ANALYSEDISQUESFAITS DIV.HISTOIREINTERVIEWLIVRESPORTRAIT
QUELQUES SUGGESTIONS...
DIRECT VIDÉO TENDANCE © PROTECTED BY COPYSCAPE
STATS MOIS NOVEMBRE 2018
80.890 visiteurs
530.079 pages visitées
(source AW Stats)

JAZZ ET INLUENCES


UNE NOUVELLE DIRECTRICE À LA TÊTE DU JAZZ ACTION MONTPELLIER

Depuis l’automne 2013, le Jam de Montpellier est dirigé par Nathalie Lajara. Dans cet univers dominé par la gente masculine, la nouvelle directrice entend bien poursuivre la voie musicale déjà tracée, ouverte aux musiques actuelles…


DES CONCERTS ET DES FORMATIONS SUR MESURE

Elle l’avoue dans un demi-sourire, Nathalie Lajara ne va pas voir les 80 concerts que le Jam programme chaque année. La nouvelle directrice de l’école de jazz et des musiques actuelles de Montpellier ne rate en revanche jamais les auditions publiques de ses élèves. Mi-conservatoire, mi-salle de concert, le Jam est un endroit à part dans le paysage culturel de Montpellier.

LE JAM DE MONTPELLIER

Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


La salle Michel Petrucciani a accueilli bon nombre d’artistes. « L’acoustique est très bonne et l’endroit chaleureux », estime Nathalie Lajara qui participe à cette aventure depuis vingt ans avec Jean Peiffer qui s’occupe exclusivement de la programmation des concerts. « Je me charge du reste », sourit la quadra, évoquant avec affection celui qui reste la « voix » emblématique du lieu.

De cet ancien chai reconverti, à deux pas de la station Saint-Martin de la ligne 4 du tramway, sortent chaque année plus de 225 musiciens. Certains devenant même professeurs à leur tour. Parmi les enfants du Jam, la plus connue reste la montpelliéraine Emilie Simon (musique électronique) – avec trois Victoires de la musique à son actif. Ou encore Scotch et Sofa (groove) et les Grandes Gueules (électro-jazz), des groupes qui montent.

Outre l’acquisition d’une technique, le Jam permet aux élèves de jouer ensemble sur scène. « Nous avons aussi des formations spécifiques intensives pour les musiciens professionnels, financées par l’AFDAS, l’organisme qui s’occupe de la formation des intermittents du spectacle. Elles englobent les métiers de technicien, précise la directrice. Les artistes veulent se diversifier pour travailler. » Les dossiers de financement prenant du temps, les demandes se font dès le mois de mars pour la rentrée d’octobre.

L’école est surtout fréquentée par les garçons, principalement des guitaristes. Les filles sont plus attirées par le chant et le piano. « Nous subissons parfois les effets de mode. Il y a eu recrudescence de demandes lors de la première Star Académie. Ensuite ce fut la folie salsa… » se remémore, amusée, Nathalie Lajara qui travaille sur le projet d’organiser, dès le mois de mai 2014, des concerts acoustiques en extérieur, ouverts aux musiciens locaux.

Infos : Jam. 100 Rue Ferdinand-de-Lesseps. Site : Le Jam

Cet article a été proposé par un visiteur du site. Si vous aussi, vous souhaitez enrichir cette rubrique, veuillez consulter les conditions de mise en ligne


RETOUR SOMMAIRE