POSTMODERN JUKEBOX : WE CAN'T STOP (en savoir +)
Ad Block

Vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement. Pour consulter cette page dans des conditions visuelles normales, vous devez désactiver votre bloqueur publicitaire. Merci de votre compréhension. En cas de difficulté : procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"

POSTMODERN JUKEBOX : THE SCOTT BRADLEE'S MUSIC 'THE ESSENTIALS'

L'idée est excellente, car elle va à contre-courant des productions actuelles dominées par les machines et les rythmes préprogrammés. En effet, la musique jouée par l'ensemble Postmodern Jukebox s'appuis sur des succès rescents - essentiellement rock et pop - pour les convertir aux sons des années 40. Cette formation à effectif variable (qui tourne autour d'un collectif d'environ 70 musiciens) est constituée d'interprètes de premier plan.

DES CHANSONS D'AUJOURD'HUI À LA MODE KITCH

L'album The Essentials constitue un parfait témoignage de cet habillage kitch en rassemblant 19 titres couvrant plusieurs décennies et repris à la façon des années 40, quand le swing et le doo-wop étaiant des "musiques branchées". C'est le pianiste Scoot Bradlee qui dirige tout ce petit monde et qui assure les arrangements musicaux. Son idée était de faire découvrir à la jeune génération (et à la moins jeune) que les musiques d'aujourd'hui sont suffisament construites pour ne pas avoir à souffrir d'un tel façonnage.

À leur écoute - et surtout si l'on ne connait pas les versions originales -, les tubes de Radiohead, de Beyoncé ou de Miley Cyrus semblent être tout droit sorti de l'après-guerre. Ce "relookage" s'éloigne à grandes enjambées des originaux et c'est peut-être pour ça que la sauce prend. Le titre de Miley Cyrus, We Can’t Stop, nous rapproche quelque peu des Platters, tandis que le Creep de Radiohead est totalement méconnaissable en étant transormé en ballade soul. C'est « de la musique pop dans une machine à remonter le temps » précise Scott Bradlee.

Le plus étonnant est le succès rencontré par Postmodern Jukebox sur Internet. En huit ans, leurs vidéos ont récolté plus de 800 millions de vues et un nombre étourdissant d'abonnés : plus de trois millions ! Il n'existe pas d'explication rationnelle qui puisse justifier musicalement, pour ne pas dire artistiquement, une telle vague déferlante. Pourtant, il faut bien se rendre à l'évidence que, contre tout attente, le projet de Scott Bradlee qui consiste à reprendre des chansons rescentes pour les faire surgir comme aux premiers jours de la musique swing a du surprendre bien des spécialistes du Web.

Le contenu de The Essentials couvre tous les styles et toutes les époques : ragtime, blues, jazz swing, doo-wop... Scotte Bradlee a réussi à recréer l'atmosphère musicale de son enfance, celles des chanteurs de cabaret et des crooners façon Frank Sinatra. Musicalement, le résultat est à la hauteur. Tout concourre pour que chaque détail de chaque chanson apporte son lot de performance. Ici un solo de trompette où là des rythmes soutenues taillés pour être dansés. Le Postmodern Jukebox restitue mélodies et composition via des musiciens talentueux jouant de vrais instruments ; une véritable riposte aux musiques radiophoniques actuelles qui usent et parfois abusent de leurs rythmes programmés et de leurs voix auto-tunées.

À tous ceux qui pensent que c’était mieux avant, le Postmodern Jukebox apporte une belle réponse musicale à ce jugement. Avec ses 19 titres, The Essentials crée en quelque sorte un lien sonore touchant à l'intergénérationnel. Le pari de Scott Bradlee s'est transformé en réussite.