NEWSRECHERCHEPROPOSERCHANSONCLASSIQUEINSTRUMENTJAZZMUS. FILMSMUS. SOCIÉTÉROCK & CoSON TECH.BLUES, SOUL...

MUSIQUE & SOCIETE


I-DOSER… QUAND LES SONS SE TRANSFORMENT EN DROGUE

I-Doser est un lecteur de fichiers musicaux diffusant des battements sonores appelés “battements binauraux” (*). L’utilisation du logiciel I-Doser vous permet de modifier votre humeur et de ressentir certains effets “psychiques” lorsque vous écoutez une piste audio appelée “dose“. I-Doser propose différentes doses, censés “synchroniser les ondes neuronales” en quelques minutes.

(*) : agissant à la façon de l’hypnose, le battement binaural est destiné à produire des effets myorelaxants sur les sujets traités en psychiatrie. A chaque oreille, un son est envoyé avec une hauteur de fréquence variable dont la plage se situe dans les bas médiums. La différence entre les deux fréquences doit être faible (quelques dizaines d’Hertz) pour que l’effet se produise. C’est cette différence de fréquence reçue par chaque oreille qui stimulerait le cerveau, entraînant la pensée comme lors d’une séance de relaxation.

UTILISATION DU I-DOSER


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


Pour son utilisation, I-Doser réclame de préférence un lieu calme. Pour que la dose soit optimale, choisissez un moment où vous ne risquez pas d’être dérangé. A la façon d’une séance de relaxation, vous vous allongez, casque sur la tête, et vous fermez les yeux pendant toute la durée de la dose, comprise entre 5 et 45 mn.

Alors que la relaxation vous confronte à des paroles très posées ou à une musique calibrée pour se détendre, à se laisser aller, la dose est capable, d’après les témoignages, d’apporter des changements d’humeurs allant de l’excitation à la béatitude la plus complète !

Lors de la séance, la dose en stimulant le cerveau, modifie ainsi l’humeur de l’auditeur. Le son composé essentiellement d’infrabasses est imperceptible en état d’éveil, mais une fois l’auditeur installé dans un état de relaxation, les battements binauraux se font entendre et précipite l’auditeur dans les effets recherchés.


AVEC I-DOSER, UNE « DOSE » POUR CHAQUE USAGE

Avec le I-Doser, l’auditeur recherche les effets rencontrés dans des drogues d’usages courants, comme la marijuana, l’ecstasy, la cocaïne ou bien même le Viagra, mais sans en ressentir les effets secondaires, comme la “descente” parfois interminable de certaines drogues.

Normalement, à l’arrêt de l’écoute, les effets disparaissent en quelques minutes. Cependant, d’après certains utilisateurs, la sensation de drogue se prolonge jusqu’à recréer des visions apparues au moment de la séance.

LES EFFETS RESSENTIS AVEC UNE « DOSE »

Chez certains auditeurs, les effets provoquent des palpitations et une accélération du cœur, alors que pour d’autres, peut-être plus imaginatifs, des visions les transportent dans un monde irréel… mais parfois, il arrive que l’on ne ressente rien du tout !

Pour plus de détails sur les effets ressentis, je vous conseille de consulter le Site officiel

Doit-on ainsi voir là, un effet pervers provoqué par certains sons, une simple hallucination de l’esprit ou bien, comme le ferait une drogue “plus classique”, une sensation de dépendance et d’emprisonnement ?

Ce n’est pas à moi d’y répondre, mais si vous souhaitez tenter l’aventure, il vous suffit de vous rendre sur le site I-DOSER et de télécharger la “dose” de son choix. Le programme I-Doser s’installe très facilement. Un seul bémol si vous souhaitez essayer une dose… elles ne sont pas gratuites !

MISE EN GARDE : faites attention toutefois aux dégâts que pourraient occasionner une telle technologie sur le cerveau. Celle-ci n’est peut-être pas aussi innocente qu’il y paraît !

Par Elian Jougla

L'AVIS DES INTERNAUTES

Cet espace vous est réservé.
Soyez la première personne à publier un commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous.

RETOUR SOMMAIRE