ANALYSEDISQUESFAITS DIV.HISTOIREINTERVIEWLIVRESPORTRAIT
QUELQUES SUGGESTIONS...
DIRECT VIDÉO TENDANCE © PROTECTED BY COPYSCAPE
STATS MOIS NOVEMBRE 2018
80.890 visiteurs
530.079 pages visitées
(source AW Stats)

ROCK, POP, FOLK, ELECTRO...


MAESTRO : MONKEY BUSINESS, UNE COMBINAISON MAGIQUE DE SONS ÉLECTRO

Ils sont trois : Markie, Freddo et Tonio et constituent le groupe Maestro. La parution de leur album 'Monkey Business' laisse éclater une pop électro aboutie, ravageuse, et fourmillant de savantes combinaisons sonores. Ce sont 30 ans d’histoire de la musique club qui se déploient ici...


MAESTRO, UNE POP ÉLECTRO RAVAGEUSE


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


Voilà 30 minutes que j’observe médusé le trio franco-écossais Maestro dépeindre sur scène toutes les vagues du deuil amoureux, de la réconciliation, du réconfort et de la colère. Leur nouvel album Monkey Business m’était déjà apparu comme une tentative de comprendre l’éternelle question : « pourquoi ces choses nous arrivent encore et encore ? Comment l’amour peut-il se transformer en quelque chose de si violent, comment l’Harmony entre deux personnes en vient à se tarir complètement ? » Une question qui amène à se poser celle du pourquoi et du moment exact où se produit la fatale déchirure, celui-là même où deux personnes deviennent soudainement des étrangers. Evidemment il est impossible d’y répondre, alors que faire ? Est-ce que l’on doit tous se mettre à crier et faire de la musique ? Non, s’il-vous plait ! Pas tout le monde.

Maestro par contre, oui, sans aucun doute, ont le talent et la rage nécessaires.

Bien sûr, toute cette rage fait sens, car ma bonne vieille Angleterre a inventé une furieuse idée qui s’appelle la Pop. Or, c’est le Scottish de la bande qui, entre autres tâches, est en charge des paroles et du chant. L’Écosse a failli quitter le Royaume-Uni me direz-vous, mais il s’agit bien de la même cuisine. Et pourtant, c’est une autre tasse de thé…

Ils ont en effet commencé ce soir-là en dézinguant littéralement les plus extrêmes : d’un punk déviant aux synthés arabisants (Should I), jusqu’à maintenant cet inattendu trap totalement perverti (Dirty Bitch), tout en creusant entre-deux une vibrante veine européenne, redéfinissant les contours de son classicisme (pour exemple la pièce baroque Skyman et ses chuchotements détachés « Shit happens »).

Au milieu des complexités expérimentales se posent les plus douces mélodies (Sweet Talk, K.I.M…) et des frissons me parcourent tout le corps pendant le climax de la valse Yes Today. Ayant été moi-même réduit en morceaux et déçu par un être cher, j’espère qu’il y a, qu’il y aura, réconciliation avec le monde.

Maestro sont vifs et acides, barbares et virtuoses, ultimement illuminés par la combinaison magique des textures électroniques, aussi pures que provocatrices. Leur son parfois déconstruit, toujours du bon côté des 'Mountains of Madness', ne perd jamais son motif harmonique et à certains moments ce sont 30 ans d’histoire de la musique club qui se déploient de leurs hymnes.

Il semble ici, dans la musique comme au milieu du public, y avoir une certaine nécessité d'hystérie de masse, peut-être parce que nous passons de longues nuits blanches à écouter des disques et que nous connaissons tous bien ce dilemme, faire un pas et sortir de l’obscurité. « Don’t be afraid to close your eyes », ce seront les derniers mots de Maestro, avant de nous laisser continuer, seuls.


MAESTRO : HARMONY

Le lendemain matin, nous disons 'Yes Today' et nous nous réconcilions avec nous-mêmes. Encore une fois nous passons à autre chose. C’est une chance pour la France d’avoir Maestro, prions pour que leur génie et leur attitude soient reconnus comme une force, qui s’étende au territoire et au-delà. En harmonie. Merci les gars :

MARKIE - résolument discret dans son apparence.
FREDDO - ce type aux claviers qui ne regarde jamais le public.
TONIO - un batteur aussi subtil que maniaque.

L’album Monkey Business a été entièrement composé par Maestro, et enregistré au Studio Mechant à Paris et au Crowdspacer Studio à New York. Le tout consciencieusement mixé par Joakim et Maestro. Mastering par Chab. Distribué par Differ-Ant en France.

Charles Weinrich (Cadence Info - 03/2018)


RETOUR SOMMAIRE