NEWSRECHERCHEPROPOSERCHANSONCLASSIQUEINSTRUMENTJAZZMUS. FILMSMUS. SOCIÉTÉROCK & CoSON TECH.BLUES, SOUL...

CHANSON


JULIEN CLERC 1968-2018 : 50 ANS DE CARRIÈRE ET UNE LONGUE TOURNÉE

Julien Clerc fête cette année ses 50 ans de carrière. Comme d’habitude, selon un rite mis en place depuis fort longtemps, quand le chanteur sort un nouvel album (« À nos amours » - 2017), les mois suivants sont consacrés à la préparation d'une longue tournée. Pour les fans, c’est une façon de retrouver l’artiste sur scène et de se mettre au diapason avec lui...


AU DÉTOUR DE MAI 68, SORTAIT « LA CAVALERIE »

Mai 1968 / Mai 2018. Alors que ces derniers mois les médias ont commenté de long en large les cinquante ans de Mai 68, la carrière de Julien Clerc démarre au son de « La cavalerie », un premier tube, qui sans être sous le feu des barricades, résonne déjà à tue tête dans les transistors. À ce moment crucial d’un basculement de la vie politique et sociale, le jeune chanteur regarde les évènements de loin, même s’il revendique un côté rebelle fort sage. Du haut de ses 21 ans, la rébellion s’amorce surtout en sortant du cocon familial. Le formatage qui lui est proposé ne l'enchante guère. À cela, il préfère chanter des textes poétiques signés d'un illustre inconnu, Étienne Roda-Gil.


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


Julien Clerc a deux objectifs : se lancer dans quelque chose qu’il aime, la musique, et ne pas décevoir ses proches. Julien Clerc : « Sur un petit piano à queue de la maison, j’ai découvert un peu par hasard que j’étais capable d’inventer de la musique. En fait, c’est ça qui m’a fait sauter le pas, car je ne pense pas qu’intuitivement j’y serais allé. Je n’étais pas encore conscient d’avoir une voix… Ce qui a tout déclenché, c’est la sensation d’inventer de la musique et ça, c’est pas pareil ! J’ai dû comprendre instinctivement que quand on crée son propre matériel, on est responsable de son destin. »

Il y a 50 ans, l’obsession des artistes avec un grand « A » était de savoir s’imposer dans la durée. De fait, Julien Clerc a toujours accordé une importance primordiale dans sa façon de construire sa carrière. Heureusement, derrière le visage d’ange, se cachait également un mélodiste de talent qui devait aligner une longue suite de succès aux refrains bien calibrés. Comme un secret bien gardé, l'aspect intemporel de ses mélodies a surtout révélé au grand jour toute la dimension, la singularité et la force des textes qui les accompagnaient (au point même d'en offrir la paternité à son interprète, tellement certaines phrases semblaient épouser sa personnalité).

Emblème de toute une génération, le Julien Clerc des débuts qui chantait « La Californie », « Ivanovitch » ouvrira petit à petit la palette de ses sentiments en parlant directement aux femmes : femme d’un jour, femme de toujours, si habilement transcrit à travers des chansons comme « Femme, je vous aime », « Ma préférence » ou « Si j’étais elle ». Tous ces récits mis en musique, et bien d’autres, se résument à un seul homme témoin de son époque et qui a müri ; une même voix qui a su se renouveler et s’entourer de plumes habiles, masculines et féminines.

