L'info culturelle des musiques d'hier et d'aujourd'hui

CHANSON


CAT STEVENS BIOGRAPHIE/PORTRAIT. "KING OF A LAND", LE GRAND RETOUR

À la fin des années 60, quand le public fait la connaissance de Cat Stevens, celui-ci n'a pas encore l'apparence d'un hippie. Le jeune artiste ne porte pas la barbe et sa coupe de cheveux ressemble plutôt à celle des Beatles première époque. Il cherche sa voie et propose des chansons dont personne ne veut, leur reprochant même le manque de bons sentiments et d'amour...


LES ANNÉES POP

De son véritable nom Steven Georgiou, Cat Stevens est né à Londres en juillet 1948 et grandit au milieu de parents grecs passionnés de musique, ce qui favorisera son désir d'accorder au 5ᵉ art une place primordiale, une raison d'être jusqu'à espérer pouvoir en vivre un jour.

© A. Vente wikimedia – Cat Stevens à ses débuts (15/10/1966 - Télévision allemande)

Cet espoir se présentera une première fois en décembre 1966. Steven a 18 ans et se fait remarquer avec Matthew and Son, un premier succès, suivi d'un autre en mars 1967, I'm Gonna Get Me A Gun, deux titres que l'on pourrait qualifier de chansons de variétés aux buts strictement commerciaux.

Mis à part les simples que sont Morning Has Broken, Sad Lisa, Lisa, Peace Train, proposés en 1971, Sitting en 1972, et The Hurt, l'année suivante, ce sont habituellement les albums de Cat Stevens qui sont appréciés du grand public, ce qui se vérifiera dès la parution du premier opus, Matthew and Son, en 1967, influencé à la fois par le rhythm and blues américain, le folk de Bob Dylan et par le duo Simon and Garfunkel.

Immédiatement après la parution du second album, New Masters (1967), Cat Stevens part en tournée avec Jimi Hendrix. Le chanteur mène dès cet instant une vie à cent à l'heure, enchaînant concerts, boissons et cigarettes... jusqu'au jour où il s'effondre et qu'une tuberculose manque de le tuer. Pendant son repos forcé qui va durer une année, il se met à lire des ouvrages sur la métaphysique, la spiritualité et s'intéresse à la numérologie comme à l'astrologie.


CAT STEVENS : "LADY D'ARBANVILLE" (1970)

LE DÉPART D'UNE SECONDE CARRIÈRE

© AM Records blogspot.com – Pochette du 45 tours "Moon Shadow" (1971).

À son retour, Cat Stevens est devenu un autre homme. Il est barbu, il porte les cheveux longs et interprète Lady d'Arbanville (1970), une chanson dédiée à une jeune comédienne avec qui il entretient une relation sentimentale (Patti d'Alberville). Ce succès doit être légitimement considéré comme le point de départ de sa seconde carrière. À cette époque, l'auteur-compositeur est accompagné, faut-il le souligner, par Peter Gabriel à la flûte (Katmandu), futur chanteur du groupe de rock progressif Genesis, mais également par son fidèle guitariste Alun Davies et par le percussionniste Harvey Burns.

Avec ses nouvelles chansons, le chanteur démontre un réel potentiel. Ses fables poétiques sont d'une touchante simplicité et sa popularité ne va pas cesser de croître, surtout en France où ses albums rencontreront un vif succès : New Masters (1967), Mona Bone Jakon (1970), Tea for the Tillerman (1970) ou encore Teaser and the Firecat (1971) dans lequel figure le futur claviériste de Yes, Rick Wakeman (piano sur Morning Has Broken). Par ailleurs, la même année, Cat Stevens est invité à écrire la musique du film d'Hal Hashby, Harold et Maude (1971).

Cette seconde carrière émérite va se poursuivre jusqu'en 1977, année où il cesse toute activité artistique professionnelle. Cat Stevens devient musulman et prend le pseudonyme de Yusuf Islam avec l'intention de pouvoir disposer enfin d'une réelle liberté en accord avec sa foi.


