ROCK, POP, FOLK, ELECTRO...


LOU REED, L'ALBUM 'TRANSFORMER' ET SON TUBE LÉGENDAIRE ‘WALK ON THE WILD SIDE’

Lou Reed, le fondateur du légendaire groupe new-yorkais Velvet Underground, publie en 1972 l’album Transformer contenant le grand tube Walk On the Wild Side. Cet album “pris en charge” par David Bowie donnera le véritable coup d'envoi de sa carrière solo…


L’APRÈS VELVET UNDERGROUND

Depuis qu’il a quitté le Velvet Underground après l’enregistrement de l’album Loaded (1970), Lou Reed traverse un court passage à vide avant de signer un contrat avec RCA. Le patron de la maison de disques exige alors de sa part qu’il prenne moult précautions sur les sujets « tabou » que sont la mort, le sadisme, la perversion, la drogue et le sexe, des thèmes pour lesquels il s’était investi durant le Velvet.


Un bloqueur publicitaire bloque une grande partie de cette page.

À cette époque, Lou Reed tourne en Europe. Son attitude nihiliste séduit tous ceux qui sont écœurés par la présence d’un courant baptisé ‘rock progressif’ et qui continue d'envahir l’Angleterre. Des groupes comme Yes, Genesis, King Crimson ou Pink Floyd, sont alors les plus dignes représentants d'une musique portée par de savantes mixtures expérimentales rythmiques et harmoniques.

Sous l’influence de David Bowie qui le considère comme son idole, au point d’interpréter sur scène quelques unes de ses chansons (I’m Waiting For the Man, White Light/White Heat), Lou Reed se retrouve en studio pour enregistrer de nouvelles titres avec la ferme intention de faire mieux que son premier album solo qui était passé inaperçu malgré la présence de bons musiciens (Steve Howe et Rick Wakeman de Yes) et de quelques compositions de qualité (Going Down, Berlin).

Le producteur Ken Scott, le même qui a produit l’album Hunky Dory de David Bowie en 1971, et le guitariste Mick Ronson participent à l’élaboration du projet Transformer, dont l’aboutissement final dénote sans conteste une approche musicale visiblement commerciale. Dans la carrière de Lou Reed, ce fait restera unique ; l’album suivant, Berlin (1973), étant nettement plus sombre. Toutefois, celui-ci sera très apprécié par les fans de glam rock, adorateurs de décadence et d’ambiguïté sexuelle.


LOU REED : WALK ON THE WILD SIDE

VOIR LA VIDÉO

'TRANSFORMER', L’ALBUM DE RÉFÉRENCE

Les onze chansons contenues dans Transformer ont ceci d’exceptionnel qu’elles sont considérées comme les plus inspirées de sa carrière. Le grand public va surtout retenir Walk On the Wild Side, le grand et unique tube de Lou Reed, recyclé depuis à l’infini, notamment dans la pub (malgré des paroles qui évoque le monde des travestis et des filles qui font des ‘pipes’ dans les backrooms). Parmi les autres chansons qui retiennent l'attention, citons Vicious, Andy’s Chest en hommage à Andy Warhol, Satellite Of Love ou encore la déclaration d’amour de Perfect Day en guise de conclusion.

Grâce à l’album Transformer, l’audience de Lou Reed s’élargira considérablement, ce qui le conduira à effectuer plusieurs triomphales tournées avec un brillant orchestre comprenant Steve Hunter et Dick Wagner (guitares), Prakash John (basse), Ray Colcord (claviers) et Pentti Glan (batterie). Mais après l‘album de la consécration Transformer et l’album mélancolique Berlin, la popularité de Lou Reed va décliner, une tendance qui ne s’inversera qu’à la fin des années 80 avec l’album du comeback, New York (1989).


LOU REED : SATELLITE OF LOVE

VOIR LA VIDÉO

Décédé en 2013, Lou Reed reste encore l’une des grandes stars de l'histoire de la Rock-Music. Chroniqueur lucide et impitoyable d’une société américaine urbaine en pleine décadence, le personnage était fascinant et fantasque. Très réactif vis-à-vis des sujets standards de l’époque : les filles, le flirt ou les voitures, Lou Reed avait créé son propre univers en étant un auteur de textes brillants et malsains, voire pervers. Certainement l’un des rares rockers authentiques dont l’œuvre mérite que l’on s’y attarde. D'ailleurs, si la curiosité vous y pousse, vous pourriez découvrir quelques perles sur des albums maudits : Sally Can’t Dance (1974), Street Hassle (1978), The Blue Mask (1982) ou encore Legendary Hearts (1983).

Par D. Lugert (Cadence Info - 04/2020)


LISTE DES ALBUMS SOLO

  • Lou Reed (1972)
  • Transformer (1972)
  • Berlin (1973)
  • Sally Can't Dance (1974)
  • Metal Machine Music (1975)
  • Coney Island Baby (1975)
  • Rock and Roll Heart (1976)
  • Street Hassle (1978)
  • The Bells (1979)
  • Growing Up in Public (1980)
  • The Blue Mask (1982)
  • Legendary Hearts (1983)
  • New Sensations (1984)
  • Mistrial (1986)
  • New York (1989)
  • Magic and Loss (1992)
  • Set the Twilight Reeling (1996)
  • Ecstasy (2000)
  • The Raven (2003)
  • Hudson River Wind Meditations (2007)

RETOUR SOMMAIRE
Facebook   Twitter   YouTube

sites partenaire : pianoweb.fr - musicmot.com