L'info culturelle des musiques d'hier et d'aujourd'hui

INSTRUMENT ET MUSICIEN


ACHETER UN INSTRUMENT DE MUSIQUE D'OCCASION

Il existe différentes raisons d'acquérir un instrument de musique d’occasion à la place d'un modèle flambant neuf. Si le prix fait généralement pencher la balance, d'autres considérations doivent être prises en compte pour s'assurer qu'il n'y a pas erreur sur la marchandise...


LES BONNES QUESTIONS À SE POSER

Comment ne pas se tromper ?

Choisir un instrument de musique demeure avant tout une question de goût et non de mode ou de marketing. Il est fondamental de préciser cela dès le départ.

La période actuelle, inflationniste, pousse les idées dépensières dans leur retranchement. En conséquence, je ne vous ferais-je pas l'affront d'évoquer un piano Fazioli, une guitare Ovation ou un violon Stradivarius ; des instruments onéreux, même sur le marché de l'occasion, et généralement réservés à un usage professionnel. Toutefois, comme rien ne se perd, se rabattre sur un instrument moins coté offre de temps en temps des opportunités qu'il faut savoir saisir.

© paruvendu.fr - Mais quel instrument choisir accordéon, bongos ou guitare ?

En premier lieu, vous devez connaître les motifs qui vous incitent à acheter un modèle d'occasion. Globalement, il est censé rester abordable financièrement, tout en offrant un aspect acceptable et un fonctionnement mécanique sans défaut. (1) C'est ce que l'on nomme le rapport qualité/prix, un indicateur posant des mots sur la notion de rentabilité, de bénéfice, avant l'acquisition d'un matériel. Cependant, cet indice est à relativiser, car dans le domaine des instruments de musique, d'autres points clés doivent guider votre choix. Les raisons peuvent être de nature objective, mais aussi subjective, notamment vis-à-vis de la qualité sonore et de la réputation de la marque.

Qu'il soit destiné à un musicien débutant ou confirmé, l'achat d'un instrument demande de la réflexion. Pour mener à bien sa prospection, l'important est d'avoir à sa disposition quelques infos, du genre : le nom du modèle, le numéro de série, l'année, le prix sur le marché de l'occasion (côte argus). Ces premiers renseignements doivent être suivis par des questions/réponses plus personnelles, à savoir :

1. Les arguments de vente. Pour quelles raisons l'instrument est mis en vente ? Les motifs ne manquent peut-être pas, mais cette question est essentielle pour "profiler" le vendeur, surtout si c'est un particulier.

2. La date d'achat. S'il est dans un état correct, s'il a quelques années au compteur et s'il fonctionne correctement, c'est généralement bon signe. Cela signifie que l'instrument n'a subi aucun dommage important, qu'il possède une "tenue" dans le temps et une fabrication robuste.

3. L'utilisation. A-t-il servi régulièrement ou occasionnellement, et dans quelles conditions ? Sur scène ou uniquement à domicile ?

4. L'entretien. A-t-il subi des réparations ? Quelles pièces ont été changées ? Pour le savoir, demander à consulter le carnet d'entretien ou les factures. Pour un piano, ce n'est pas une demande déplacée, sinon cherchez à rencontrer l'accordeur (ou le facteur). La vérification de la maintenance, de nature différente en fonction de l'instrument, est parfois riche d'enseignement. La requête n'a rien de farfelue, même quand il s'agit d'un instrument bas de gamme.

De telles questions constituent un tout qu'il faut ensuite "décoder". Il faut donc s'y préparer et ne pas hésiter à solliciter des conseils auprès d'un(e) ami(e) musicien(ne).

1. Toutes les pièces entrant en contact avec le jeu de l'instrument ainsi que les parties démontables doivent être vérifiées. Pour un piano, on vérifie l'état des cordes, des marteaux, des étouffoirs, le jeu latéral des touches, celui des pédales. Pour une guitare, ce sera le manche, les frettes, la mécanique des boutons, la résonance à vide de la table d'harmonie, etc.


