NEWSRECHERCHEPROPOSERCHANSONCLASSIQUEINSTRUMENTJAZZMUS. FILMSMUS. SOCIÉTÉROCK & CoSON TECH.BLUES, SOUL...
QUELQUES SUGGESTIONS...

MUSIQUE & SOCIÉTÉ.


MICHEL FUGAIN PESTE CONTRE L'ÉMISSION ‘THE VOICE’

Le chanteur de 75 ans a encore les crocs bien acérés. Dans son interview accordée au journal 'La Provence', Michel Fugain estime que l’émission ‘The Voice’ est « une catastrophe industrielle. Rien ne sort de ça. » et que « Le peuple regarde l'émission mais personne ne va les voir en concert ».


‘THE VOICE’ MIS À MAL

À bientôt 76 ans, Michel Fugain a toujours bon pied bon œil. Le chanteur n’a rien perdu de sa verve après plus d'un demi-siècle de chansons. Les motivations artistiques semblent intactes comme au premier jour ; et si le désir de distraire a toujours rythmé sa carrière, le chanteur a gardé intact ses engagements, à l’écoute des événements de notre société, sensible à l’injustice et dénonçant la main mise du capitalisme.


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


L’émission ‘The Voice’, tellement sollicité par les téléspectateurs, aurait pu continuer son existence pépère si la question qui fâche ne lui avait été posée. Fugain n’y va pas avec le dos de la cuillère en évoquant ses participants : « Aucun n'écrit ni compose… Cette génération n'a pas faim. Ce sont des "Tanguy". Je le sais, j'ai les mêmes à la maison. Ils ont tous des codes vestimentaires... C'est une secte, un club privé. » Les mots sont durs, mais ils sont à la hauteur de ce détournement artistique qui dure maintenant depuis plusieurs années.

Un véritable miroir aux alouettes basé sur des performances souvent éphémères. Trop vite, trop fort, le « télé-crochet » d’aujourd’hui n’a plus la même vérité ni les mêmes forces et faiblesses que du temps de Brassens ou de Brel. Les enjeux ont tellement changé ! Ce n’est pas tant les artistes qui en sont la cause (ils peuvent toujours rebondir, s'ils en ont les moyens) mais le système mis en place qui cherche à favoriser l’audimat. Ils sont jeunes et aussi déterminés que les « anciens », mais est-ce suffisant ?

Certains feront remarquer que grâce à 'The Voice' des noms ont circulé : les Fréro Delavega, Amir Haddad, Kendji Girac, Louane, Anne Sila, Slimane, etc. Mais seront-ils là dans dix ans ou plus, rien n’est moins sûr ! À une époque pas si lointaine où la découverte, la révélation d’un artiste original, atypique ou engagé se comptait sur les doigts d’une main chaque année, les médias font circuler de nouveaux artistes comme si c’était un mal nécessaire, comme si le « parc des vétérans » - qui se réduit au fil des ans – craignait que la relève ne soit plus assurée.

Pour avoir entendu nombre de jeunes artistes, je ne peux que me rallier aux mots de Fugain quand il dit « Le chanteur sert à que dalle à part au plaisir des oreilles. Mais aujourd’hui, ils ont tous la même voix, les filles sont des 'pipistrelles', personne n’articule... La plupart ne sont pas musiciens. » Parmi les propositions que nous recevons, et malgré notre bonne volonté et notre tolérance, force est de constater que certaines productions correspondent à ce constat : texte incompréhensible (mixé trop en arrière, trop d’effets ou mal articulé), uniformité des inspirations (imitation).

Toutefois, je n’irai pas jusqu’à dire que « c’est une génération perdue », car le monde musical bouge sans cesse. Certes, une part d’audace a disparu ; la prise de risque n’est plus instinctive, elle est devenue démonstrative. Mais que ce soit dans 'The Voice' ou d'autres émissions de ce genre, les participants (talentueux ou pas) ne sont en réalité que des pions au service d’une télévision qui cherche, par tous les moyens, de louables raisons pour se distinguer face à la concurrence, toujours plus âpre et dont Internet, le premier, en est visiblement le responsable.

Par Elian Jougla (Cadence Info - 02/2018)


RETOUR SOMMAIRE