QUELQUES SUGGESTIONS...

MUSIQUE & SOCIÉTÉ.


L'OPÉRA ROYAL DE MASCATE, DU CLASSIQUE AUX PORTES DU DÉSERT

Situé au cœur de Mascate, capitale du sultanat d’Oman, l’Opéra Royal accueille de nombreuses grandes productions européennes de premier plan. En quelques années, la rareté de la péninsule arabique est venue rivaliser l’Opéra du Caire, en Égypte...


UN COMPLEXE CONSACRÉ À L'OPÉRA ET À LA MUSIQUE CLASSIQUE

Le complexe semble irréel avec ses terrasses de marbre de Carrare et sa palmeraie toute proche. Avec ses formes, on l’imaginerait très bien servant de toile de fond à l’un des « contes des mille et une nuits ». Pourtant, l’opéra est très récent. Initié en 2001 par un passionné de musique classique et d’art lyrique, le sultan d’Oman Qabus ibn Saïd, l’opéra a ouvert ses portes après quatre ans de travaux en 2011.


Ad Block

Un bloqueur publicitaire bloque le déroulement de cette page. Pour ne plus subir cette restriction, veuillez désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


Le nom du sultan suffit à expliquer les quelques « extravagances » de l’édifice. Entouré de montagnes et du désert, cerné par l’Arabie Saoudite, les Émirats et le Yémen, Oman et ses 4 millions de sujets respirent en fonction de l’humeur du vieux sultan dont la personnalité complexe, faite d’autorité et de douceur, apporte aux traditions séculaires une bien étrange modernité envers les arts occidentaux, surtout quand on songe à l’allégeance faite au texte sacré de l’Islam, le Coran.

© Juozas Šalna

L’architecture, tout en étant contemporaine, épouse le style des bâtiments publics du sultanat d’Oman. Il n’est pas question de suivre le mouvement inauguré par Dubaï ou Doha avec ses tours hérités de Manhattan. Si le rial est roi, l’Opéra Royal de Mascate semble bien être le résultat d’une folie passagère. Le territoire de l’Oman reste vigilant vis-à-vis de son indépendance et de sa neutralité politique. La réunion des Sunnites et des Chiites à une même table est déjà en soi une volonté qui ne doit jamais être remise en cause. Le vieux sultan y veille.

Qabus ibn Saïd n’a rien oublié de son long séjour en Angleterre où, conjointement à ses études, il découvrait adolescent la musique classique. Pour le sultan, le vaste complexe tout dédié aux arts vivants se devait d’être comme une mémoire et un « cadeau » offert à son peuple.

Derrière les murs à l'architecture omanaise se nichent bien des trésors qu’aucun amateur d’arts ne rendrait insensible. Le sultan homme amoureux des arts n’a rien oublié : une salle de théâtre et un auditorium, un centre artistique et des restaurants de luxe, mais aussi des jardins et un marché culturel. Pouvant accueillir jusqu’à 1100 spectateurs dans sa salle de concert, l’Opéra Royal de Mascate se définit comme un des hauts lieux de la musique classique du Moyen-Orient, un carrefour culturel en mesure d’accueillir aussi bien un répertoire d’œuvres occidentales que d’origine arabe.

Pour autant, la condition à la réalisation de l’opéra ne devait pas se déparer de l’harmonie architecturale de la cité, visiblement arabo-islamique avec ses dômes et arcades. De même, à l’image de la grande mosquée toute proche, l’opéra accueille des salles de prière attenantes aux studios de répétition. Très récemment, une passerelle a été construite et permet de relier l'imposant édifice à un autre palais plus modeste, un lieu où se déroule des concerts de musiques de chambre.

L’inauguration, qui se déroula en octobre 2011, devait présenter l’opéra Turandot de Puccini avec le concours du ténor espagnol Plácido Domingo. Depuis, les représentations n’ont eu de cesse de se dérouler, invitant les plus grands noms à se produire : les ténors Jonas Kaufmann et Andrea Bocelli, les sopranos Anna Netrebko et Renée Fleming, la violoncelliste Yo Yo Ma et l'Orchestre philharmonique de Londres, et même le trompettiste Wynton Marsalis. Par ailleurs, des concerts d'artistes arabes (Majida El Roumi) et indiens (L. Subramanyam) ont déjà eu lieu, ainsi qu'un hommage à la légendaire chanteuse arabe Um Kalthoum. Le théâtre, actuellement dirigé par Umberto Fanni, propose une dizaine de production par an.

L'opéra de Lascate a aussi une autre mission, celle d'éduquer en créant des liens solides avec toutes les couches de la population. Les établissements d’enseignement et les organisations culturelles à travers un certain nombre de programmes éducatifs et diverses activités conçues pour enrichir le grand public est essentiel. Sensibiliser le public au sujet de l'importance de la musique et de la culture participent à un rapprochement entre les différentes formes d'arts, que celles-ci soient occidentales ou orientales. Les programmes comprennent des conférences, des séminaires et des ateliers avec des journées "portes ouvertes" et présentations des programmes éducatifs.

Par Patrick Martial (Cadence Info - 04/2019)

Visiter le site officiel du Royal Opéra de Muscate


RETOUR SOMMAIRE
    YouTube