NEWSRECHERCHEPROPOSERCHANSONCLASSIQUEINSTRUMENTJAZZMUS. FILMSMUS. SOCIÉTÉROCK & CoSON TECH.BLUES, SOUL...

SCIENCE & TECHNIQUE


LE RETOUR DE LA CASSETTE AUDIO APRÈS LE VINYLE

Après le retour du disque vinyle, voici venu celui de la cassette audio. Qui aurait cru que ce support allait renaître de ses cendres après toutes les critiques qui le condamnèrent ? Mauvaise qualité sonore, fragilité de la bande, distribution limitée… Seule la cassette vierge avec son prix et son côté « tout terrain » avait rencontré un vrai succès. A l'ère du numérique, la K7 pourrait-elle avoir une toute petite place, ne serait-ce que pour les plus nostalgiques d'entre nous ? Depuis maintenant deux ans, la K7 donne quelques signes de frémissement au point que d’importantes maisons de production commencent à s’y intéresser…


APRÈS LE VINYLE, LE RETOUR DE LA K7 EST ANNONCÉ

Si le disque vinyle trouve quelques explications à son retour en devenant avant tout un objet collector très tendance, l’arrivée de la K7 sur le marché interroge bien plus qu’il n'apporte de solution. En effet, si de son temps la K7 audio vierge a toujours été perçu comme un objet de grande consommation – surtout en devenant le support incontournable du walkman -, elle avait aussi deux gros défauts : une bande qui se fragilisait au fil des lectures et un son de qualité inférieure par comparaison à la grosse bande magnétique ; des faiblesses que le tout puissant numérique se fit un devoir de surmonter au point de provoquer sa disparition.


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


Le déclin du petit objet rectangulaire ne fit pas couler beaucoup d'encre ; en tout cas, bien moins que la suppression annoncée du vinyle qui déchaîna de vives réactions, surtout vis-à-vis du son numérique. Le premier grief en faveur du disque vinyle étant de posséder une « chaleur » et une « rondeur » inimitables.

Malgré ses qualités sonores indéniables, les ingénieurs du son, les musiciens, les acousticiens, jusqu’au moindre consommateur, tout le monde ou presque avait un avis tantôt positif ou négatif sur ce "son numérique". Sans recul, les opinions manquaient forcément d'objectivité, mais qu’importe ! Pour les amateurs du « beau son », ce n’étaient pas seulement une question d'écoute, de sensations personnelles, mais bien plus. La présentation de la pochette avec ses photos, le texte des chansons et le graphisme participaient également à la défense de l’objet menacé d'instinction.

Les défenseurs du son analogique avait certes livré leur combat, mais il est certain que lorsque l’économie de marché voit se dresser devant-elle un nouveau moyen pour faire fructifier à coup sûr de l’argent, on se doute que le son analogique devait tôt ou tard disparaître pour renaître dans l’autre camp sans état d’âme.

De son côté, la K7 n’a jamais eu l’occasion de soulever de tels affrontements idéologiques. Bien que plus maniable que le vinyle, elle n'a jamais joui auprès de l'audiophile ou du mélomane du même intérêt. En fait, la cassette est toujours restée un support audio de second plan, tout juste bonne à se glisser dans un walkman ou un auto-radio.


UNE QUESTION DE NOSTALGIE OU PAS ?

Aujourd’hui, il est bien difficile d’expliquer cet engouement soudain pour la cassette audio. Est-ce un coup de marketing bien pensé ? Un sursaut de nostalgie envers un objet que l’on croyait révolu ? Ou une tendance donnant suite, en toute logique, à l’engouement du vinyle ?

La vente des K7 audio est encore discrète, mais elle est bien là. En 2016, près de 130 000 exemplaires ont été vendus. Rien de comparable avec le disque vinyle et ses 13 millions d’unités écoulés à travers le monde. Pour autant, certains spécialistes estiment que l’année 2017 sera marqué par le grand retour de ce support, tout au moins concernant les cassettes enregistrées. Ceux qui ont traversé la grande époque de l’analogique souriront certainement de voir qu’il n’y avait peut-être pas que du négatif dans l'utilisation de la K7 audio.

L’objet phare des années 70/90 reprend vie peu à peu, mais jusqu'à quand ? Face à la surabondance des supports actuels, ce retour de la cassette audio ne peut s'expliquer que par le "fun", l'aspect "vintage" qu'elle procure et non par l’intérêt vital qu'elle aura à "restaurer" la vie du son analogique. Aujourd'hui, il est encore trop tôt pour connaître l’impact réel qu'aura le retour de cet objet sur le consommateur. Cependant, tout laisse à supposer que pour la dernière génération habituée au tout numérique, nul doute que la cassette audio ne soit qu'une curiosité amusante, d'autant plus que la cassette audio nous renvoie directement à l’histoire de papa et de grand-papa !


INTERNET REDONNE VIE À LA CASSETTE AUDIO

Une fois de plus c’est Internet qui a permis à la bande rétro de refaire surface. Près de la moitié des ventes se font en ligne. Le reste se partage entre les magasins de disque et les grandes chaînes de distribution. Quelques artistes ne cachent pas leur intention d’utiliser à l’avenir ce support de distribution, même si pour le moment la K7 audio ne concerne essentiellement que la réédition : Purple Rain de Prince, The Slim Shady d’Eminem, Les Gardiens de la Galaxie : Awesome Mix Vol.1 (entre 3 000 et 4 000 unités vendues).

Cette relative confidentialité risque de grossir dans les mois qui viennent, car déjà les grosses maisons de production comme Disney, Sony ou Universal ne cachent pas leur intention de passer commande pour des inédits. La fameuse "National Audio Company", dernier grand fabriquant de K7 audio, et qui a enregistré pour le Canadien Justin Bieber sa première cassette, ne compte pas, lui-aussi, s’arrêter en si bon chemin.

Les principaux atouts de la K7 audio sont dans sa maniabilité et dans son boîtier rigide qui empêche tout contact des doigts sur la bande ; des particularités qui ont séduit par le passé ses utilisateurs. Mais aujourd’hui, aura-t-elle toujours ce pouvoir « magnétique » ? Sera-t-elle capable de raviver la nostalgie des anciens ou d’attirer la curiosité des plus jeunes ? Au fond, le retour en force de la cassette audio ne s’explique-t-il pas tout simplement par ce désir inavoué de l’objet palpable, personnel, et un brin rétro que ne possèdent plus nos chères clés USB et autres disques durs ?

Par Elian Jougla (Cadence Info - 02/2017)


RETOUR SOMMAIRE