MUSIQUE DE FILMS


LILLI PALMER ET LES MUSIQUES DE SES FILMS RÉUNIES DANS UN 'BEST OF'

D’origine polonaise, la comédienne Lilli Palmer a brillé sur grand écran pendant près de 40 ans. De cette longue carrière ont surgi des films dont les musiques seront signées par quelques maîtres du cinéma hollywoodien, Max Steiner, Dimitri Tiomkin et Franz Waxman entre autres ; des noms qui ne peuvent que retenir l’attention des amateurs de musique de films et que nous retrouvons désormais dans un 'best of' proposé par 'disquescinemusique' et intitulé Best Lilli Palmer Movie Themes.


LILLI PALMER, UNE LONGUE CARRIÈRE À L'INTERNATIONAL

D’Allemagne en Angleterre jusqu’aux États-Unis, la carrière de cette fascinante actrice s’étend sur près de quatre décennies. Destinée à suivre les pas de son père médecin, elle ira à l’encontre de sa volonté pour suivre des cours de théâtre et devenir comédienne, tout comme l'avaient été sa mère et sa sœur aînée Irene Prador.


Un bloqueur publicitaire bloque une grande partie de cette page.

En 1935, elle obtient son premier grand rôle dans Crime Unlimited, un drame policier qui lui permet de décrocher un premier contrat avec une maison de production britannique. C’est le début d’une longue carrière qui ira crescendo. Puis, ce sont les États-Unis. Lilli Palmer commence alors à jouer aux côtés de grandes vedettes de l’époque, dont Gary Cooper et Rex Harrison avec qui elle se marie en 1945.


℗ Disques Cinémusique

Parmi les premiers films dans lesquels Lilli Palmer tient un rôle principal, on relève quelques musiques remarquables : Cloak and Dagger, un drame réalisé en 1946 par le génial réalisateur Fritz Lang sur une musique de Max Steiner ; No Minor Vices en 1948 (musique Franz Waxman) et The Four Poster en 1952 (musique Dimitri Tiomkin).

En 1954, pour diversifier ses rôles, de comédienne elle prend également l'habit de chanteuse et joue avec la débutante Romy Schneider dans la comédie musicale Feuerwerk (Feu d'artifice) dont l’action se déroule dans le milieu du cirque ; les deux actrices se retrouveront à l’affiche quatre ans plus tard dans le drame Mädchen in Uniform (Jeunes filles en uniformes) où la comédienne polonaise tient le rôle d’une enseignante confrontée à l’adoration d’une élève orpheline en mal d’affection (Romy Schneider).

En France, elle tourne sous l’œil de la caméra de Jacques Becker Les Amants de Montparnasse en 1958 ; film le plus connu de sa carrière. La musique est alors signée par le pianiste et compositeur des grands succès de l’orchestre de Ray Ventura, Paul Misraki. La même année retour à la comédie aux côtés de Fernandel et de Gérard Philippe dans la comédie à sketches La Vie à deux de Clément Duhour, construit sur un scénario posthume rendant hommage à Sacha Guitry. La musique, très dynamique, est de Hubert Rostaing.

Côté américain, nous devons souligner la partition composée par Alfred Newman pour le drame Trahison sur commande (The Counterfeit Traitor -1962), dans lequel la comédienne partage la vedette avec William Holden. Dans un autre registre, en 1963, elle tourne dans une production de Walt Disney, Le grand retour (Miracle of the White Stallions - 1963). À ses côtés Curd Jurgens et Robert Taylor. Paul J. Smith est le maître d’œuvre de la partition. Encore jamais parue sur disque, le Best Lilli Palmer Movie Themes nous propose de la découvrir.


LILLI PALMER : ‘OH, MEIN PAPA’ (Feuerwerk – 1954)

VOIR LA VIDÉO

Dans cet album numérique nous trouvons aussi la musique du film britannique Les Conspiratrices (Conspiracy of Hearts) qui répond à l’image par petites touches discrètes. Écrite par le violoniste italien Angelo Lavagnino (assez méconnu de ce côté-ci des Alpes), ‘disquescinemusique’ a eu la bonne idée de « restaurer » la BO en rassemblant les passages marquants dans une suite exempte de dialogues et d'effets sonores. Dans ce film puissant, Lilli Palmer incarne une mère supérieure prête à risquer sa vie et celle de ses religieuses pour sauver des enfants juifs de l’Holocauste.

En aparté de sa carrière cinématographie et de ses rôles interprétés pour la télévision, Lilli Palmer a été la vedette d’émissions de variétés et l’auteure de romans, dont certains ont été traduits en français. Son autobiographie, Change Lobsters and Dance : An Autobiography, est parue en français en 1979 chez Robert Laffont sous le titre Un bon petit soldat.

Pour info, plusieurs des films de Lilli Palmer sélectionnés pour leur musique dans ce 'best of' peuvent être visionnés sur DVD et sont présentement offerts sur YouTube dans leur version intégrale.

Par Elian Jougla (Cadence Info - 12/2020)

LES TITRES

  • Main & End Titles (Cloak and Dagger, 1946) par Max Steiner
  • Suite (Cloak and Dagger, 1946) par Max Steiner
  • Main & End Titles (My Girl Tisa, 1948) par Max Steiner
  • Body and Soul (Body and Soul, 1947) par Tony Martin
  • Main Title (No Minor Vices, 1948) par Franz Waxman
  • Overture (The Four Poster, 1952) par Dimitri Tiomkin
  • Main Title (Feuerwerk, 1954) par Paul Burkhardt
  • Oh, Mein Papa Song (Feuerwerk, 1954) par Lilli Palmer
  • Finale: Oh Mein Papa reprise (Feuerwerk, 1954) par Lilli Palmer
  • Kalinka (Anastasia, 1956) par Lilli Palme
  • Suite (Les amants de Montparnasse, 1958) par Paul Misraki
  • Générique début & Finale (La Vie à deux, 1958) par Hubert Rostaing et Serge Bodot
  • Suite (Jeunes filles en uniforme, 1958) par Peter Sandloff
  • But Not for Me (But Not for Me, 1959) par Ella Fitzgerald
  • Suite (Conspiracy of Hearts, 1960) par Angelo Lavagnino, Muir Mathieson
  • Main Theme (The Pleasure of His Company, 1961) par Alfred Newman
  • Main Title / Meeting Collins (The Counterfeit Traitor, 1962) par Alfred Newman
  • Main Title & Prologue (Miracle of the White Stallion, 1963) par Paul J. Smith
  • Horse Show in Vienna (Miracle of the White Stallion, 1963) par Paul J. Smith

Écouter des extraits et se procurer l’album 'BEST LILLI PALMER MOVIE THEMES' sur Amazone.

Visiter le site officiel de 'Disques Cinémusique'


RETOUR SOMMAIRE 'MUSIQUE DE FILMS'
Facebook   Twitter   YouTube

sites partenaire : pianoweb.fr - musicmot.com