ROMAIN PINSOLLE : LA PLUIE (en savoir +)
Ad Block

Vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement. Pour consulter cette page dans des conditions visuelles normales, vous devez désactiver votre bloqueur publicitaire. Merci de votre compréhension. En cas de difficulté : procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"

ROMAIN PINSOLLE, L'AVANT-GOÛT D'UN STYLE PUDIBOND MAIS AUDACIEUX

Romain Pinsolle utilise des mots forts pour exprimer ses sentiments amoureux dans sa chanson La pluie. Le ton est direct : "T'as glissé dans mes bras / T'as fini dans mon lit", mais ce qui saute aux yeux ou plutôt aux oreilles se trouve dans le ton de sa voix, dans l'élocution du texte qui rappelle dès les premières secondes le regretté Alain Bashung et, tout comme lui, Romain Pinsolle compose avec un style désinvolte, un rock de bon aloi. Dans Le vin est assassin, l'entrée en matière est corrosive voire discutable quand il annonce distinctement "Ma femme est morte, je suis libre. Y aurait-il dans cet audace, dans ces mots provocateurs issus d'une poésie de Charles Baudelaire, l'âme d'un Jim Morrison en sommeil ?

Romain Pinsolle vient du rock et cela s'entend. Il a même fait ses premières gammes avec le groupe Hangar jusqu'en 2013, année de la séparation du groupe qui survient au bout de deux albums. La fin de cette aventure est comme une main tendue qui l'invite à chercher une autre voie plus solitaire. Le chanteur guitariste ne manque pas d'idées et place tous ses efforts en écrivant plusieurs chansons qu'il finit par roder sur scène.

Tout au bout, la réalisation d'un premier album contenant neuf chansons éditées sur le label "Soleil Oblique Records" sort fin septembre 2017. En studio, l'enregistrement se veut live pour que l'énergie propre au jeu direct garde toute sa puissance. Le studio "Soyuz" avec aux commandes Antoine Gaillet convient parfaitement à cette façon de travailler qui, aujourd'hui, reste encore tenace, surtout dans la musique rock. Autour de lui, piur l'accompagner sont présents Léo Coustal qui s'occupe des guitares et des claviers, son frère Quentin à la basse, le batteur Julien Audigier et le saxophoniste Paul de Rémusat.

Sa nourriture, son inspiration pusent autant dans le blues que dans les grands noms du rock et du hard. Un contraste saisissant pour un interprète "Ô rage ! ô désespoir ! ô viellesse ennemie !" (Le Cid - Corneille) qui chante en français et c'est tant mieux !

Il est temps pour vous d'aller voir ce chanteur un brin romantique et un brin "gainsbarre" sur scène ou à défaut, si vous n'en avez pas l'occasion, d'écouter son premier disque plein de promesses.