NEWSRECHERCHEPROPOSERCHANSONCLASSIQUEINSTRUMENTJAZZMUS. FILMSMUS. SOCIÉTÉROCK & CoSON TECH.BLUES, SOUL...

CHANSON


BIOGRAPHIE MICHEL JONASZ, LE PORTRAIT DE 'MISTER SWING'

Michel Jonasz possède un répertoire de chansons françaises parmi les plus belles. En compagnie de son fidèle accompagnateur, le pianiste de jazz Jean-Yves d’Angelo, l’auteur de "La Boîte de jazz" continue de charmer son public sur scène en lui chantant ses plus grands succès avec humour, tendresse et sensibilité.


MICHEL JONASZ, CET HOMME QUI PLEURE SA VIE

Michel Jonasz possède plus d’une corde à son arc : la chanson, la musique de films, le cinéma, mais aussi le théâtre. La scène, il la connaît bien. Aujourd’hui en duo avec le pianiste Jean-Yves d’Angelo ou en quartette avec le renfort de Jérôme Regard à la contrebasse et de Manu Katché à la batterie, Michel Jonasz n’oublie pas les chansons qui l’accompagnent maintenant depuis près d’un demi-siècle.


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


Habitué aux disques d’Or, sa carrière est l’une des plus éclatantes de la chanson française. Très rapidement, M. Jonasz alias « Mister Swing » a trouvé son style en faisant bouger les lignes d’une musique jazz et blues sans y tomber les deux pieds dedans. C’est cette recette, quelque peu mystérieuse, qui caractérise son style : des textes à la qualité irréprochable saupoudrés d’un brin de nostalgie et accompagnés de musiques aux arrangements subtils. Rappelons à notre mémoire ces quelques titres : Super Nana, Dites-Moi, Les vacances au bord de la mer ou encore Du blues, du blues, du blues, Lors Have Mercy, Je voulais te dire que je t’attends, Minuit sonne et Soul music airlines. Rien que des tubes que le public reprend en chœur à l’occasion de sa dernière tournée intitulée 'Piano/Voix' (saison 2).

© Thiplo - Michel Jonasz (2017- Saveur Jazz Festival)

Marqué à jamais par la Shoah qui a emporté son grand-père et qu’il évoque au cœur de sa pièce intitulée Abraham, Jonasz incarne à lui seul cette résilience, cette façon de transcender le pire pour imposer à ceux qui veulent bien l’entendre : force, humour, rythme, et joie de vivre. Un véritable hommage pour un homme né juste après la guerre de parents immigrés hongrois. Michel Jonasz : « J’ai ressenti la guerre à travers l’histoire de mes parents, à travers leurs douleurs, surtout du côté de la famille de ma mère et la déportation de ses parents. »

Pour Michel Jonasz, cette expérience est fondatrice en devenant, paradoxalement, une déchirure et une joie profonde : « C’est comme la musique tzigane… Je voyais ma mère rire de tout et être heureuse, et je me disais comment on peut, nous, avec nos petits problèmes, se prendre la tête parfois dans la vie, alors que des gens traversent des épreuves tellement difficiles… La musique tzigane comme le blues possède à la fois ce déchirement et cette joie profonde. »

Michel Jonasz découvre la chanson française à travers Édith Piaf qu’il a l’occasion de voir sur scène dans son enfance. Sensible à sa voix, à la puissance des mots, à ses mains qui frôlent son corps, la « Môme » incarne une certaine idée de la fragilité dans sa petite robe noire. Jacques Brel l’impressionne également avec ce sens dramatique qui emporte tout sur son passage. Mais si Piaf et Brel restent à ses yeux de puissants symboles, le véritable engouement pour la musique et la chanson proviendra de Ray Charles et du blues ; ce fameux blues au balancement particulier et qui va se glisser souvent dans son répertoire. À chaque fois que l'artiste monte sur scène, c’est cette vague-là, cette chose-là aux mots indéfinissables qu’il recherche, cette émotion qu’il tente de reconduire à travers le disque et la scène. « J’aime le swing, j’aime le groove, mais quand il est au service de quelque chose qui peut vous toucher, vous bouleverser et vous remuer. » précise Michel Jonasz.

Ma vie artistique est toute simple, j’avais 18 ans et je suis monté sur une scène. Je me suis dit : « Cette chose-là, je ne veux pas la perdre ! »

Michel Jonasz quitte l’école à l’âge de 15 ans. L’école, c’est pas son truc ! D’un caractère indépendant, il ne souhaite certainement pas rendre de comptes à quiconque. Synonyme de liberté et d’autonomie, la voix artistique l'attire et semble toute désignée. La rencontre avec la musique des années 60, celle d’un rock'n'roll provocateur et contestataire, tombe à point nommé pour emporter la décision. Pour autant, tout reste à faire car il faut aussi prouver que l’on a du talent. Si la peinture, le théâtre et la musique captent aussi son attention, ce sera finalement une place de pianiste qui lui mettra le pied à l'étrier.