CAT STEVENS : "MORNING HAS BROKEN" (album "Teaser and the Firecat" - 1971)

UN CERTAIN YUSUF ISLAM

© Bryan Ledgard wikimedia – Yusuf Islam (BBC Radio 2 Folk Awards - 22/04/2015).

Le 7 septembre 1979, Yusuf épouse à Londres Fauzia Mubarak Ali, à la mosquée de Regent's Park. S'il continue de chanter, il ne le fait qu'à l'occasion d'opérations caritatives ou religieuses, car sa conversion à l'Islam l’amène à s'interroger sur ses choix artistiques, se demandant comment rendre compatible une carrière musicale avec une pratique rigoureuse de l’islam prenant sa source dans le Coran (une radicalité qui lui sera longuement reprochée au point de se voir inscrit – par erreur – sur la « liste noire » des personnes interdites sur le sol américain, à la suite des attentats du 11 septembre 2001).

Durant cette longue parenthèse conduite au seuil du réceptacle de la parole de Dieu, Yusuf n'abandonne pas réellement la musique, mais son activité se limitera au domaine religieux, hors de tout emballage médiatique. Cependant, l'artiste anglais sort un premier album en 1995 sous le nom de Yusuf Islam : The Life of the Last Prophet. D'autres tentatives suivront, jusqu'au jour où voyant son fils jouer de la guitare, le chanteur reçoit une sorte de révélation, retrouve l'inspiration et renoue avec la musique comme à ses débuts.

L'année 2006 sera celle son glorieux retour dans les médias avec l'album An Other Cup, un LP aux couleurs pop qui vise à concilier les musulmans avec l’Occident. Roadsinger, paru en 2009, viendra confirmer cette renaissance.

En mai 2011, Yusuf Islam a l'opportunité de sortir une fois de plus de l'anonymat en occupant momentanément les réseaux sociaux avec la mise en ligne gratuite de sa chanson My People qu'il décrit comme « un message adressé au monde et aux peuples luttant contre les régimes oppressifs ». L'autre fait marquant de ces dernières années a été son intronisation au "Rock And Roll Hall Of Fame" lors d'une cérémonie se déroulant le 10 avril 2014.


YUSUF ISLAM : "PAGAN RUN" (album "King of a land")

"KING OF A LAND" LE YUSUF/CAT STEVENS D'AUJOURD'HUI

© Dark Horse Records – Pochette de l'album "KIng of a land".

Dix de préparation pour offrir douze nouvelles chansons, c'est le temps que s'est accordé Yusuf Cat Stevens pour sortir son 17ᵉ album... De quoi faire la une dans les médias spécialisés, surtout dans la presse anglaise. Publié au mois de juin de cette année, King of a Land raconte l'histoire d'un petit garçon qui imagine ce qu'il ferait s'il était le Roi de son pays. Yusuf/Cat Stevens signe là un voyage musical dans la pure lignée stylistique du célèbre auteur-compositeur des années pop.

Nul doute, le chanteur Yusuf Islam alias Cat Stevens demeure un véritable conteur ! L'album King of a Land est en effet à l'image des chansons que l'artiste écrivait et composait dans les années 1960/1970 : de la poésie peuplée de rêveries sur des mélodies tantôt douces, tantôt enlevées. Revoici donc plus d'un demi-siècle après ses débuts, l'ancienne popstar renouant à nouveau avec ses messages d'amour, d'unité et de paix comme au premier jour. Le seul bémol pourrait être sa croyance envers Dieu qui imprègne tout ou partie de l'album. Pour les fans de la première heure, mais pas que !

Yusuf/Cat Stevens
album "King of a Land"
sorti le 16 juin 2023
chez "BMG Rights Management / Dark Horse Records"

Par Elian Jougla (Cadence Info - 07/2023)


RETOUR SOMMAIRE

Consulter d'autres publications sur...

FB  TW  YT
CADENCEINFO.COM
le spécialiste de l'info musicale