CHANSON


MAËVA FISCHER : "ENDORPHINE", UN UNIVERS MUSICAL TEINTÉ DE SOUL ET DE JAZZ

Le monde insondable de la chanson est de temps en temps porteur d'heureuses surprises, c'est le cas avec la chanteuse Maeva Fischer. Cet été, l'auteure-compositrice et interprète révélée par Instagram publiait en ligne son second album, Endorphine ; treize chansons transportées par une production musicale sophistiquée.


"ENDORPHINE", AU CROISEMENT DES STYLES ET DES ENVIES

Après des mois d'écritures et de composition, Maëva Fischer nous offre Endorphine, un album comprenant 13 titres interprétés en français. L'inspiration est à l'image de l'existence de Maëva, faite de passions, d'engagements et de rencontres marquantes. Paradoxalement, la chanteuse n'a pas suivi un parcours des plus classiques, si tenté qu'aujourd'hui l'ébauche d'une carrière artistique puisse s'écrire d'une unique façon. Pour Maëva, le signal est venu d'Instagram et de l'engouement massif qu'elle a suscité sur les réseaux sociaux.

Tout à la fois musicienne, mère de famille et médecin radiologue, Maëva Fischer raconte en chansons des tranches de vie construites sur des notes alternant légèreté et profondeur. Sa voix met en lumière des textes et des musiques traduisant idéalement cette appétence à concevoir un univers, à la fois palpable et authentique. Côté verso, cela se traduit par un dépassement artistique dans lequel se glissent d'ardentes interprétations aux nuances maîtrisées, traduisant la personnalité de Maëva : sensible et authentique.

Au fil des chansons, la pluralité s'invite et la sophistication est au rendez-vous avec des titres écrits sur tous les tons. Celle qui se définit comme une "chanteuse avec mille vies en une" affronte les styles, les tempos, comme on traverse les épreuves. Par ailleurs, on ne peut que souligner la qualité des arrangements, ouverts et d'une diversité appréciable (ce qui est plutôt inhabituel dans les productions actuelles). Rien n'y manque, comme en témoignent les différentes couleurs orchestrales qui se font jour à l'écoute des titres et dont nous retiendrons : Ringard, Drapeaux rouges, Les faire pousser droit, Y'a pas, Ce soir, l'étonnante reprise de Gilbert Montagné, Les Sunlights des tropiques, ou encore 404 pour le côté dancefloor.

Néanmoins, chose étonnante, cette diversité de climats n'interdit pas une indéniable unité. Dans cet album, la musicalité tient une place essentielle. Chaque titre est joué de manière exclusive par un groupe de musiciens visiblement aguerris aux challenges. « Pour ce second album, je souhaitais absolument faire intervenir de vrais musiciens afin de le rendre le plus vivant possible », raconte Maëva.


AUTOUR D'UNE ÉQUIPE SOUDÉE

Le premier d'entre eux, Benjamin Samana, claviériste et ami de longue date de Maëva, est venu épauler la chanteuse dans la réalisation de l’album. Les autres intervenants sont venus se greffer petit à petit autour du projet.

D'abord la batteuse Alix Ewandé, tout de suite partante, qui suggéra le guitariste Rodrigo Viana, au toucher jazz. Pour la basse, Gabriel Équerre était déjà dans les rangs depuis qu'il accompagne Maëva sur scène. Puis, grâce aux réseaux sociaux, ce sera la rencontre avec le trompettiste daoud. Précisons également que sur un des titres (22 h 22), la chanteuse a fait appel à trois de ses enfants pour les chœurs et fait intervenir un slameur, Mike L’inspi, qui a écrit sa propre partie.

Enfin, pour n'oublier personne, citons Clémentine Meimoun qui assure les chœurs et dont la venue dans l'équipe s'est faite, si l'on peut dire, un peu par hasard, suite à quelques confidences sur son plaisir de chanter en dilettante. « Finalement tous les participants ne se connaissaient pas, mais il y a eu une connexion très forte autour de l’album. Maintenant, nous sommes inséparables », nous confiait Maëva.


MAËVA FISCHER : "RINGARD"

À PROPOS DE MAËVA FISCHER

Maëva a grandi à Paris, aux côtés de sa mère et de ses grand-parents. Dès sa tendre enfance, la musique est déjà prête à la capturer. Puis, elle découvre le jazz et la soul grâce à quelques amis musiciens de sa mère et avec qui elle passe beaucoup de temps en concert et en studio. Toutefois, la passion est mise à l'écart durant un longue période, le temps de finir des études de médecine, de fonder sa famille et d'occuper un poste de radiologue spécialisée en imagerie des cancers du sein à l'institut Curie.

La perte tragique de sa maman la pousse à s'investir dans l'écriture comme un appel à distance. La musique revient dans sa vie et se révèle partie prenante, comme une libération affective. En peu de temps, Maëva compose ses premiers titres en 2019. Puis, en 2020, elle décide de les partager avec une audience plus vaste que sa petite famille, tout simplement en utilisant les réseaux sociaux.

Face à l'engouement, révélé notamment sur Instagram, l'auteure-compositrice décide d'aller plus loin en peaufinant ses créations durant des semaines, et ce, malgré les obligations professionnelles et les responsabilités familiales, toutes aussi prenantes (Maëva est mère de six enfants). Quelques titres, puis un album (7, passage des Panoramas), sortent sur les plateformes de streaming en janvier 2021, accompagnés également de clips, de passages sur plusieurs scènes parisiennes et, à l'occasion, de divers autres lives.

En juin 2022, Maeva dévoilait son nouvel album, Endorphine, et offrait à ses fans, comme aux nouveaux venus, une belle occasion de découvrir des chansons aux écritures ciselées et à l'accroche addictive.

Par Elian Jougla (Cadence Info - 09/2022)


MAËVA FISCHER : "LE CONSTAT"

LES INTERVENANTS

  • Maëva Fischer : voix, compositions, arrangements
  • Benjamin Samana : claviers, arrangements
  • Rodrigo Viana : guitares
  • Gabriel Équerre : basse
  • Alix Ewandé : batterie
  • daoud : trompette
  • Clémentine Meimoun : chœurs
  • Mike L’inspi : slam sur "22h22"

Visiter le site officiel de Maeva Fischer


RETOUR SOMMAIRE

Consulter d'autres publications sur...

Facebook   Twitter   YouTube

sites partenaire : pianoweb.fr - musicmot.com