CECILE DE LAURENTIS : BRAND NEW SOUL (en savoir +)
Ad Block

Vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement. Pour consulter cette page dans des conditions visuelles normales, vous devez désactiver votre bloqueur publicitaire. Merci de votre compréhension. En cas de difficulté : procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"

CÉCILE DE LAURENTIS : BRAND NEW SOUL

Originaire de Toulouse, Cécile de Laurentis avait déjà enfant un pied dans le domaine artistique grâce à son père musicien de jazz. Sa formation musicale, elle la suit au Conservatoire de Perpigna, avant de poursuivre cette fois-ci à Toulouse en classe de musicologie à l'Université du Mirail. Cette accumulation de connaissances va bien sûr influencer d'en tirer avantage. La musique électro l'attire car le genre offre de nombreuses possibilités dans le domaine de la création. Le 1er Juin 2015, elle sort son premier EP qui reçoit un bel accueil de la part des blogueurs et des réseaux sociaux. Il s'en suivra une série de concerts parisiens. Brand New Soul sort après 10 000 Things (inspiré du célèbre thème Tubular Bells de Mike Oldfield) qui figure sur son deuxième EP.

UNE CHANSON PENSÉE COMME UN SCENARIO DE FILM

Pour sa chanson Brand New Soul, Cécile de Laurentis a imaginé un scénario façonné cinéma en le construisant par étapes. D'abord une introduction jouée à l'orgue suivie de quelques notes de piano, avant que le tempo entre dans la danse jusqu'aux voix qui se superposent. Un véritable laboratoire sonore où cohabitent harmonieusement piano, synthétiseurs, mégaphone et loops. Dans le texte, Cécile de Laurentis s’adresse à sa filleule de 8 ans qui s’appelle « Ambre ».

Peut-être faut-il voir dans cette façon d'aborder cette chanson-là, l’influence héritée d’un grand père qui avait pour habitude de faire des films en 8mm. De plus, dans le clip, le réalisateur Laurenzo Massoni a volontairement joué entre la lumière et l’obscurité, la couleur et le noir et blanc en filmant la danseuse Davina Villeneuve exécutant une danse à la fois saccadé, tribale mais aussi très sensuelle. Le résultat de cette approche est visiblement réussi et très cinématographique.