JAZZ ET INFLUENCES


OLIVIER GRENIER-BÉDARD ET LE GROUPE OLI ASTRAL - Portrait/Interview autour du disque 'From the Astral'

Oli Astral, nouveau trio montréalais, navigue entre le son de la guitare jazz et l'exploration des technologies audio numériques. La sortie prochaine de leur premier album, From the Astral, offre un paysage sonore éclectique tout à l’image de leur prestation scénique. Chez eux, l’ordinateur côtoie le synthétiseur modulaire mais aussi la projection d’images vidéos ; un vaste programme qui nous a incité à nous rapprocher de son fondateur, Olivier Grenier-Bédard, pour découvrir les enjeux de son nouveau projet.


LE GROUPE OLI ASTRAL, ENTRE VIRTUALITÉ ET RÉALITÉ

Ad Block

Le trio Oli Astral nous vient du Canada. Sa grande force : faire fusionner le son d'une guitare contemporaine avec une technologie héritée de la puissance numérique. Constitué d’Olivier Grenier Bédard (guitare, compositions), Frédéric Alarie (contrebasse) et William Régnier (batterie), Oli Astral élabore une musique équilibrée où l’humain est toujours présent ; Olivier Grenier Bédard s’empressant de nous préciser que si certains moyens sont utilisés sur scène comme les contrôleurs MIDI, les techniques de traitement audio numérique ou les synthétiseurs modulaires, ils ne sont là que pour servir l'imaginaire des musiciens.

Naviguant entre virtualité et réalité, Oli Astral conserve dans ce rapport au son des valeurs musicales profondément enracinées dans la tradition du jazz. Des éléments comme l'improvisation, les échanges entre musiciens - sans omettre les prises de risque - construisent entre les mains d’Oli Astral, les indispensables et favorables ressources propices à dynamiser tout processus créatif.


INTERVIEW D’OLIVIER GRENIER BÉDARD, FONDATEUR D’OLI ASTRAL

Olivier Grenier Bédard a accepté le jeu des questions/réponses à propos de son approche musicale et de la réalisation du premier album de Oli Astral.

Bonjour Olivier.. Sans trop entrer dans la description de votre parcours artistique, quels sont les points forts que vous aimeriez que les lecteurs de 'Cadence Info' retiennent de vous ?

Olivier Grenier Bédard : Bonjour Elian. Tout d'abord j'aimerais vous remercier pour cette entrevue. Je souhaite simplement que les lecteurs aient envie d'écouter la musique de mon nouveau projet "Oli Astral", et qu'ils jugent les points forts par eux-mêmes... Et si quelques-uns d'entre eux estiment que notre nouvel album "From the Astral" a un caractère unique, j'en serais ravi ! En tant que musicien, il a toujours été important pour moi de développer une identité. Quelque chose de personnel. Avec le trio, nous avons travaillé très fort pour créer un concept qui mélange le jazz, les ordinateurs sur scène, les synthétiseurs modulaires, l'improvisation et la projection visuelle. J'espère que l'effort derrière la création de ce concept se fera entendre dans la musique, et que l'auditeur aura une bonne expérience de notre prestation.

© Gabriel Forget - Frédéric Alarie et William Régnier

Comment avez-vous rencontré les musiciens qui vous accompagnent ? Pourriez-vous nous les présenter ?

Frédéric Alarie et William Régnier sont des musiciens géniaux. J'ai d'abord étudié avec Frédéric à l'Université de Montréal avant de jouer avec lui. Il est comme un guide pour moi, et pour bien des musiciens d'ici, son approche musicale est très particulière, très unique. Il navigue entre sa contrebasse et ses synthétiseurs modulaires. Peut-être certains lecteurs le connaissent-ils déjà, puisqu'il a joué avec plusieurs musiciens québécois tels que Lorraine Desmarais, Yannick Rieux, et j'en passe. Je suis très content qu'il fasse partie du projet, puisque sa philosophie musicale apporte beaucoup à mes compositions. Il est enthousiaste autant face à l'utilisation d'outils numériques que pour des moments d'improvisations plus ouverts, plus expérimentaux. Quant à William, c'est un batteur très versatile ! Il est très en demande, et on peut le voir et l'entendre autant dans des projets de jazz contemporain que dans des projets de musique pop ! Je voulais quelqu'un d'ouvert et de flexible.

Le trio jazz est par essence une formule qui a construit une bonne partie de l'histoire du jazz. Cette triangulaire doit reposer sur un parfait équilibre. De quelle façon vous l'abordez avec Frédéric Alarie et William Régnier ?

Nous écoutons les idées des uns et utilisons les forces de chacun. Il est important pour moi que les musiciens puissent s'exprimer à travers les compositions. C'est pour cela qu'il y a de la place pour les prouesses instrumentales de tous dans le trio, comme dans n'importe quel groupe de jazz ! Cependant, dans la première pièce (ndlr : From the Astral), nous avons également ajouté une improvisation collective, un peu plus ouverte, un peu plus expérimentale. Je pense que c'est une façon intéressante d'explorer le son du trio, surtout avec les textures sonores des synthétiseurs modulaires.

