JAZZ ET INFLUENCES


DAVID KRAKAUER / KATHLEEN TAGG, UN DUO D’EXCELLENCE ('BREATH & HAMMER')

Le clarinettiste David Krakauer, figure incontournable de la musique klezmer, et la pianiste compositrice et arrangeuse Kathleen Tagg présentent Breath & Hammer, un album qui marie musicalité, originalité et complicité.


'BREATH & HAMMER', UNE DOUBLE PERFORMANCE

L’album proposé par David Krakauer et Kathleen Tagg est une véritable performance électro-acoustique en révélant des approches innovantes sur leurs instruments respectifs. Le duo présente à la fois des compositions originales et des interprétations très personnelles de la musique d’amis proches, parmi lesquels figurent John Zorn et Kinan Azmeh. Leur autre performance se situe lors des concerts, quand le duo utilise des boucles samplées manipulées en direct live.


Ad Block

Un bloqueur publicitaire empêche le bon déroulement de cette page. Pour ne plus subir cette restriction, veuillez désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


© Tasja Keetman

L’album Breath & Hammer est à la confluence de plusieurs courants musicaux. Il est le résultat des expériences vécues par les deux artistes. Tous deux musiciens de concert classique, David Krakauer se révèle un pratiquant assidu dans le domaine de la musique klezmer, mais aussi un brillant compositeur et expérimentateur avant-gardiste. Au regard de ses dispositions artistiques le Wall Street Journal devait déclarer : « David Krakauer est un clarinettiste tellement expressif, qui passe si facilement d'un genre à l'autre, que l'on pourrait presque penser qu'il n'y a pas de différence appréciable entre le jazz, le klezmer et la musique classique formelle. »

De son côté, la jeune Kathleen Tagg possède déjà une carrière à multiples facettes avec des créations pour la scène et le théâtre. La pianiste s’accompagne également de compétences dans les domaines de l’arrangement et de la production (l'album Breath & Hammer n’échappe pas à la règle).

Cette description élogieuse convient parfaitement aux deux musiciens. Leur complicité artistique est une source vivifiante d’idées, un fil conducteur d’où émane des projets comme ce Breath & Hammer. Doté d'intention louable, cet album favorise les liens humains. La musique interprétée par David Krakauer et Kathleen Tagg transcende toutes les frontières stylistiques et culturelles, ceci grâce à la contribution de plusieurs compositeurs amis : le clarinettiste syrien Kinan Azmeh, le saxophoniste John Zorn, les accordéonistes Rob Curto et Emil Kroitor - un spécialiste du klezmer - et le percussionniste cubain Roberto Rodriguez.


DAVID KRAKAUER & KATHLEEN RAGG : THE GEYSER

VOIR LA VIDÉO

L’un des points important qui dynamise l’originalité de ce duo atypique se situe au moment des performances en direct. Krakauer et Tagg utilisent des techniques de jeu étendues alliées à l’emploi de boucles et de samples. Sur scène, les musiques de Breath & Hammer sont galvanisés par un flux vidéo immersif à plusieurs caméras créé par l'artiste vidéo Jesse Gilbert permettant au public de voir de près et en temps réel les styles de jeu peu orthodoxes du duo.

Cette conception vidéo, projetée sur un hexagone translucide entourant les artistes, a été créée à la ‘Pierre Boulez Saal’ située à Berlin et a été présentée en avant-première avec des intermèdes sonores spatialisés nouvellement composés au printemps dernier sous le nom de ‘Breath & Hammer II : Les liens qui nous unissent’.

David Krakauer & Kathleen Tagg
Album Breath & Hammer
Sortie le 21/08/2020 chez “L’autre distribution“

Visiter le site officiel de Krakauer & Tagg

DAVID KRAKAUER & KATHLEEN RAGG : PARZIAL

VOIR LA VIDÉO

QUESTIONS ET RÉPONSES AUTOUR DE 'BREATH & HAMMER'

Quand avez-vous commencé à utiliser des techniques étendues dans votre jeu ?

Kathleen Tagg : La musique classique contemporaine utilise des techniques étendues depuis des années et des années. Au début des années 2000, pendant environ 10 ans, j'ai été fortement impliqué dans la musique contemporaine à New York avec beaucoup de groupes différents, et là j'ai rencontré de nombreuses techniques différentes. Ce n'est pas un phénomène nouveau. Vous le voyez dans la musique d'Henry Cowell il y a cent ans. Mais depuis environ huit ans, j'essaie vraiment de trouver ma propre voix en utilisant des techniques étendues, des types de sons que je fais, à la façon dont je les produis, et surtout pour moi, le contexte dans lequel ils sont utilisés à la fois dans les sections composées et improvisées. Je suis plutôt obsédé par la couleur du son et j'expérimente beaucoup pour vraiment trouver des sons spécifiques.

Comment avez-vous choisi le répertoire de ce projet ? D'où viennent les compositions?

K. Tagg : Les compositions proviennent de gens que nous connaissons, des amis proches ou des collègues à New York qui viennent du monde entier… Pour certaines personnes, cela signifie trois lignes avec rien d'autre que des mélodies, pour d’autres, cela signifie des structures d'accords, parfois des suggestions du contour d'une ligne de basse. Certains ont des indications de tempo ou des approximations. Ensuite nous déterminons comment nous voulons les définir en termes de forme, quelles parties nous voulons faire exploser et étendre, et quels seront le son et le réglage. Chaque pièce est vraiment différente. Et ce sont des gens que nous admirons, respectons et aimons énormément. Nous les avons juste approchés et leur avons demandé si nous pouvions prendre l'un de leurs morceaux pour ensuite le refondre et le réorganiser ou en trouvant une nouvelle façon de l’aménager, et ils ont tous dit oui. C'était un processus vraiment merveilleux de penser à mettre sur pied ce programme et de le faire étape par étape.

© Jill Steinberg

Vos parties de piano et vos techniques étendues sont si complexes que je suis curieux de savoir comment vous travaillez ces morceaux et comment vous les organiser pour obtenir ce paysage sonore unique.

K. Tagg : Je travaille beaucoup en termes d'instruments d'orchestre et d'instruments d'orchestre imaginés. Je fais d'énormes partitions orchestrales pour mes parties de piano, en proposant des parties de cordes, des violons, des violoncelles et même des instruments comme le cor français. Ensuite, en fonction de la pièce, je pense aussi à des instruments imaginaires comme, par exemple, les miroitements d'anges célestes. Des choses qui semblent peut-être électroniques, mais qui pourraient bien s'intégrer à un orchestre. J’utilise souvent des percussions multicouches très complexes… En cherchant, je trouve des sons inattendus et des sons sympas et intéressants que je mets dans ma banque de possibilités, mais généralement je commence par rechercher des types de sons très spécifiques, puis je les affine pour trouver exactement ce que je veux. David et moi allons ensuite à l'atelier. David propose toujours de bons riffs, de bonnes idées et utilise souvent le matériau travaillé dans une autre direction. Nous observons la structure, voir ce qui fonctionne, ce qui ne fonctionne pas, pour ensuite ajouter du matériel supplémentaire.

Par Elian Jougla (Cadence Info - 08/2020)
(ext source : 'veevcom.com')


RETOUR SOMMAIRE
Facebook   Twitter   YouTube

sites partenaire : pianoweb.fr - musicmot.com