JAZZ ET INLUENCES


ÉRIC LEGNINI : SIX STRINGS UNDER, UN RETOUR À L’ACOUSTIQUE

Pour son album Six Strings Under, le pianiste Éric Legnini a décidé de faire une déclaration d’amour à la guitare sous toutes ses formes et à travers des genres qu'il affectionne tout particulièrement. Pour ce musicien complice de Joe Lovano, Stefano Di Battista ou d’Ibrahim Maalouf, Six Strings Under indique également le désir d’un retour aux sources en faisant appel à des instruments acoustiques et des compositions purement instrumentales.


UNE ODE À LA GUITARE SOUS TOUTES SES FORMES


Ad Block

Un bloqueur publicitaire bloque le déroulement de cette page. Pour ne plus subir cette restriction, veuillez désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


Même si l’on retrouve le contrebassiste Thomas Bramerie, déjà présent sur deux de ces aventures chantées, Éric Legnini a choisi pour son album Six Strings Under deux guitaristes qu’il aime tout particulièrement : Hugo Lippi et Rocky Gresset. La présence de ce dernier, véritable pilier de la musique de jazz manouche et guitariste autodidacte a obligé le pianiste belge à modifier sa manière de travailler : « Il ne lit pas la musique, il joue tout d’oreille. C’est presque mon opposé, car chez moi ma culture est très classique. », explique Éric Legnini.

L’album Six Strings Under est une ode à la guitare qui met en forme l’art des standards chers à Hugo Lippi ou à Thomas Bramerie, comme le souligne parfaitement l’un des classiques des années 30, Stomping at the Savoy, ou celui d'un "jazz gitan" en la personne de Rocky Gresset. Cependant, cet album offre bien d’autres perspectives, la guitare s’accrochant sous d’autres latitudes en flirtant avec la musique pop, façon Radiohead (Daydreaming), vers la bossa, façon Carlos Jobim (La Mangueira) - titre en hommage à son amie et complice brésilienne Marcia Maria disparue en 2018 - , voire en affrontant l’afrobeat, façon Fela (Boda Boda). Éric Legnini a même l’audace de proposer une messe miniature dédiée aux guitares du rock anglais… mais sans guitare ! C’est ainsi que sur la reprise de Space Oddity (David Bowie), Éric Legnini joue quasiment seul au piano : « C’était le challenge : je voulais une version lente et dépouillée. Mais je voulais aussi coller au plus près de la mélodie et de son interprétation originale. »


ÉRIC LEGNINI : BODA BODA


Six Strings Under, c’est aussi et surtout une vraie madeleine de Proust pour le Belge fan du « sentiment d’espace » apporté ici par les trois instruments 'piano-contrebasse-guitare'. « L’interplay est très différent car d’ordinaire c’est souvent la batterie qui prend la main dans un groupe. » précise le pianiste.

La formule de ce trio acoustique n'a pas été choisie par hasard. À ses débuts, Éric Legnini avait un penchant, une affection toute particulière envers trois pianistes adeptes de cet assemblage particulier, certainement impropre au jazz si l'on admet la batterie comme une pièce essentielle à l'aventure de cette musique. Ses véritables maîtres à penser sont précisément ceux qui ont magnifié cette formule canonique : Oscar Peterson et son swing légendaire, Nat King Cole et sa voix mielleuse, et Ray Charles au royaume de la soul... Un escorteur de voix et deux chanteurs ; comme quoi, même quand il n’utilise pas la voix, Éric Legnini l’a toujours en point de mire !

Éric Legnini
Nouvel album Six Strings Under
Sortie le 6 septembre chez 'Anteprima Productions'

Suivre l'actualité d'Éric Legnini sur sa page Facebook

À CONSULTER

ÉRIC LEGNINI, L'ALBUM WAXX UP

Cadence Info (07/2019)

RETOUR SOMMAIRE
    YouTube