NEWSRECHERCHEPROPOSERCHANSONCLASSIQUEINSTRUMENTJAZZMUS. FILMSMUS. SOCIÉTÉROCK & CoSON TECH.BLUES, SOUL...

CLASSIQUE / TRADITIONNEL


LES GRANDS DICTIONNAIRES DE MUSIQUE

Les ouvrages présentant la connaissance de la musique dans une forme claire et alphabétique existent depuis environ 500 ans. Cependant, la totalité de la connaissance de la musique est beaucoup trop vaste pour tenir dans une seule œuvre. C’est pourquoi les dictionnaires ont été séparés et concernent soit des articles spécialisés ou des renseignements biographiques, soit des artistes qui créent ou poursuivent l’œuvre d’autres artistes, soit uniquement l’histoire récente de la musique, la musique d’église ou les instruments de musique. D’autres dictionnaires renoncent à l’intégralité et relatent le plus important pour une utilisation
pratique.


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


Les dictionnaires connaissent une nouvelle forme pratiquement à chaque changement de génération. Le choix est vaste, si l’on tient compte des nombreux auteurs de nationalités différentes qui ont œuvré à l’émulation de la connaissance musicale. Les dictionnaires cités ci-dessous sont représentatifs de l’histoire musicale et de sa culture à travers différents pays.

Parmi les premiers dictionnaires édités, citons :

- Le “Terminorum musicae diffinitorium” de J. Tinctoris (1474)
- Le “Musicalisches Lexikon” de J. G. Walther (1732)
- Les “Musikalische Ehrenpforte” de J. Mattheson (1740)
- Le “Dictionnaire de la Musique” de J. J. Rousseau (1767) ne contient que des articles spécialisés.
- Le “Historisch-biographische Lexikon der Tonkünstler” en 2 volumes de E. L. Gerber (1790).
- La “Biographie universelle des Musiciens” en 8 volumes du belge F. J. Fétis (1835-1844). Il utilise ces sources historiques.
- Le “Quellen-Lexikon” en 10 volumes (1900 à 1904) est également très vaste. Ce que R. Eitner a réalisé dans un volume limité est aujourd’hui obtenu sur une base internationale.


EN ALLEMAGNE…

Le dictionnaire le plus significatif des dernières générations est celui de H. Riemann en 1882. Il a été amélioré par Riemann puis par A. Einstein. Dans l’édition de 1929 (en 2 volumes), il atteint un haut degré de perfection. Les conceptions historico-musicales et esthétiques de Riemann y sont naturellement mises en valeur. Les données présentées sont nombreuses et sûres, la présentation claire et bien disposée. Jusqu’en 1956, il est renouvelé sous la direction de W. Gurlitt. Les 2 premiers volumes, concernant les biographies, paraissent en 1959 et 1961. Le troisième, avec les articles spécialisés, suit en 1967. Pour le remaniement du dictionnaire de Riemann, Einstein a utilisé son expérience de la traduction du “Dictionary of Modern Music and Musicians” de A. Eaglefield-Hull en 1926. Ce dictionnaire ne prend en considération que la période postérieure à 1880.

Trois dictionnaires complémentaires sont méritoires :

- “Wörterbuch der Musik“, publié pour la première fois en 1940, E. Bücken s’éloigne du point de vue de la science musicale.
- “Unvergängliche Stimmen“, par K. J. Kutsch/L. Riemens (1962)
- “Kleines Musiklexikon“, par H. Bennwitz (1963)

En ce qui concerne les instruments, citons :

- “Lexikon der Geigen- und Lautenmacher“, par L. v. Lütgendorff (1904–1905)
- “Real-Lexikon der Musikinstrumente“, par C. Sachs (1913)
- “Handbuch der Laute und Gitarre“, par J. Zuth (1926).

La plus grande entreprise lexicographique qui ait jamais été réalisée en Allemagne est l’encyclopédie “Musik in Geschischte und Gegenwart” qui paraît en 16 volumes entre 1949 et 1979 sous la direction de F. Blume. On y tente de donner une présentation vaste de nos connaissances scientifiques avec la contribution des meilleurs experts. La présentation est agrémentée de nombreuses photos, de dessins, d’écritures et d’exemples.

Parmi les récents ouvrages de référence allemands, on peut notamment citer : “Das Große Lexikon
der Musik
” en 8 volumes de M. Honegger et G. Massenkeil (1979), édité en livre de poche en 8
volumes en 1987 ; “Knaurs Musiklexikon“, édité par R. E. Moritzen 1982 et “Meyers Kleines Lexikon der Musik“, édité par H. H. Eggebrecht en 1986.


DES DICTIONNAIRES DE MUSIQUE SPECIALISES

Certains dictionnaires ciblent d’une façon encore plus précise une période ou un style musical, c’est le cas de : “Tonkünstlerlexikon“, par Franck, qui ne s’applique qu’aux biographies et paraît pour la première fois en 1860. Il sera poursuivi par W. Altmann jusqu’en 1936. Le “Dictionary of Music and Musicians” de G. Grove, l’œuvre anglaise la plus importante, paraît pour la première fois en 1879. En 1927, H. Abert publie un “Dictionnaire Musical Illustré“. “Deutsche Musiklexikon” (1954) de H. et E. H. Mueller von Asow propose des renseignements biographiques sur les artistes qui vivaient en 1954 ! “Sacra musica” est le nom d’un dictionnaire de musique d’église catholique écrit par A. Weißenbäck (1934). Un autre auteur, G. Podhradsky publie en 1962 un “Dictionnaire de la liturgie“.

LES AUTRES GRANDS DICTIONNAIRES DE MUSIQUE…

Citons, pour les pays scandinaves, le “Musiklexikon” (1949) de Sohlman, très complet ; en Amérique, “The international Cyclopedia of Music and Musicians” (1939, 1946) de O. Thompson, le “Lexicon of Musical Invective” (1953) de N. Slonimsky, le “Dictionary of Music” (1958) de W. Apel, Harward, le “Backer’s Biographical Dictionary of Musicians“, 5e édition, complété par N. Slonimsky en 1958.

Concernant la France le “Larousse de la musique” en 2 volumes (1957), édité par N. Dufourq, F. Michel avec F. Lesure et V. Federov et l’”Encyclopédie de la musique” (1958). En Italie, le “Dizionario di Musica” (1925, 1946) de A. della Corte et G. M. Gatti, et le “Dizionario Ricordi della musica e dei musicisti” (1959, 1964) ; en Suisse, le “Historisch-biograph. Musiklexikon der Schweiz” (1928, 1939) de E. Refardt, et le “Schweizer Musiker-Lexikon des Schweizerischen Tonkünstlervereins” (1964) et enfin pour les Pays-Bas, l’”Algemene Muziekencyclopedie” en 6 volumes (1957-1963) de A. Corbet et W. Paap.


L'AVIS DES INTERNAUTES

Cet espace vous est réservé.
Soyez la première personne à publier un commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous.

RETOUR SOMMAIRE