LA FOURCHETTE DE PRIX

Il va de soi, qu'à l'achat, un matériel de musique d'occasion est moins onéreux qu’un instrument neuf. Vous vous en doutiez déjà ! Cela peut atteindre des rabais de 30 à 50 % comparativement à du neuf. De quoi imaginer la suite... Cependant, avant de s'enflammer, il est conseillé de se fixer une fourchette de prix. C'est la base, et c'est même indispensable. Se tenir à un prix à ne jamais dépasser, c'est éviter, le moment venu, de se laisser griser par un instrument que l'on aura vu sur Internet (ou dans un magasin). L'erreur fatale serait de dilapider toutes ses économies pour des raisons futiles. Sur le marché, les instruments d'occasions ne manquent pas et se renouvellent, surtout s'agissant de matériel de basse et moyenne gamme.


© FTV / Enrique Garibaldi  (france3-regions) - Quand eu lieu le déconfinement, en juin 2021, de nombreux débutants affluèrent dans les magasins de musique pour acquérir leur premier instrument, comme ici à Montpellier (Hérault).

LE VÉCU DE L'INSTRUMENT, LE SON

Un instrument d'occasion a un vécu. Avec le temps, le son d'un piano, d'une guitare ou d'un violon évolue pour diverses raisons ; ce qui ne signifie pas que la sonorité s'altère négativement au bout de quelques années. C'est même fréquemment le contraire concernant les instruments acoustiques. Par exemple, un piano neuf demande une sorte de rodage pour que son toucher et sa "consistance sonore" puissent livrer leurs qualités. L'ancienneté d'un instrument ne représente pas, fatalement, une faiblesse. Parfois, il existe d'anciennes séries d'un même modèle qui détiennent une qualité sonore jugée supérieure à d'autres, pourtant plus récentes. C'est notamment le cas avec les guitares et les basses électriques.

Idem concernant la réputation d'une marque. Qu'elle soit oubliée ou qu'elle ait disparue, cela ne signifie pas nécessairement que la fabrication était de mauvaise qualité ou que les modèles soient devenus obsolètes. De nouvelles implantations technologiques sur un instrument de musique récent n'indiquent nullement que la qualité sonore sera supérieure. Par ailleurs, si la vérité d'un instrument se devine dans les sons qu'il produit, il ne faut jamais oublier qu'un son qui ne plait pas (ou qui fatigue), ne donne pas vraiment envie de jouer !


LES LIEUX OÙ SE PROCURER UNE BONNE OCCASION

Le premier réflexe est d'aller sur Internet. Des sites spécialisés en nombre existent. Il y en a pour tous les goûts et pour toutes les bourses.

Même si vous ne passez pas par le Web pour obtenir l'instrument, les sites marchands sont utiles pour se faire une idée comparative du prix entre un même modèle, neuf et d'occasion. En revanche, leur faiblesse est de proposer des infos généralement succinctes ou erronées. En outre, l'achat en ligne comporte toujours un risque.

La seconde piste : les petites annonces de particulier à particulier. Par rapport à la presse, Internet possède une supériorité de choix et d'immédiateté (mise à jour). Néanmoins, si le magazine ou le journal que vous consultez est une édition locale, dans ce cas, l'avantage est de pouvoir se rendre plus facilement sur le lieu de vente. C'est donc une option à ne pas négliger.

Troisième piste, le magasin de musique. Les occasions sont moins fréquentes, mais quand une se présente, elle offre l'avantage d'en discuter avec le personnel, de tester l'instrument et de revenir si besoin. Pour le reste, n'allait surtout pas imaginer que tous les magasins de musique obtiennent une commission sur la vente. Parfois, ce sont uniquement des dépositaires qui rendent service à un bon client.

La dernière option : la salle des ventes. Il peut arriver qu'aux côtés d'instruments neufs, succèdent quelques fins de stocks (modèle d'exposition), voire des perles rares. Songez-y !

Par D. Lugert (Cadence Info - 12/2022)

À CONSULTER

LES MAGASINS DE MUSIQUE FACE AU COMMERCE EN LIGNE

CONNAÎTRE LA CÔTE ARGUS D'UN PIANO


RETOUR SOMMAIRE

Consulter d'autres publications sur...

FB  TW  YT