En dehors de votre autre expérience au sein du quartet Leaf qui affronte un jazz résolument ouvert, proche de la fusion, le trio Oli Astral, comme vous l’avez précisé, utilise de nombreux outils numériques. Quelles sont les difficultés rencontrées quand on utilise ce genre de matériel, étant donné que le jazz est une musique libre et ouverte, ce qui ne répond pas toujours à la rigidité imposée par la programmation ? Comment abordez-vous cela ?

L'équilibre entre "organique" et "numérique" est un constant combat, je dois l'admettre ! Il faut faire des choix, on ne peut pas tout avoir. D'un côté, lorsque nous désirons élargir le son du trio avec des overdubs, il faut se plier à la rigidité de la programmation. Dans ce cas précis, les grooves joués par William se marient très bien avec l'ordinateur ! D'un autre côté, lorsque nous désirons créer des atmosphères un peu plus électroniques, nous utilisons des textures sonores et des moyens organiques pour les jouer en live. Par exemple, les synthétiseurs modulaires de Frédéric sont complètement improvisés. Nous devons rester attentifs, et réagir ! De mon côté, j'utilise un des contrôleurs MIDI pour modifier les sons de ma guitare. Cela me permet d'ajouter des éléments au trio. Encore une fois, l'équilibre est la clé ! Parfois improvisation, parfois programmation.

© Gabriel Forget - Olivier Grenier-Bédard

Lors de vos concerts, en plus des outils numériques, vous diversifiez votre approche scénique en utilisant des projections visuelles. Pourriez-vous nous en dire un peu plus sur ce rapport à l'image et ce qui l'a motivé ?

Tout d'abord, je dois admettre que l'accessibilité aux outils et le progrès des technologies sont probablement ce qui a fait naître cette idée. Lorsque je me suis rendu compte qu'il était possible de synchroniser une image vidéo avec des sons à partir d'un ordinateur portable, ça m'a donné envie d'essayer. Ensuite, je me demande s'il n'y a pas quelque part dans les confins de mon subconscient un besoin d’expérimenter, un besoin d'élargir ma démarche artistique. L’épanouissement n'est-il pas présent dans chacun de nous ? N'est-ce pas la raison pour laquelle nos ancêtres ont exploré les mers, et ce pourquoi nous explorons l'espace aujourd'hui ?

Sans vouloir évoquer le guitariste Pat Metheny, dont il me semble que vous appréciez apparemment son jeu et sa limpidité sonore, je pose mon regard sur la guitare synthé dont il est un des précurseurs. Cela ne vous a jamais tenté de l'employer au regard des possibilités sonores offertes ?

Je possède un accessoire qui me permettrait d'aller dans cette direction, mais il est dans le placard depuis un bout de temps... Je suis plutôt intéressé par le "Ableton push" pour ce projet. Je laisse donc parfois la guitare de côté pour explorer les possibilités de ce contrôleur... Pat Metheny est définitivement une de mes influences.

From the Astral est le premier album de Oli Astral. Un premier album c'est pour l'auditeur une découverte et dans le meilleur des cas une révélation. Six titres le composent et l'improvisation occupe une place importante, ce qui apporte à ce disque un côté vivant. Une suite est-elle prévue ? Dans l'avenir, ferez-vous évoluer l'alliage entre ce jazz aérien que vous défendez et ses autres composantes qui le définissent ?

Absolument ! J'accorde beaucoup d'importance à l'exploration dans ma démarche artistique. J'ai déjà quelques idées en tête pour le futur... Et des idées pour l'expérience live aussi, puisque nous voulons qu'elle soit flexible et vivante. À la suite du premier album, nous aurons probablement un "single" supplémentaire à faire paraître durant l'année qui viendra. Il reste encore un peu de travail, mais pour ceux et celles qui s'intéressent au projet, il y aura une suite et une évolution.

OLI ASTRAL

  • Guitare : Olivier Grenier-Bédard (LEADER)
  • Contrebasse : Frédéric Alarie
  • Batterie : William Régnier
  • Enregistré au : Studio Le FreqShop, Mtl, Canada, par Derek Orsi

Oli Astral
Album ‘From the Astral’
Chez ‘Multiple Chord Music’
Sortie le 14/01/2022

Par Elian Jougla (Cadence Info - 11/2021)

Suivre l'actualité de Oli Astral sur sa page Facebook


RETOUR SOMMAIRE

Consulter d'autres publications sur...

Facebook   Twitter   YouTube

sites partenaire : pianoweb.fr - musicmot.com


×

Si une extension de type 'Adblock' (ou assimilée) est installée sur votre navigateur, celle-ci empêchera de consulter certaines pages de ce site dans leur intégralité. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce site collaboratif d'exister durablement. Pour obtenir un accès total, vous devez désactiver l'extension.