Julien Cerc n’est pas seulement un chanteur séduisant exerçant son art en l'entourant de quelques mots d'amour... Quand il chante « L’assassin assassiné » en 1980, il prend position auprès de Robert Badinter contre la peine de mort. Julien Clerc insiste et démontre que l’injustice a toujours été l’un de ses combats. Dans son dernier disque, il rend hommage à Aimé Césaire, le grand poète des Antilles (« Aimé » sur des paroles de Marc Lavoine). Pour le chanteur, cette émancipation culturelle de l’homme noir est lourde de sens. Julien Clerc : « Il y a deux injustices qui me hanteront toujours, c’est la traite négrière qui conditionne toute la suite de l’existence du continent africain et la Shoah. »

Julien Clerc, artiste sensible et respectueux ? Personne n’en a jamais douté, comme personne n’a oublié son interprétation empreinte d’émotion de « Utile » lors de l’hommage rendu aux victimes de l’attentat survenu à Nice en 2016. « À quoi sert une chanson si elle est désarmée ?... Comme une langue ancienne / Qu'on voudrait massacrer / Je veux être utile / À vivre et à rêver » raconte la chanson.


JULIEN CLERC : SI J'ÉTAIS ELLE (live salle Pleyel 03/2018)


JULIEN CLERC EN CONCERT, DANS LA COMMUNION

Octobre 2017. Julien Clerc sort son 24e album studio « À nos amours », un album réalisé et arrangé par le compositeur Calogero qui nous rappelle par instants la couleur musicale des débuts de carrière. Toujours entouré d’auteurs de talents tels que Maxime Le Forestier ou Carla Bruni, Julien Clerc a une nouvelle fois fait appel à de nouvelles plumes : les jeunes Vianney (« La mère évanouie ») et Marie Bastide (« Sous mon arbre »), sans oublier l’anachronique et étonnante artiste Brigitte Fontaine (« Elle ment comme elle respire »).

L’enthousiasme, la fraîcheur et l’addiction au plaisir de chanter sont toujours présents, bien loin de s’être évanouis. Julien Clerc continue de signer des musiques d’une grande fluidité, seule peut-être la folie de quelques vers signés du regretté Etienne Roda-Gil manquent à l’appel pour nous rappeler vraiment ce qu’était l’univers du chanteur dans les années 70.

Sur scène, aucun doute, Julien est heureux d’être au contact de son public. À 70 ans, l’artiste ne manque pas de « peps ». Il a tout ce qu’il faut pour cela : l’enthousiasme, le charisme, la maitrise, sans compter l'énergie qu'il faut être en mesure de déployer quand une tournée s’achève au bout de plusieurs mois.

Imprégné de mélodies et de textes qui lui conviennent parfaitement, Julien Clerc a bien sûr intégré dans son programme des chansons issues de son dernier disque : « Je t’aime etc. », « À vous, jusqu’à la fin du monde » ou « Elle ment comme elle respire »... Et fort logiquement, ces titres-là s’accompagnent aussi, pour le plus grand bonheur de ses fans, des tubes qui l’ont rendu célèbre : « Ce n’est rien », « Si on chantait », « Noé », « Ma préférence », etc.


JULIEN CLERC : LE PATINEUR (live salle Pleyel 03/2018)

Pour le public, ces chansons rodées et peaufinées par la patine du temps sont autant de souvenirs en cadeaux partagés. La scène est bien évidemment le lieu idéal pour créer ce genre d'émotion. Julien est parfois seul au piano. Dans ces moments-là, le concert bascule dans une forme d’intimité. Un recueillement attendu et perceptible anime alors le public. La gente féminine n’y est pas insensible, surtout quand il chante « Femmes, je vous aime » et qu’elle se lève pour se rapprocher de lui. Ce titre en particulier est révélateur de l’affection que les femmes lui portent. Pour Julien, ce témoignage le rend visiblement heureux. Il le sait et il en a conscience.

C’est avec le public debout que le concert s’achève, Julien répondant à tous les rappels avant de récolter, entouré de ses musiciens, une longue ovation largement méritée.

Par Elian Jougla (Cadence Info - 06/2018)

Consulter les dates de concerts de la tournée Julien Clerc.

À CONSULTER

JULIEN CLERC BIOGRAPHIE/PORTRAIT

JULIEN CLERC INTERVIEW 'PARTOUT LA MUSIQUE VIENT'


RETOUR SOMMAIRE