CHANSON


ALAIN BARRIÈRE BIOGRAPHIE 'MA VIE', PORTRAIT D'UN CHANTEUR ROMANTIQUE

Alain Barrière a interprété des chansons aux mélodies agréables, construites autour d'une poésie aux mots simples et à la révolte romantique, et pour quelques-unes fredonnées de génération en génération. Servi par une voix charmeuse aux résonances profondes et un sourire à la Cary Grant, Alain Barrière sera promu vedette en 1964 après la sortie de sa chanson Ma vie, une complainte tourmentée qui reste son titre le plus célèbre…


ENFANCE ET PREMIER SUCCÈS

Né en 1935 à La Trinité-sur-Mer dans le Morbihan, Alain Barrière, de son vrai nom Bellec, vit une enfance difficile au sein d’une famille de mareyeurs. L’environnement est précaire et l'enfant ne rêve que d’évasion. Malgré sa nature rebelle, un instituteur se prend d’affection pour lui et, en échange d'un peu de temps libre, lui permet de renouer avec les bancs de l’école jusqu’à devenir un élève sérieux. Dè lors une soif d’apprendre, encore plus profonde, voit le jour.

Ce changement d’attitude conduit l’adolescent à suivre des études dans une école d’ingénieurs des arts et métiers. À 20 ans, il obtient un emploi chez Kléber-Colombes. Il y restera un an avant de découvrir sa véritable passion : la musique. En 1958, il achète sa première guitare et se met aussitôt à composer ses premières musiques...


Un bloqueur publicitaire bloque une grande partie de cette page.

Les débuts sont difficiles et, cherchant à se faire connaître, il participe à des soirées musicales jusqu’au jour où il accède à la finale du concours du « Coq d’Or de la chanson française », co-organisé par Europe 1 et l’Olympia, avec sa chanson Cathy. Remarqué par le directeur de l’Olympia, Bruno Coquatrix, celui-ci lui conseille de signer un contrat avec la maison de disques RCA.

© RCA Victor - Alain Barrière , pochette 45 tours 'Ma Vie'

En février 1962, Alain Barrière passe en première partie de la chanteuse Colette Renard. Comme d’autres artistes de ces années-là, il court le cachet en se produisant dans de nombreuses petites salles parisiennes. Sa ténacité à poursuivre finit par payer et son nom perce avec un premier succès, Elle était si jolie, une chanson qui sera sélectionnée pour représenter la France au "Concours Eurovision de la chanson" où elle finira 5e. L’année suivante, il repasse à l’Olympia, toujours en première partie, mais cette fois-ci aux côtés de la vedette Paul Anka.

La véritable consécration arrive avec la chanson Ma vie en 1964, ce qui lui permet de passer la même année en vedette à l’Olympia. Ce succès, devenu un tube international, surtout en Italie, conduit le label RCA Records à sélectionner le chanteur pour le "Festival de Sanremo" en 1965, mais un différent entre la compagnie discographique et les organisateurs l’empêche de se présenter.

Le cinéma s’intéresse également à lui. En 1966, il joue dans le film de Sergio Gobbi, Pas de Panique, mais ce premier essai devant la caméra s’avère peu concluant. Les portes du 7e art se referment. Heureusement, la chanson est toujours là, et le chanteur continue de produire quelques ritournelles qui, sans être d’énorme succès, lui permettent de continuer sa carrière de chanteur séducteur plein de bons sentiments avec des titres comme Rien qu’un homme, La marie Joconde, Emporte-moi ou Les guinguettes, et des albums qui le sont tout autant : Toi (1966), Si je rêve de toi (1967) ou encore À regarder la mer (1969).

Ses différents passages sur les scènes de l’Olympia et de Bobino confortent son image auprès d’un public qui lui restera fidèle dans les années 70. Ses grands succès sont alors Tu t’en vas en 1974, une chanson interprétée en duo avec Noëlle Cordier et Amoco en 1978, une chanson écrite à la suite du naufrage du pétrolier Amoco Cadiz qui provoqua cette année-là une des pires marée noire sur les côtes bretonnes.


ALAIN BARRIÈRE : ELLE ÉTAIT SI JOLIE

VOIR LA VIDÉO

DES DÉMÉLES DE JUSTICE AVEC LE FISC

En 1975, il épouse Anièce et découvre la paternité avec la naissance de Guénaëlle. Attaché à ses racines bretonnes, il concrétise un rêve d’enfance en achetant un château - non loin des célèbres menhirs de Carnac -, qu'il aménage pour qu’il devienne un restaurant discothèque de luxe avec scène théâtrale. Nommé 'Le Stirwen', Alain Barrière organise en son sein des soirées à thème, se produisant de temps en temps. Mais ce complexe avec ses investissements se transforme vite en un désir coûteux, un véritable cauchemar...

