NEWSRECHERCHEPROPOSERCHANSONCLASSIQUEINSTRUMENTJAZZMUS. FILMSMUS. SOCIÉTÉROCK & CoSON TECH.BLUES, SOUL...

ROCK, POP, FOLK, ELECTRO...


HOMA, UN SOUPÇON DE CLASSIQUE DANS UN MONDE ÉLECTRO

HOMA, est un projet porté par un jeune musicien auteur compositeur Alexandre Barberon, dont l’inspiration puise autant dans la musique classique que dans les raffinements sonores issus de la pop et de l'électro. « The Taste of old Times » est le second témoignage qu'il nous livre…


HOMA, UN PROJET EN QUÊTE DE NOUVEAUX ESPACES SONORES

À l’écoute, le musicien semble avoir une attraction toute particulière pour les sonorités compactes et puissantes, et dans l’usage de polyrythmies tranchantes comme la musique électro en fait souvent usage. Ce second mini-album fait suite à « Google Only Knows » paru en 2015 et premier accouchement du projet HOMA.


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


Ultra-sensuel et hypnotique, « The Taste of Old Times », sorti le 27 octobre 2017 chez ‘Simple - Sony Music’, est une sorte de mise en bouche avant de découvrir le mini LP qui sortira le 23 mars de cette année.

Plus que sa voix, peut-être (absente du premier EP), c’est sa musique qui nous interpelle. Sensiblement éloignée des modes et codes musicaux en vigueurs, sa musique nous rappelle étrangement certaines intonations à la Robert Wyatt, le batteur et ancien membre du Soft Machine dans l’approche de l’écriture, et parfois du groupe Phoenix à cause du mélange des influences, classique, pop et électro.


HOMA : THE TASTE OF OLD TIMES


UN PARCOURS MUSICAL ATYPIQUE

C’est après avoir fondé les groupes pop/rock ‘In furs’ en 2002, puis ‘Ranelagh’ en 2005, qu’il fait volte face en s’attachant les faveurs de la musique classique. Souhaitant l’aborder sérieusement, Alexandre Barberon l’étudie d’abord auprès de l’enseignante Sylvie Carbonel avant de poursuivre avec Jeanine Boutin, pianiste-concertiste et ancienne élève d'Olivier Messiaen.

Au fil du temps, le jeune musicien améliore son jeu jusqu’à devenir un pianiste d’un bon niveau. Doté également d’une grande sensibilité, il se nourrit de toutes les musiques qui passent à hauteur de ses oreilles ; le classique laissant progressivement place aux musiques pop et électroniques.

En 2013, sa rencontre avec l’éditeur et producteur Etienne de Nanteuil (fondateur de 'Octopus Production / Les Editions du Poulpe') provoque le début du projet HOMA d’où sortira, deux ans plus tard, « Google Only Knows », un premier EP faisant la part belle aux instrumentaux. Les prémices du son HOMA sont déjà là. La suite se joue présentement.

Aujourd'hui, la trentaine trébuchante, Alexandre Barberon nous dévoile sa voix. L'instrumental semble appartenir au passé et cède sa place à la chanson. Toutefois le musicien continue de diluer son monde sonore en gardant le même cap  : une musique d’ambiance avec un soupçon d’influence classique, quelques projections mélodiques, le tout servi par des arrangements percutants et des compositions en quête de perfection. Ce second EP, qui comprend huit titres aboutis, et où synthés, guitares électriques et ensemble à cordes rivalisent d'audace, ne sont là que pour nous chatoyer les oreilles... Pour la bonne cause, il va s’en dire !

Par Elian Jougla (Cadence Info - 01/2018)

HOMA
1er album - Sortie le 23 mars 2018 chez 'Octopus / Simple / Sony Music'

Suivre l'actualité de HOMA sur sa page Facebook


L'AVIS DES INTERNAUTES

nom : Lebrun message : Salut Alexandre, je viens d'écouter le "clip officiel" qui m'a vraiment beaucoup plu. Je ne savais pas que tu avais aussi travaillé ta voix. Bravo. J' ai également bien aimé l'assemblage photo de ces lieux désertifiés et laissés à l'abandon. Plein de nostalgie dans tout ça et cela me plait. Bon courage pour la suite. Philippe. (posté le 26/03/2018)

RETOUR SOMMAIRE