SAMY THIEBAULT : REBIRTH (en savoir +)
Ad Block

Vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement. Pour consulter cette page dans des conditions visuelles normales, vous devez désactiver votre bloqueur publicitaire. Merci de votre compréhension. En cas de difficulté : procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"

SAMY THIEBAULT : REBIRTH, UN JAZZ INSPIRÉ DE MÉLODIES MAROCAINES ET AFRICAINES

Rebirth est le sixième album enregistré par le saxophoniste de jazz Samy Thiébault. Pour l'écriture des titres, il s'est inspiré de mélodies marocaines, d'AMérique du Sud et d'Afrique de l'Ouest, pays où il a grandi. À la tête d'un quartet composé de musiciens complices de dix années de jeu collectif (Adrien Chicot au piano, Sylvain Romano à la contrebasse et Philippe Soirat à la batterie), le saxophoniste dessine un portrait fidèle à ses racines musicales, à son histoire. Samy Thiébault y affirme un style très personnel que seul le jazz autorise quand son interprète s'y plonge totalement. Tout son « vécu » se retrouve ici, comme un bagage qu'il a fallu déposer pour que cette aventure musicale aboutisse.

La musique de Samy Thiébault est danse, prenante, généreuse, parfois même sauvage. Elle confirme un choix tout personnel et totalement assumé. Le saxophoniste brasse des cultures différentes, à l’image du trompettiste israélien Avishai Cohen qui a participé à l'enregistrement du disque. Si hier encore, son jazz cultivait une passion pour les Doors (Feast of Friends), aujourd'hui son jazz puise dans son histoire personnelle.

L'album Rebirth est composé de mélodies qui remonte à l'enfance. Ainsi son Raqsat Fes (la danse de Fès) fait référence à la ville natale de sa mère. AIleurs, Abidjan s'inspire de la chanson ivoirienne So Dyara, en écho à la cité qui l’a vu naître. Mais le saxophoniste taquine aussi ses références en s'inspirant du répertoire classique : son Chant du très loin emprunte aux Tableaux d’une exposition de Moussorgski, tandis que Laideronnette est tout simlement qu'une adaptation d'une mélodie de Maurice Ravel (Ma Mère l’Oye).

Avec le temps et l'expérience, la maturité aussi, Samy Thiébault dessine les contours sonores d'un saxophone qui a gagné en assurance. Qu'il soit au ténor ou au soprano, voire aux flûtes, le musicien de jazz trace avec Rebirth un engagement total, celui d'un artiste qui sème au vent sa passion créative et lyrique.