ANALYSEDISQUESFAITS DIV.HISTOIREINTERVIEWLIVRESPORTRAIT
STATS MOIS NOVEMBRE 2018
80.890 visiteurs
530.079 pages visitées
(source AW Stats)

JAZZ ET INLUENCES


PORTRAIT DU PIANISTE YARON HERMAN : LE PIANO JAZZ REVISITÉ

Le jeune pianiste franco-israélite Yaron Herman possède déjà derrière-lui une expérience musicale solide. Alors que son jeu instinctif se déploie avec talent sur les scènes internationales, de Montréal à Paris en passant par Londres ou Berlin, son parcours atypique séduit autant qu’il peut déconcerter tant ses activités professionnelles sont fort nombreuses : compositeur (publicité, musique de films…), président de jury, membre de la « France China Foundation », orateur de conférences…


PETITE BIOGRAPHIE DE YARON HERMAN

Yaron Herman est né en Israël en 1981. Alors qu’il commence une carrière prometteuse en tant que joueur de basket dans l'équipe nationale israélienne junior, une sérieuse blessure au genou va réduire à néant ses ambitions sportives. Cette remise en cause lui offre l’occasion de se rapprocher de la musique et du piano qu’il décide d’aborder à l'âge de 16 ans, sans autre ambition, avec le coach et professeur Opher Brayer qui développe une approche basée à la fois sur les mathématiques et la psychologie.


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


En un temps record, Yaron Herman va absorber cette méthodologie assez déconcertante baptisée "real time composition", et qui consiste à utiliser des patterns mathématiques imbriqués les uns dans les autres où chaque étape entraîne la suivante. Le jeune homme qui entre-temps est devenu étudiant en philosophie à l'université de Tel-Aviv, s’accorde à cet enseignement aussi bien qu’il exploite à son avantage la riche palette des accords consonants et dissonants propres au piano jazz. Cette assimilation - plus que théorique - lui permet à l’âge de 18 ans de remporter l’un des prix de la "Rimon School of Jazz and Contemporary Music" de Ramat Ha-Sharon.

Porté par cette distinction, Yaron Herman s’envole pour les Etats-Unis en 2000. Deux ans plus tard, il s’installe à Paris et prend ses marques en enregistrant son premier album Takes 2 to Know 1, avec le batteur Sylvain Ghio (2003). Le pianiste inscrit dès lors ses « théorèmes musicaux » à travers des envolées qui s’écartent toujours plus de l'école jazz traditionnelle, flirtant aussi bien avec le classique que la musique populaire, mais toujours par le biais de l’improvisation.

Son esprit inventif, son jeu vif et aérien lui ont déjà permis d’être récompensé à plusieurs reprises : "Trophée du Sunset/Sunside" (2003), "Premier prix au concours de Jazz à la Défense" (2005) – À noter que la même année, il sera le premier pianiste de jazz à jouer dans la Cité Interdite de Beijing -, "Victoire de la musique 2008" (catégorie Révélation).

La liste des musiciens avec lequel il a joué démontre, s’il en est, que Yaron Herman est un artiste sans étiquette : Dominic Miller, Valgeir Sigurdsson, Bertrand Chamayou, Kurt Rosenwinkel, Lars Danielsson, Avishai Cohen, Michel Portal, Jean-François Zygel, Pat Metheny, Quatuor Ebène ou encore Yaël Naim, Matthieu Chedid et Erik Truffaz.

D’autre part son attachement à la conception mathématique et émotionnelle de la musique conduit Yaron Herman à effectuer quelques détours en tant que conférencier et consultant dans des lieux aussi divers que la Sorbonne (conférence sur la « composition en temps réel »), l’École Polytechnique de Lausanne et autres lieux estimés par les théoriciens de la musique et des maths, voire même chez Google (Management & Creativity). En 2012, il devient président du jury de la "Montreux Jazz Solo Piano Competition", et à partir de 2015 du "Montreux Jazz Academy".


YARON HERMAN - 5e de BEETHOVEN

Yaron Herman, ce brillant et jeune pianiste de jazz influencé autant par Keith Jarrett que par Lennie Tristano ou Brad Melhdau, livre dans l’émission « La boîte à musique » sa version de la 5e de Beethoven. On se doute que les quelques notes symptomatiques de la symphonie vont être sous ses doigts, étirées, modulées à tous les tons et en toute liberté….

(La boîte à musique - document France 2).

En fait, la 5e n’est qu’un prétexte à son immense talent. Dans cette improvisation, le pianiste marie aux accords jazz ses références rock (Nirvana ou Police ont déjà été sacrifiés à cet exercice) et classique (Scriabine, Ravel, malgré une nette préférence pour Gershwin).


YARON HERMAN & ZIV RAVITZ, UN DUO COMPLICE...

Avec Yaron Herman, le piano se décline en solo mais aussi en duo, comme dans cette vidéo avec le batteur Ziv Ravitz. Nul doute qu’un tel assemblage, fort rare dans le jazz sans avoir l’épaule de dame contrebasse, est idéal pour mettre en avant le rythme dans ce qu’il a d’essentiel. Quand on aborde une musique improvisée, le rythme est toujours au cœur de l’exposé.

(concert enregistré à La Grande Halle de la Villette à Paris en septembre 2015 – document Arte).

Aux phrasés typiquement jazz succèdent des ascendances rythmiques brutes, une ligne de basse qui surgit dont on ne sait où et qui conduisent nos pas vers des réminiscences de musiques rocks. Un sacré mélange qui s’enrichit au contact de la musique classique du 20e siècle quand vient le temps du recueillement.

On n’ose dire une fois de plus que le piano est avant tout un instrument de percussion. Dans cet extrait où Yaron Herman fait preuve d’une énorme complicité avec le batteur, il est difficile de lire ou de poursuivre une quelconque grille, à moins qu’en fermant les yeux on puisse détecter l’insondable…


DISCOGRAPHIE YARON HERMAN

  • Yaron Herman & Sylvain Ghio : Takes 2 to Know 1 (2003 - Sketch)
  • Variations (2006, Laborie Records)
  • Raphaël Imbert Newtopia Project : Suite élégiaque (2006, Zig-Zag Territoires)
  • Yaron Herman Trio : A Time for Everything (2007 - Laborie Records), avec Matt Brewer (b) et Gerald Cleaver (d)
  • Yaron Herman Trio : Muse (2009 - Laborie Records)
  • Yaron Herman Trio : Follow the White Rabbit (2010, Act Records)
  • Alter Ego (2012 - Act Records)
  • Dominic Miller : Fifth House (2012 - Q-rious Music)
  • Adam Baldych : The New Tradition (2014 - Act Records)
  • Everyday (2015 - Blue Note Records)

Par Elian Jougla (Cadence Info - 04/2017)


RETOUR SOMMAIRE