ROCK, POP, FOLK, ELECTRO...


MATHIAS DUPLESSY & THE VIOLINS OF THE WORLD : BROTHERS OF STRING

Après le succès de son dernier album Crazy Horse, ses 20 millions de vues sur Facebook et ses quelques tournées internationales, Mathias Duplessy et ses acolytes "les Violins of the World" reviennent avec Brothers Of String, un album toujours plus audacieux et créatif, composé de voyages imaginaires…


BROTHERS OF STRING, UN ALBUM EUPHORISANT

Brothers of String est le troisième épisode des aventures sonores de Mathias Duplessy et de ses Violins of The World, groupe composé de Guo Gan, maître de la vièle chinoise erhu, Aliocha à la vièle scandinave et Epi à la vièle à tête de cheval et au chant mongol. Insatiable curieux, Mathias Duplessy n'a eu de cesse de diversifier ses sources d'inspiration, et de collaborer avec des artistes de toutes les traditions, abolissant ainsi les frontières des genres, pour aboutir à un style sans pareil.

Sur l'album Brothers of String, on retrouve un boléro lancinant aux épices d’Asie (Texas Boléro), une valse lente aux effluves Japonaise (A Japanese in Paris), un jazz manouche chinois (Chinese Dumplings) ou un hommage à Bruce Lee (Kung-Fu)… mais aussi une reprise spectaculaire de Brothers In Arms de Dire Straits, et une version déjantée du Bon, la Brute et le Truand de Morricone.

Cet album est complètement euphorisant, un véritable feu d’artifice de couleurs et d’énergie. La guitare de Mathias Duplessy vogue avec grâce et aisance dans tous les registres, enrobe et soutient les trois vielles qui s’entremêlent et se détache toujours harmonieusement. À découvrir avec le premier extrait Chiken Del.


DUPLESSY & THE VIOLINS OF THE WORLD : CHICKEN DEL

Avec Brothers of String, le compositeur voyageur Mathias Duplessy et ses Violins of the World nous embarquent dans un voyage musical aux confins des steppes et des déserts, des montagnes arides jusqu'aux vallées luxuriantes. Toujours à l’écoute des sons d’ailleurs, les quatre musiciens dressent une passerelle entre tradition et modernité.

Le Vielle mongole d’Epi a souvent des accents de Gibson saturée, rock ou blues, tandis que le Erhu sensuel de Guo Gan s’aventure avec délice dans des improvisations « Grapeliennes » ou orientales. Le Nyckelharpa d’Aliocha, toujours d’une grande élégance tant au niveau des ornements que de la dynamique, nous impressionne dans la reprise Brothers In Arms de Dire Straits, un des joyaux de l’album.

© Thibault de Puyfontaine - Duplessy & The violins of the World

L’autre reprise de l’album est une version déjantée du Bon, la Brute et le Truand de Morricone. On est plongé dans une chevauchée entre Western et Mongolie où la voix hallucinante d’Epi (qui couvre quasiment quatre octaves) nous fait littéralement décoller. En écoutant l’album Brothers of Strings nous sommes comme dans un film différent à chaque morceau et une envie se fait vite ressentir, celle de les voir un jour sur scène…

Par Xavier Chezleprêtre (Cadence Info - 12/2019)

Duplessy & The Violins of The World
Nouvel album Brothers of String
Sortie le 24/01/2020 chez Absilone

Visiter le site officiel de Mathias Duplessy


RETOUR SOMMAIRE

Consulter d'autres publications sur...

FB  TW  YT