ANALYSEDISQUESFAITS DIV.HISTOIREINTERVIEWLIVRESPORTRAIT
QUELQUES SUGGESTIONS...
DIRECT VIDÉO TENDANCE © PROTECTED BY COPYSCAPE
STATS MOIS NOVEMBRE 2018
80.890 visiteurs
530.079 pages visitées
(source AW Stats)

ROCK, POP, FOLK, ELECTRO...


WHOMADEWHO : BRIHTER

Pour leur cinquième album intitulé Brighter, le trio danois WhoMadeWho signe un album électro mâtiné d’influences disco évidentes.


En 2005, les Danois de WhoMadeWho publiaient un premier disque hédoniste, qui comptait autant de tubes pour dancefloor. En tête, Satisfaction, version épileptique et rock d’un morceau dance composé par le DJ italien Benny Benassi. Mais aussi les plus langoureux Cigar ou Space for rent, aux voix hautes et énamourées… Sept ans plus tard, Tomas Hoffding (basse, chant), Jeppe Kjellberg (guitare, chant) et Tomas Barfod (batterie) peinent à s’affranchir de ce premier coup de maître. Ils ont pourtant essayé !


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


Le sous-estimé The Plot (2009) amorçait un virage pop, aux chansons moins clinquantes, baignées d’une belle mélancolie. Il y a trois ans, le mini LP Knee Deep s’enfonçait un peu plus dans la noirceur, en mariant pulsations électro et harmonies vocales héritées du rock psychédélique.


WHOMADEWHO - THE SUN


Aujourd’hui, Brighter, plus brillant, donc, est un retour aux sources du disco, avec basse énorme, kick de batterie et production ad hoc. Ca démarre fort avec Inside World, au chant qui rappelle presque l’égérie transgenre Sylvester. Tout au long ce cet album, on reste d’ailleurs captivé par la voix de Tomas Hoffding, bien doublée par celle, plus grave, de Jeppe Kjellberg (The Sun, The Divorce). Mais le disco a aussi ses dangers : il manque de ces titres « qui ramassent tout », comme les tubes évidents qui enflammaient le premier album. On attendait peut-être mieux qu’un disque juste agréable. Attendons la suite…

Par E. Perron (Cadence Info - 01/2013)


RETOUR SOMMAIRE