L'entreprise Stirwen commence à avoir des difficultés de trésorerie et le chanteur connaît ses premiers démêlés avec le fisc. Avec sa famille, il décide de quitter la France en 1977 pour les États-Unis. Écrasé par les dettes, révolté par les rappels d'impôts, le chanteur connait la dépression. En 1989, il finira par déclarer : « J'ai vécu l'enfer. Ils ont foutu ma carrière en l'air. Ou je règle le problème avec le fisc ou je me fous en l'air ». Cependant, il tient bon et il revient sur le sol natal quatre ans plus tard. Alain Barrière enregistre alors deux albums qui au bout du compte ne rencontrent pas le succès escompté. Le fisc reviens à la charge une seconde fois et le pousse à s’exiler au Canada où il enregistre De Québec à Montréal. Dans son autobiographie, Ma vie, le chanteur expose ses conflits avec le fisc, soulignant de sa plume d’éventuelles jalousies dues à son succès et, à plus juste raison, un si injuste acharnement. Cette bataille homérique trouvera son épilogue qu'en 1998.

Sa carrière, avec plus de bas que de haut, le pousse à suivre d’autres routes dans les années 80, même s’il ne renonce pas à l’idée de revenir un jour à la chanson. Ce come-back interviendra au tout début des années 90, mais sans succès. Son avant-dernier album est comme un renoncement à poursuivre en face d'une carrière fort capricieuse. Son simple titre, 97, année de sa parution, résume à lui seul l'impasse dans laquelle se trouve alors la carrière du chanteur. Puis, comme d’autres artistes qui sont passés de mode ou que l'on oublie, vient le temps de la nostalgie et des compilations. L'album Ma vie, réunira ses meilleures chansons.


FIN DE CARRIÈRE

En 2005, sa grande fille Guenaëlle le soutient pour qu’il renoue avec la chanson. L’année suivante, l’artiste publie son autobiographie, Ma vie, aux Éditions du Rocher, qu’il accompagne dans la lancée de trois nouvelles chansons : If [Tu seras un homme] sur un texte de Rudyard Kipling, Quand la mer s'est retirée et Hymne à la Bretagne, en hommage à sa terre bretonne. Puis il retourne au Canada pour donner quelques concerts, notamment au Québec où le chanteur est apprécié (il obtiendra un disque d’or au Canada).

Finalement, ce n'est qu'en 2007 qu'il reprend véritablement contact avec la scène française et parisienne, l’Olympia et le Palais des Congrès. Ce nouveau dialogue avec le public s'accompagne d'un CD intitulé ‘Chansons Françaises’, ultime enregistrement studio qui comprend quelques reprises célèbres : Le temps des cerises, La Foule, Les Copains d'abord, Ne me quitte pas, La Mer…. Puis, en novembre 2010, sous la forme d’un coffret, paraît un 'Best of' regroupant 53 chansons dont quelques-unes jamais éditées.


ALAIN BARRIÈRE : MA VIE

VOIR LA VIDÉO

L’une de ses dernières apparitions médiatiques a lieu au cours de l’été 2011, au départ de la 4e étape du Tour de France dans l’émission 'France 3 Village départ'. Quelques semaines plus tard, il annonce officiellement ses adieux à la scène pour raisons de santé. Son ultime passage sur les planches a lieu au Palais des congrès de Paris le 16 septembre 2011.

Vivant reclu dans sa Bretagne natale depuis plusieurs années, Alain Barrière coulera des jours paisibles malgré plusieurs AVC, dont le dernier est survenu peu de temps avant le décès de sa femme dans les premiers jours de décembre 2019. Quelques temps plus tard, le 18 décembre 2019, le chanteur devait rejoindre son épouse pour l'éternité à la suite d'un arrêt cardiaque. Il avait 84 ans.


LES ALBUMS D'ALAIN BARRIÈRE

  • Cathy (1963)
  • Ma Vie (1964)
  • Les guinguettes (1965)
  • Toi (1966)
  • Si je rêve de toi (1967)
  • Un homme s'est pendu (1968)
  • Angela (1969)
  • A regarder la mer (1970)
  • Un peu de sang breton (1971)
  • Pour la dernière fois (1972)
  • Séduction 13 (1973)
  • Tu t'en vas (1974)
  • Si tu te souviens (1976)
  • Et tu fermes les yeux (1977)
  • Amoco (1978)
  • Elle va chanter (1979)
  • Partir (1980)
  • La mer est là (1983)
  • 97 (1997)
  • Chansons françaises (2007)

Cadence Info (12/2019)


RETOUR SOMMAIRE
Facebook   Twitter   YouTube

sites partenaire : pianoweb.fr - musicmot.com