CLASSIQUE / TRADITIONNEL


OCTANTRION DÉVOILE SES MUSIQUES AUX LUEURS SCANDINAVES

Éléonore Billy et Gaëdic Chambrier conduisent l’ensemble Octantrion. Leur second album (II) est un voyage sonore aux confins des pays du nord de l’Europe, à la découverte des fjords colorés et des grands espaces ; une invitation à communier autour de belles mélodies scandinaves.


UNE MUSIQUE INSPIRÉE PAR DES AIRS TRADITIONNELS

Ad Block

Entouré de musiciens émérites, le duo Octantrion combine à la fois des influences traditionnelles et d’autres plus actuelles dans un répertoire où viennent se nicher des instrumentaux, des chants nordiques et des adaptations de mélodies traditionnelles - comme le souligne les cinq reprises suédoises et islandaises contenues dans l'album.

Pour finement restituer ce vaste répertoire, Octantrion a mis à sa disposition un instrumentarium des plus parlant : guitare-harpe, mandoloncelle, cistre basse nordique, hardingfele norvégien, nyckelharpa suédois... La couleur de ses instruments anciens nous est révélée dès l’ouverture de l’album avec l'instrumental Baltares Langdans.

Le groupe affirme sa forte personnalité artistique en déployant une musique neofolk délicate et sensible, agrémentant quelques titres de l'album avec des voix aussi harmonieuses qu'intenses.

Chaman, le premier extrait proposé par Octantrion, est un instrumental qui place en avant le mandocello (le plus grave de la famille des mandolines), la vièle suédoise et le violon hardanger.


OCTANTRION : CHAMAN

À PROPOS DE OCTANTRION

L’histoire discographique du groupe commence en 2014 avec un album autoproduit nourri de morceaux écrits avant tout pour la scène. Devant un succès qui lui a permis de se hisser un temps dans le classement des meilleures ventes grâce, entre autres, à leur invitation dans "La boîte à musique" de Jean-François Zygel, Octantrion devait réaliser une édition remasterisée en 2018 augmentée de quatre nouveaux morceaux baptisée 8.

© Marius Lenière

Apprécié par de nombreux musiciens scandinaves, Octantrion s'impose peu à peu sur scène comme l'une des références françaises dans le domaine des musiques neofolks. Visiblement séduit par les sonorités d’inspiration médiévale (trop souvent ignoré par nos contemporains malgré la présence de belles mélodies), le groupe continue de jouer la carte acoustique avec leur second album.

Cependant, alors que le premier album faisait la part belle aux instruments traditionnels joués par Gaëdic Chambrier (mandoloncelle, cistre basse nordique, guitare-harpe) et Eléonore Billy (hardingfele norvégien, nyckelharpa suédois), les deux artistes ont fait le choix d'utiliser des orchestrations beaucoup plus riches dans l'album II en invitant le chant (présent sur quatre titres) et en s'entourant de six musiciens additionnels.

Dans II, Octantrion a choisi comme fil rouge, la thématique du corbeau. Ce choix-là n'est pas anodin. L’oiseau au plumage noir symbolise à lui seul les cultures païennes des pays nordiques et des vikings. Avec ses légendes, ses mythes, la musique offerte généreusement par Octantrion est une véritable révélation pour celui ou celle qui appréhendent ces altières poésies sonores pour la première fois.

Tout au long des quinze plages (dont dix compositions originales), les mélodies prennent leur envol et finissent par vous trotter dans la tête. Respectueuses des silences, elles s’animent dès que pointent quelques vivaces ritournelles. Elles se réinventent pour tout dire !

Par Elian Jougla (Cadence Info - 10/2021)

Octantrion
Nouvel album II
Sortie le 22/10/2021 chez 'Quart de Lune/UVM Distribution/IDOL'

Suivre l'actualité de Octantrion sur sa page Facebook


RETOUR SOMMAIRE

Consulter d'autres publications sur...

Facebook   Twitter   YouTube

sites partenaire : pianoweb.fr - musicmot.com


×

Si une extension de type 'Adblock' (ou assimilée) est installée sur votre navigateur, celle-ci empêchera de consulter certaines pages de ce site dans leur intégralité. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce site collaboratif d'exister durablement. Pour obtenir un accès total, vous devez désactiver l'extension.