NEWSRECHERCHEPROPOSERCHANSONCLASSIQUEINSTRUMENTJAZZMUS. FILMSMUS. SOCIÉTÉROCK & CoSON TECH.BLUES, SOUL...

MUSIQUE DE FILMS


ISABELLE HUPPERT, LE REGARD D’UNE COMÉDIENNE SUR LA MUSIQUE

De prime abord on pourrait penser qu’il est difficile de créer des passerelles entre les différents domaines artistiques. Musique, cinéma, danse et théâtre ont pourtant comme premier point commun celui de transmettre des émotions. Pour la comédienne Isabelle Huppert, il semble évident que musique et jeu d’acteur jouent dans la même cour...


UEN RÉELLE ATTIRANCE POUR LA MUSIQUE


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


Dans sa carrière, Isabelle Huppert a eu l’occasion de chanter à plusieurs reprises, comme celui de s’exprimer en lançant un « message personnel » dans 8 Femmes de François Ozon. Quelques années auparavant elle tentera même l’aventure de la chanson en dehors des plateaux de cinéma sur un ton nostalgique (18 ans – 1978). Cette escapade ne durera qu’un temps très bref. En 2001, elle est plus à son avantage en prêtant sa voix pour dans l’album concept Madame Deshoulières de Jean-Louis Murat.

Quinze ans plus tard, le cinéma lui propose le rôle d'un chanteuse, Liliane, dans le film Souvenir de Bavo Defume. Isabelle Huppert y incarne une ancienne candidate de l’Eurovision tombée dans l’oubli, mais qui revient dans la lumière grâce à un jeune boxeur dont elle s’éprend. Dans la lignée de Pink Martini, les chansons épousent un côté rétro servies par une Isabelle Huppert convaincante et qui conduit le personnage là où l’on ne l’attend pas. Enfin, on n’oubliera pas de souligner sa performance, cette fois-ci en tant que professeur de piano, dans le film La pianiste de Michael Haneke, où son personnage, à la fois dur et cruel, en fait voir de toutes les couleurs à ses élèves (lire l’analyse sur Piano Web).


ISABELLE HUPPERT : MESSAGE PERSONNEL (ext du film 8 Femmes)

En mars 2017, Isabelle Huppert se confiait au magazine 'Classica'. La comédienne établissait alors un parallèle entre la musique, l’art lyrique et le jeu d’acteur. Pour ceux qui connaissent l’actrice, on ne saura guère étonné d’un tel rapprochement car la musique occupe chez elle une place bien réelle.

Pour de nombreux acteurs, la musique produit une sorte d'attirance fantasmée au point parfois de se lancer dans la chanson même si à l’arrivée bien peu sont élus. Isabelle Huppert s’en explique en ces termes : « L’acteur est bridé par la langue et chaque langue possède son propre rythme. Pour retrouver le naturel de la vie, celui-ci peut être amené à jouer avec le rythme, à ralentir, à accélérer, à jouer avec les silences... C’est en cela que notre art se rapproche de la musique. Je pense aussi à l’écoute, puisque jouer, c’est jouer avec, et l’on peut par un silence aller au plus près de ce qu’on veut exprimer. Comme un silence en musique ne ressemble jamais à un autre silence, car il est nourri de ce qu’il précède, il dépend du contexte. »

Isabelle Huppert ne cache pas non plus son penchant envers la musique classique et l’Opéra ce qui, à la simple vue des performances de ces intervenants, conduit la comédienne à poser un regard ludique sur la pratique et l’expression du chant lyrique : « Lorsque je vois L’Opéra de quat’sous, j’ai l’impression que des acteurs doivent y arriver, mais c’est probablement une illusion. », mais aussi à travers la qualité des interprétations : « J’aime bien comparer différentes versions d’une œuvre. C’est très instructif. J’ai écouté les Impromptus de Schubert par Brendel, Lupu, Perahia, c’est passionnant. »

© Nicolas Genin - Isabelle Huppert au 66ème Festival de Venise

La complexité de ses personnages parfois ambigus, rebelles ou distants, victimes fragiles ou atteints de pulsions morbides, s’accompagnent chez l'actrice d’un professionnalisme exemplaire. Sa "froideur" montée sur pellicule finalise l’image de l'actrice. De chaque rôle, Isabelle Huppert en fait quelque chose de personnel, jamais banal. La comédienne est rarement dans l’imitation. Cela est d’autant plus vrai si le film est porteur d’un sujet atypique ou singulier. L'actrice réalise à l’écran sa propre interprétation du rôle qui lui est confié et, dans ce sens, elle rejoint la musique dans ce qu’elle a de plus fort et de plus authentique. « La seule chose qui me guide, c’est la recherche de la vérité ou de ce que j’imagine être la vérité d’un personnage. C’est simple si l’on évite l’idéalisation, le sentimentalisme et que l’on tente d’approcher l’innocence de la nature humaine. »

À travers ce rapprochement délimitant les rôles respectifs du musicien ou du chanteur et de l’acteur, Isabelle Huppert souligne l’importance accordée à la technique, celui de faire confiance à la caméra, comme le musicien avec le micro : « La caméra est capable de sentir ce que vous pensez, pas besoin de surligner. Puis il y a le montage, étape cruciale de notre langage. C’est pourquoi je peux à peu près tout jouer, mais pas avec n’importe qui... Parce que ça se construit à deux. »

Par Elian Jougla (Cadence Info - 02/2018)
(source 'Musica' - 03/2017)

L'AVIS DES INTERNAUTES

Cet espace vous est réservé.
Soyez la première personne à publier un commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous.

RETOUR SOMMAIRE 'MUSIQUE DE FILMS'