htm">

ROCK, POP...


LES GROUPES OUBLIES
DE L'HISTOIRE DE LA "ROCK-MUSIC"


IDES OF MARCH - ILOUS ET DECUYPER - INFLUENCE - ISOTOPE - IT'S A BEAUTIFUL DAY



IDES OF MARCH

Ce grand orchestre rock dans la lignée des Blood, Sweat & Tears ou de Chicago a connu son premier hit en 1970 avec Vehicle. L’album du même nom démontra la qualité de cette formation composée notamment de Jim Peterik au chant et à la guitare, de Bob Bergland au sax et à la basse, et de Ray Herr, John Larson et Chuck Soumar aux cuivres. On y trouve d’intéressantes versions de Wooden Ships et surtout d’Eleanor Rigby, rebaptisée pour la circonstance Symphony For Eleanor. Ides Of March disparaître l’année suivante.

IDLE RACE

Lorsque les Nightriders de Birmingham changèrent leur nom en Idle Race en 1967, le groupe comportait Jeff Lynne (le manitou du groupe, guitariste et chanteur), Dave Pritchard (guitare, chant) Greg Masters (basse) et Roger Spencer (batterie). En pleine période post-psychédélique et pré-hard-rock, leurs chansons simples aux mélodies inspirées des Beatles ne rencontrèrent une audience qu’aux États-Unis. Leurs accointances avec les Move amenèrent Jeff Lynne à rejoindre ceux-ci au début de l'année 1970, mais il fut remplacé par Mike Hopkins et Richie Walker. Après un troisième LP (Time Is), les musiciens de Idle Race se séparèrent.

ILOUS ET DECUYPER

Duo français remarqué en 1972 pour son premier album, Ilous et Decuyper, où l’on trouve une intéressante version d’Eleanor Rigby et un remarquable pastiche des Rolling Stones intitulé Beurk, produit par Claude Puterflam. Ce duo enregistra par la suite Aime-toi toi-même en 1973 et se séparera l’année suivante.

INFLUENCE

Emigrée aux États-Unis à la fin de l’année 1967, cette formation canadienne fut remarquée pour un rock-opéra Mad Birds Of Prey (janvier 1968), alors le premier conçu et interprété sur le continent américain. Influence regroupait en son sein de très bons musiciens dont Louis Campbell (guitare), Andrew Keiler (chant), Jack Gesinger (basse) et Bobo Island (claviers).

ISOTOPE

L’une des rares expériences britanniques de jazz-rock à l’américaine (Mahavishnu Orchestra, Weather Report, Return To Forever, etc.) réussies. Isotope s’est formé autour d’anciens musiciens de Brian Auger, Soft Machine et Stomu Yamashta, en 1973 : Nigel Morris (batterie, élève de Philly Joe Jones et digne émule de Billy Cobham), Gary Boyle (guitare), Brian Miller (claviers) et Jeff Clyne (basse). Miller, le principal compositeur des titres du premier LP, est remplacé début 1974 par Lawrence Scott, ainsi que J. Clyne, relayé par Hugh Hopper, le quasi légendaire bassiste du jazz-rock anglais (Soft Machine, Kevin Ayers).

En 1974, dans l’album Illusion on remarque l’éclatant Spanish Sun. Mais en 1975, face à une sévère concurrence, cet excellent orchestre trouve beaucoup de peine à s’imposer, et leur dernier album, Deep End (1976), sera bien un titre de circonstance.

IT’S A BEAUTIFUL DAY

Moins connu que le Greateful Dead ou Quicksilver Messenger Service, ce groupe de la West Coast n’a sorti son premier album qu’en 1969 (l’album éponyme comprend notamment les chansons White Bird, Time Is, Hot Summer Day et Bombay Calling It’s. It's A Beautiful Day réunit le violoniste virtuose David Laflamme (ancien membre de l’Orchestre Symphonique de Santa Barbara), Val Fuentes (batterie), Fred Welb (orgue),Tim Fowler (batterie), Bill Gregory (guitare) et la chanteuse Pattie Santos. Après un trou d’une année, It’s A Beautiful Day fera un retour remarqué et inattendu en novembre 1970 avec un second album, enregistré en public au Carnegie Hall de New York, qui restitue le swing et le soigné de la production musicale de cette formation sous-estimée. Le groupe finira par se dissoudre en 1974. En 1997, deux de ses membres originaux, David Laflamme et le batteur Val Fuentes, tenteront de reformer le groupe, mais sans succès.

SOMMAIRE "LES GROUPES DE ROCK"
RETOUR SOMMAIRE
Facebook   Twitter   YouTube

sites partenaire : pianoweb.fr - musicmot.com