Nous sommes au cœur des années 60 et Michel Jonasz occupe la place de claviériste dans un groupe de rock, Les Lemons. Puis l’aventure se poursuit en compagnie de Alain Goldsmith (guitare) avec le groupe King Set en 1966. Grâce à une composition originale, Apesanteur en 1967, et la reprise du standard Jezebel l’année suivante, sa voix passe à la radio. Les auditeurs découvrent alors une voix certes percutante, influencée par le rhythm and blues, mais qui n'a pas encore trouvé sa véritable identité.

Au début des années 70, sa rencontre avec le pianiste arrangeur Gabriel Yared va être déterminante. Le tandem fonctionne à merveille et produit de nombreuses chansons aux tonalités jazz et funky, notamment pour Françoise Hardy dont la référence ultime sera J’écoute de la musique saoule en 1978. De son côté Michel Kingset - qui entre-temps est devenu Michel Jonasz - accède enfin aux premiers grands succès en 1974 avec Dites-moi et Super Nana. Sa collaboration avec Jean-Claude Vannier (l’arrangeur de Claude Nougaro) joue gagnant. Sa carrière décolle et les succès s'enchaînent : Je voulais te dire que je t'attends, écrit avec Pierre Grosz, J'veux pas que tu t'en ailles, Joueur de Blues, Lucille avec Michel Cœuriot.


MICHEL JONASZ ET SA 'BOITE DE JAZZ'

Auteur compositeur de la plupart de ses chansons, Michel Jonasz s’entoure d’un rituel qui le place dans un état particulier quand il se met à l'ouvrage : « J’ai besoin de cette magie que l’on nomme inspiration… Quelquefois, j’écoute des musiques pour me mettre dans cet état d’ouverture, notamment les concertos n°2 et 3 de Rachmaninov. » Cette magie était certainement là quand, en 1985, sort l’album Unis vers l’uni dans lequel se trouve son plus grand succès, La Boîte de Jazz. Le titre inonde alors toutes les radios françaises… Michel Jonasz : « Concernant 'La Boîte de jazz', ma fierté est d’avoir réussi à transformer un échec en succès, parce qu’en fait, j’ai vécu ça, mais pas du tout de cette façon. Un jour, ayant entendu parler d’une audition pour une place de pianiste, je me suis présenté. De mon côté, je pianotais sans avoir la prétention d’être un véritable pianiste de jazz ; la chanson 'La boîte de jazz' a d’ailleurs renforcé ce malentendu. Je passe l’audition et je me suis fait jeter, mais grave, quoi ! C’est ça qui m’a donné l’idée du mec qui descend dans la boîte de jazz et qui joue un peu d’orgue et de piano. C’est devenu un énorme succès, alors que ce qui m’est arrivé dans ma propre vie fut au contraire un échec cuisant. »

Une équipe solide entoure Michel Jonasz avec notamment le retour de Gabriel Yared aux arrangements et de Jean-Yves d'Angelo aux claviers, déjà présent sur le précédent album Tristesse (Minuit sonne, Rock à gogo, Lucille…). L’album Unis vers l’uni consolide les influences musicales du chanteur : jazz, rhythm and blues et funk se disputent les titres. Jonasz possède désormais une liberté de travail qui le pousse à enchaîner les albums. Cependant le chanteur ne cache pas que passer devant la caméra ne lui serait pas indifférent. Le réalisateur Frank Cassenti lui propose en 1986 de jouer dans Le Testament du poète juif assassiné, d'après le roman d'Elie Wiesel. La carrière de chanteur est alors momentanément en stand-by jusqu’aux chansons de La Fabuleuse histoire de Mister Swing qui mettent en scène la vie d'un musicien et de son double. Souvent sollicité pour participer à des œuvres humanitaires, il chante à Bercy pour soutenir l'organisation des droits de l'homme, 'Amnesty International' avec Sting, Tracy Chapman et Peter Gabriel en 1987, et pour 'Sol En Si' (Solidarité Enfant Sida) en 1992.

