NEWSRECHERCHEPROPOSERCHANSONCLASSIQUEINSTRUMENTJAZZMUS. FILMSMUS. SOCIÉTÉROCK & CoSON TECH.BLUES, SOUL...

CHANSON


LA MAISON TELLIER
Interview autour de "Beauté Partout"

Aux confins d’un héritage folk revival composé d’harmonies vocales posées sur des rythmes country, La Maison Tellier est un groupe musical français qui a trouvé son équilibre en produisant des titres chantés uniquement en français. Fondé en 2004 par deux frères, Raoul et Helmut Tellier, le groupe nous livre à travers leur cinquième album, Beauté partout, un premier témoignage de leur prestation en concert…


INTERVIEW « LA MAISON TELLIER »


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


En octobre 2013, vous sortez Beauté pour tous que vous venez de rééditer suivi de La beauté partout qui contient des versions concerts de vos chansons. L’album précédent était riche, varié, très produit. Là, j’ai l’impression que vous avez voulu revenir à quelque chose de plus simple, de plus essentiel. Qu’est-ce qui a motivé cette direction ?

Raoul Tellier : On a eu beaucoup de temps pour composer et enregistrer les chansons. Dans l’album précédent qui était effectivement un petit peu foutraque on ne se reconnaissait pas trop dedans, alors on a recherché à resserrer notre discours pour obtenir quelque chose de cohérent que l’on pouvait tous assumer facilement.

Justement, comment avez-vous procédé pour restreindre votre champ d’action, parce que vous avez dû mettre des contraintes, j’imagine ?

Helmut Tellier : On a trié déjà, parce que comme disait Raoul, on a eu pas mal de temps pour composer. Les chansons venaient au fur et à mesure. Certaines étaient plus ou moins typées dans une direction ou une autre. C’est un tri que nous n’aurions pas fait auparavant. On s’est donné aussi la contrainte du chant en français, parce que ça faisait partie de ce côté « auberge espagnole » de l’album précédent.

Vous l’aviez un peu fait sur l'album L’Art de la fugue, mais pas suffisamment…

Helmut : C’est exactement ça. C’était moitié français, moitié anglais. Peut-être que le côté un peu foutraque venait aussi de ça. Cette contrainte est devenue finalement intéressante en unifiant les chansons entre-elles.

Qu’est-ce que ça a eu comme conséquence sur la création de chanter en français ? Cela a-t-il apporté une véritable direction musicale ?

Raoul : Pour entrer un peu dans la technique, les mélodies on ne les écrit pas de la même façon selon qu’on les chante en français ou en anglais. C’est une question de métrique de chaque langue... Au niveau des couleurs des chansons, en anglais, c’est peut-être idiot, mais c’est plus facile de chanter des paroles tristes sur des musiques gaies, alors qu’en français, cela devenait tout de suite plus difficile à adapter.


LA MAISON TELLIER - NOS CHERES DISPARUES


Vous avez modifiez même votre façon de travailler ensemble. C’est la première fois que vous travaillez vraiment ensemble sur la création ?

Helmut : On a été obligé, par la force des choses, en raison du français surtout, de collaborer d’une façon plus proche sur les instrumentaux que Raoul ramenait... Cela nous a obligés à faire des aller/retour entre mes textes et ses musiques et, du coup, ça a déclenché plus de facilité pour d’autres morceaux.

Avec l’album La beauté partout, c’est la première fois que vous enregistrez un concert. Pourquoi avoir décidé de nous faire découvrir vos chansons dans des versions live ?

Helmut : Je crois parce qu’on était prêt à le faire. Avant, cela aurait été prématuré, mais là c’était la première fois dans notre carrière où l’on maîtrisait suffisamment le sujet pour y aller. On s’est lancé là-dedans aussi parce qu’il existe une énergie en concert, qu’il se passe quelque chose. On voulait retrouver dans cet univers quelque chose que l’on ne retrouve pas dans les albums studios.

Et les arrangements de ces chansons en concert, vous y pensiez déjà avant même de les enregistrer ?

Raoul : Tout à l’heure on parlait de la création pour tous… Quand on a enregistré les chansons en studio, elles avaient été jouées au moins une fois sur scène, ce qui a certainement aidé à fabriquer cette impression de cohérence. La question s’était donc posée avant d’enregistrer les chansons, comment on allait les jouer sur scène, directement. Elles sont toutes passées par la case « scène » avant d’être gravé sur le disque.

Helmut : C’était vraiment un instantané de cette tournée-là, une photo souvenir aussi.

Il y a deux inédits sur le disque. Est-ce qu’on les retrouvera sur un prochain album ?

Raoul : Non, ce sont plutôt des chansons qui ont raté la porte d’entrée de la Beauté pour tous… Pour le moment ce sont uniquement des chansons de scène. On les avait enregistrées lors des sessions du disque studio, mais nous ne les avions pas conservées.

Propos reccueillis par S. F

(Cadence Info - 04/2015)


L'AVIS DES INTERNAUTES

Cet espace vous est réservé.
Soyez la première personne à publier un commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous.

RETOUR SOMMAIRE