SAMUEL STROUK : LANDS (en savoir +)
Ad Block

Vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement. Pour consulter cette page dans des conditions visuelles normales, vous devez désactiver votre bloqueur publicitaire. Merci de votre compréhension. En cas de difficulté : procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"

SAMUEL STROUK, LE GUITARISTE QUI IMPROVISE SUR DES PAYSAGES IMAGINAIRES

À la fois guitariste et compositeur, arrangeur et directeur musical, Samuel Strouk prend en main sa musique sans trop laisser le hasard prendre les devant. On pourrait peut-être bien imaginer cela en écoutant les compositions que contient son album « Silent Walk ». Dans sa musique, l'espace temps semble s'étirer au fil des minutes qui s'écoulent. Ce n'est pas de la musique de relaxation, ni une musique jazz ou classique que nous propose Samuel Strouk, c'est un navigateur qui nous conduit vers des rivages sonores inconnus que ne détesterait certainement pas le patron du Label allemand ECM, Manfred Eicher, tant le soin apporté aux différents plans sonores et à la gestion de l’espace s'imposent à nos oreilles.

SILENT WALK, LA MUSIQUE ATMOSPHÉRIQUE DE SAMUEL STROUK

Pour apprécier la musique de Samuel Strouk, il faut l'inviter et se laisser aller à elle. La présence d'une instrumentation originale pour un quintette (le violoncelliste François Salque, l’accordéoniste Vincent Peirani, le clarinettiste Florent Pujuila et le contrebassiste Diego Imbert) apporte cette couleur qui ne ressemble à rien de connu. « Silent Walk » puise ses racines musicales dans le jazz, le classique, mais aussi la world, et la musique contemporaine, comme nous le fait découvrir le titre Lands ici présent.

Les territoires sonores composés par Samuel Strouk ont des vertus imaginaires et ont un sens inné de la narration. Agé de 36 ans, le guitariste est un solide musicien diplômé en guitare classique et en musique de chambre. Autant réputé dans le milieu de la musique classique que dans celles des musiques improvisées et traditionnelles, Samuel Strouk a depuis suscité quelques réactions dans le milieu artistique en écrivant quelques pièces ambitieuses comme son double concerto pour violoncelle et accordéon et son quatuor pour cordes et guitare. La bandonéon de Piazzolla et la musique baroque de Vivaldi dessinent ailleurs les contours d'une autre pièce pour orchestre, violon et violoncelle intitulée « La Saison Eternelle ».

Sans la présence de percussions - dans un style où pourtant elles auraient eu leur place -, Samuel Strouk développe grâce au mariage de ces cinq instruments une musique fortement empreints de lyrisme, aux sonorités graves et feutrées. Dans « Silent Walk », le guitariste proposent un savant mélange de mélodies, d'harmonies et de rythmes qui s’interpénètrent avec bonheur au service d’une musique à la fois contrastée et dense, avec ici une touche cinématographique où là un voyage intériorisé qui nous conduit à percevoir quelques images fugaces. Un mélange des genres qui navigue intelligemment entre le monde de la musique classique et celui du jazz.