Les années 90 et 2000 confortent son image d’artiste complet. Au-delà du swing, qui est à présent sa véritable marque de fabrique (Où est la source ? – 1992), Michel Jonasz fait parfois appel à quelques 'pointures' californiennes pour des sessions studio ou lors de ses spectacles : le batteur Steve Gadd, le bassiste Abraham Laboriel et le percussionniste Luis Conte, pour ne citer qu'eux. Les tournées s'enchaînent. Son autre facette artistique, le cinéma, n'est pas pour autant délaissée : Fugues de Marion Sarraut en 1999, Lisa de Pierre Grimblat en 2001, Le tango des Rashevski de Sam Garbarski en 2003.

Michel Jonasz, parvenu depuis longtemps au sommet de son art, sort en 1996 Soul Music Airlines, un album qui part à la rencontre de sentiments intimes (Ado et Hannah qu’il dédie à sa fille). Les voyages deviennent son autre source d'inspiration. Véhiculant une certaine idée du bonheur enrobée quelque part de mélancolie, l'artiste perpétue les recettes de son succès tout en donnant le meilleur de lui-même. En 2002, l’album Où vont les rêves entretient ce rapport évident qui le lie d’un côté à la nostalgie (Grand-père, Mélancolie) et de l’autre à une musique swing, parfois funky, qu’il assume avec fierté (Le Rythm'n'blues, Vieux Style ).

Comme bien d’autres artistes de sa génération, Michel Jonasz va éprouver le besoin de glisser dans sa production un disque de reprises. Chanson française sort en 2007. L’artiste se fait plaisir en interprétant quelques grands classiques qu’il habille d’arrangements revus et personnalisés: Georges Brassens, avec L’Orage, Les Copains d’abord, Les Amoureux des bancs publics, Léo Ferré (Avec le temps, La Mémoire et la Mer), Jacques Brel (La Chanson des vieux amants, Fernand) ou encore Claude Nougaro avec Armstrong et Édith Piaf avec La Foule.


MICHEL JONASZ ÉCRIT POUR LE THÉÀTRE 'ABRAHAM'

C’est suite à la parution de Chanson française que Michel Jonasz entreprend l’écriture de sa pièce théâtrale autour de l'histoire de son grand-père maternel, Abraham. Trente ans après sa dernière apparition au théâtre, Michel Jonasz revient sur les planches pour incarner ce grand-père maternel juif polonais, qui juste avant de mourir va se souvenir de sa vie : son enfance, le départ de Pologne, l'arrivée en Hongrie, la rencontre avec sa femme, leurs enfants, l'amitié, les joies, les peines… jusqu'à l’exil et la déportation.

Le chanteur en assure seul la mise en scène et part en Hongrie pour enregistrer la bande sonore influencée de musique tsigane. Pendant huit mois, de septembre 2009 à avril 2010, seul sur scène, Jonasz interprète sa pièce au théâtre de la Gaîté-Montparnasse. Les moments d’humour et d’émotion se succèdent, entremêlés de chansons, car au-delà des liens de sang qui les unissent, le cantor Abraham et son petit-fils Michel ont en commun l’amour du chant.

Paru en 2011, Les hommes sont toujours des enfants est son dernier album studio en date. Le passé y tient une grande place, conséquence de la pièce dédiée à son grand-père qu'il n’a cessé de jouer à travers la France durant plusieurs mois.

Par Elian Jougla (Cadence Info - 12/2016)

Visiter le site de Michel Jonasz et suivre son actualité.


MICHEL JONASZ DISCOGRAPHIE

  • · 1970 : Michel Jonasz et le King Set
  • · 1972 : La Rencontre
  • · 1974 : Michel Jonasz (Dites-Moi)
  • · 1975 : Changez tout
  • · 1977 : Michel Jonasz (Du blues, du blues, du blues)
  • · 1977 : Michel Jonasz au Théâtre de la Ville
  • · 1978 : Guigui
  • · 1979 : Les années 80 commencent
  • · 1981 : La Nouvelle Vie
  • · 1983 : Tristesse
  • · 1985 : Unis vers l'uni
  • · 1986 : Michel Jonasz en concert au Palais des Sports
  • · 1988 : La Fabuleuse Histoire de Mister Swing
  • · 1992 : Où est la source ?
  • · 1993 : Michel Jonasz au Zénith
  • · 1996 : Soul Music Airlines
  • · 2000 : Pôle Ouest
  • · 2001 : Michel Jonasz Olympia 2000
  • · 2002 : Où vont les rêves ?
  • · 2005 : Michel Jonasz
  • · 2007 : Chanson française
  • · 2009 : Abraham
  • · 2009 : Michel Jonasz Tri
  • · 2011 : Les Hommes sont toujours des enfants
  • · 2013 : Michel Jonasz : Les Hommes sont toujours des enfants (sur scène)
RETOUR SOMMAIRE