y aura des collaborations prestigieuses, comme celle avec Dani Klein qui l'accueille sur la tournée d'adieu du groupe Vaya Con Dios, sans oublier en 2016 son passage dans la 6e saison de l'émission « The Voice » où elle surprend le jury par sa performance.

En 2015, un album est programmé : One More Step. Onze chansons qui ont vu le jour grâce au financement participatif. Un titre s’échappe : En Mi. Sur des musiques tzigane, reggae, latine, blues ou rock, les textes prisonniers de One More Step déclament tour à tour leur soif de liberté à ceux qui veulent bien les entendre. Souffrance, désir, justice, amour... Les propos humains et humanistes sont livrés sans ambages.


MARIANNE AYA OMAC : DE L’AUTRE CÔTÉ (album Je Reviens - 2019)

VOIR LA VIDÉO

En février 2019, Marianne présente son nouvel album, Je reviens, dont le titre principal s'inscrit dans les commémorations du centième anniversaire de l'Armistice 14-18. Dans les 12 titres chantés en français, sa voix, toujours aussi présente, articule des mots dont on ne soulignera jamais assez leurs parfaites intelligibilités. Alors qu'on lui reproche souvent à tort d'être multiple et inclassable, Je reviens est un album qui lui ressemble.

Au demeurant, rien ne vient altérer sa poésie qui reste toujours aussi intacte, à la fois engagée et directe. Sur scène, la chanteuse communie comme personne, ce que le public montpelliérain a pu constater à plusieurs reprises et tout dernièrement lors de son passage à l'opéra Comédie de Montpellier, au mois de novembre 2019, lors d'un concert offert au bénéfice d'Habitat et Humanisme.

Au fil des années, Marianne Aya Comac pose sa voix enchanteresse loin des standards du showbiz. Chez elle, il n’y a de place que pour la sincérité, l’énergie, la chaleur humaine… et ça fait du bien !

Par Elian Jougla (Cadence Info - 02/2020)

Suivre l'actualité de Marianne Aya Omac sur sa page Facebook


RETOUR SOMMAIRE
Facebook   Twitter   YouTube

sites partenaire : pianoweb.fr - musicmot.com