BLUES, SOUL, REGGAE, RAP, WORLD MUSIC...


AYELYA : JE FAIS, FEATURING EP ‘NOTA BENE (1)

Remarquée en 2014 lors de son passage dans « The Voice », puis en 2018 avec son Groupe JAT (Just Another Trio), Ayelya prépare désormais son premier EP ‘Nota Bene (1)’ pour début 2020. En attendant, la chanteuse nous propose de découvrir son premier single ‘Je Fais'.


JE VAIS’ ET NON ‘JE FAIS

Scandant de sa voix « Je vais, je vais… ennemi du je fais », Ayelya aborde dans son single celui ou celle qui a tendance à remettre au lendemain ce qu’il pourrait faire dans l’immédiat ; une difficulté à se responsabiliser, à changer, et que la psychologie désigne sous le terme de procrastination… ‘Je fais’ qu’elle nous livre en son nom traduit le récit d’un réveil après de longues années d’hibernations.



Ad Block

Un bloqueur publicitaire bloque le déroulement de cette page. Pour ne plus subir cette restriction, veuillez désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


AYELYA : JE FAIS


LA BIO D’AYELYA

Dans les années 90, le rap se répand comme une traînée de poudre. Les mots sont capturés, se blessent et se télescopent en des phrases sans fin. La poésie change de trottoir. À la maison, la jeune Ayé grandit bercée entre les airs de rumba congolaise du père et les mixtapes hip hop de son frère.

La musique ne s’explique pas, elle est là c’est tout, et c’est en autodidacte qu’elle l’aborde en chantant sur quelques tubes R'n'B US de l’époque ou en piochant sur les refrains de chanteuses comme K-reen ou Kayna Samet.

Après le lycée militaire de Saint Cyr et des études qui la conduisent à suivre deux années de médecine, en biologie, Ayelya prend la décision de tout arrêter pour se lancer dans la musique malgrè l'avis défavorable de ses parents qui voyaient pour leur fille une tout autre destinée. Avec une mère médecin et un père ingénieur en informatique, Aye sait très bien qu’une telle décision peut être blessante, mais face à la musique tout tend à s'échapper et le déraisonnable aussi.

Engagée et bien décidée, la « formation musicale » suit alors un tempo accéléré. La gagnante du tremplin ‘Sankofa soul contest’ en 2013 déploie son énergie à travers des concerts et autres concours de chant. Un an plus tard, la voici participant à l'émission « The Voice » avec le secret espoir d’aller jusqu’au bout. Jennifer, alors membre du jury, la remarque et décide de la faire entrer dans son équipe. Ayelya fera un brillant parcours jusqu’à la « battle » avec Manon Trinquier où elle échouera (la chanteuse récidivera en 2018 avec son Groupe JAT).

Pour Ayelya, la musique est certes devenue une passion mais les performances qu’elle réalise ne correspondent pas exactement à ses désirs profonds. Les expériences prennent pourtant du poids, et après un court passage dans la troupe ‘Gospel pour 100 voix’, elle se lance dans divers projets notamment avec Funkable et le groupe lyonnais Supa Dupa où elle aborde avec eux une certaine idée du rap. Dès lors, Ayelya se cache derrière la langue de Shakespeare comme elle se cache derrière les artistes invités du ‘Mouv Live Show’ ou encore comme choriste auprès du rappeur Youssoupha.

Aujourd'hui, Ayelya est épaulé par le pianiste Clyde, véritable touche à tout qui est devenu pour elle une sorte de mentor, un producteur qui lui assure ses arrières, en studio, sur scène, mais aussi en assurant la direction musicale où il a déjà fait ses preuves.

Ne manquant pas d’énergie pour conduire ses projets, la "poétesse orientée hip hop" a visiblement trouvé le bon axe. Sa singularité artistique agit comme une force tandis que ses mots cadencés déploient leurs atouts : des messages d'acceptation et d'honnêtes désirs dans un monde où le faux bien souvent prédomine et réussit finalement à paralyser les esprits les plus libres.

AYELYA
EP Nota Bene (1)
Sortie février 2020

Suivre l'actualité de Ayelya sur sa page Facebook


RETOUR SOMMAIRE
    YouTube