NEWSRECHERCHEPROPOSERCHANSONCLASSIQUEINSTRUMENTJAZZMUS. FILMSMUS. SOCIÉTÉROCK & CoSON TECH.BLUES, SOUL...

BLUES, SOUL, REGGAE, RAP, WORLD MUSIC...


GILBERTO GIL OU LA MUSIQUE DU TROPICALISME

Partout où la violence politique s’impose, celui ou celle qui lui résiste devient une icône. Au Brésil, ce sera le cas d’un musicien au destin exceptionnel : Gilberto Gil.


L’INSTAURATION DU TROPICALISME

Ministre de la culture de 2003 à 2008, il avait pourtant connu la prison trente quatre ans plus tôt. Pour comprendre son parcours, il faut se souvenir qu’en 1964, au Brésil, un coup d’état avait conduit au pouvoir une junte militaire. Dans ce climat de dictature, la fantaisie de Gilberto Gil et de ses amis artistes regroupés dans le mouvement du Tropicalisme est très mal accueilli.


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


Ce mouvement musical, qui apparaît en 1968 avec la sortie d’un disque qui s’appelle Tropicalia, et qui réunit les artistes les plus à l’avant-garde de la musique brésilienne, produit une musique proche du rock psychédélique. Sans être de véritables Hippies, ils portaient des tenues afghanes et indiennes, et trouvaient leur inspiration dans ce qui se passait en Californie, dans cet état où une certaine liberté de paroles avait vu le jour. Cette attitude fort déplaisante pour le régime en place avait fait du Tropicalisme un mouvement de résistance contre la dictature, et c’est entre autres pour cette raison-là que le chanteur Gilberto Gil séjournera en prison.

© Thesupermat - Gilberto Gil au 'Festival de Cornouaille' à Quimper (2010).

Né à Salvador de Bahia, Gilberto est l’un des descendants de cet espace de création commencé trois siècles plus tôt. Sa carrière débute au son de la bossa nova, mais rapidement son sens de la justice le pousse à écrire des chansons sur la politique et l’activisme social. Tout comme Caetono Veloso, ses compositions s’inspirent aussi bien de la musique afro-américaine que des rythmes de samba et des sonorités africaines. Gilberto est un fils du "Candomblé", une religion formalisée à Bahia, mais résultant d’un mélange de croyances provenant d’Afrique de l’Ouest et du Christianisme.

Au-delà de la musique, Gilberto chante les liens de son pays avec l’Afrique. Il montrera la voie pour que Brésiliens et Africains se connaissent et fassent renaître ce fil rompu suite à l’esclavage. Jacob Desvarieux (musicien) : « Il est une des légendes des musiques d’Amérique latine. Le chanteur a popularisé dans le reste du monde une musique brésilienne… Quand on entend ces chansons, on sent que cela provient d’Afrique et que c’est joué par des gens qui ont une expérience en dehors de l’Afrique. » (1)


ECOUTER : GILBERTO GIL - AQUELE ABRACO


EXIL ET POLITIQUE

A sa sortie de prison, il quitte le Brésil avec CaetonoVeloso pour le Royaume-Uni. A Londres, il croise sur sa route les grands leaders de la scène pop des années 70, notamment Pink Floyd et Yes. Cette complicité musicale ne l’empêche nullement de continuer sa propre carrière solo. Puis ce sera les Etats-Unis pour une série de concerts avant le retour au Brésil en 1980, où il effectuera une tournée aux côtés du chanteur de reggae Jimmy Cliff.

C'est à la fin des années 80 que le chanteur s’engage en politique. Elu en janvier 2003, le nouveau président Lula da Silva le nomme comme Ministre de la Culture. Gilberto Gil devient l’un des premiers noirs avec le footballeur Pelé à obtenir un poste aussi important. Prenant à cœur la charge qui lui est confié, le chanteur aura hâte de bien faire, surtout en ce qui concerne les droits d’auteur et le numérique dont il deviendra un précurseur, devançant même la France dans ce domaine. Le nouveau Ministre de la Culture a déjà compris que le numérique et Internet sont les challenges du 21e siècle, que ceux-ci sont capables de remettre en cause l’avenir de la création artistique, et comment celle-ci doit se reconfigurer pour que la pérennité des droits d'auteur en pâtissent le moins possible. Mais en raison de quelques erreurs politiques, et peut-être lassé de ne pas voir ses objectifs aboutir réellement, Gilberto Gil démissionnera en juillet 2008 pour retourner à sa carrière de musicien.

1 - Les légendes des musiques noires - David Brun-Lambert

Par Elian Jougla - 03/2015

L'AVIS DES INTERNAUTES

Cet espace vous est réservé.
Soyez la première personne à publier un commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous.

RETOUR SOMMAIRE