BLUES, SOUL, REGGAE, RAP, WORLD MUSIC...


MAGIC SYSTEM BIOGRAPHIE, UNE MUSIQUE AFRICAINE DANS LE VENT

Né en Côte d’Ivoire, Magic System est l’un des groupes de musique africaine francophone le plus connu à travers le monde. Depuis plus de 15 ans, la formation fait danser l’Afrique et la France sans fausses notes. Les quatre membres du groupe, A’Salfo, Manadja, Tino et Goude ont une recette : mêler les sons africains à ceux des clubs européens.


UNE HISTOIRE VENUE D’ABIDJAN

Les membres de Magic System sont des bosseurs. Ils ne s’arrêtent pas de chercher le bon équilibre. Bouger est devenu leur maître mot. En France, le pic de leur popularité est atteint en 2009 grâce à la chanson Même pas fatigué, puis en 2011 en atteignant le sommet des ventes avec Chérie Coco et leur album Touté Kalé ; des hits qui s’ajoutent à une série d’autres tubes pour des artistes africains venus communiquer leur énergie sur le territoire hexagonal. Ce bonheur venu du cœur, Magic System va s’employer à l'irradier en chantant une « ambiance à l’africaine ».


Ad Block

Un bloqueur publicitaire bloque le déroulement de cette page. Pour ne plus subir cette restriction, veuillez désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


A’Salfo, Manadja, Tino et Goude viennent d’Anoumabo, un petit village voisin d’Abidjan. Dans les années 90, les quatre membres de Magic System produisent des animations avec d’autres amis. Ensemble, ils célèbrent les moments de joie et de tristesse. Une passion commune les réunit : le chant.

En 1997, les quatre amis décident d’un commun accord de sortir un premier album, Papitou. L’album passe inaperçu. À Abidjan, les moyens pour s’enregistrer et être diffuser ne sont pas les mêmes qu’en France, et Internet est encore un parfait inconnu. Néanmoins, malgré le manque d’argent, le groupe continue d’y croire, et ce n’est que deux ans plus tard, quand sort Premier Gaou, que la Côte d’Ivoire découvre Magic System.

Pour ces quatre jeunes ivoiriens, partir d’un faubourg miséreux qui manque de tout ou de presque tout et réussir ne peut que flatter et donner espoir à ses habitants, d’autant qu’à cette époque le pays est instable et annonce le coup d’état qui verra le départ de son président Konan Bédié. Tous les regards sont alors braqués sur cette Côte d’Ivoire qui se déchire avec ses luttes et ses blessures, mais aussi vers sa musique. Pour Magic System, cette coïncidence malheureuse sera en fait l’élément déclencheur qui permettra à leurs chansons d'être écoutées.


PREMIER GAOU

Le succès retentissant du groupe commence réellement en 2000, quand Magic System prend alors d’assaut la France après avoir connu ses premiers succès à Abidjan. Un premier Zénith se présente. Tout va très vite. Mal préparé, Magic System frôlera la catastrophe quand argent, opulence et luxe frapperont à la porte. Ce « mal », bien connu des artistes issus du milieu rap américain, cible cette fois des Ivoiriens qui ignorent presque tout des codes et des méfaits du « star system ».

La seule façon d’échapper au naufrage est de jouer la carte de la solidarité autour de valeurs communes et non individuelles, c’est-à-dire penser groupe avec, si c’est nécessaire, un leader. Dès lors, A’Salfo s’impose comme l'élément naturel à occuper cette fonction. Ses prises de position, son érudition et sa responsabilité sur scène comme en coulisses seront à même de resserrer et de rassurer.

En 2002, le titre Premier Gaou reçoit un accueil chaleureux dans les radios mais aussi sur les pistes de danse grâce au DJ Bob Sinclar qui se charge de mixer le titre en « Edit Radio ». Cette version inédite permettra au public français de découvrir l’original enregistré trois ans plus tôt.


MAGIC SYSTEM : YA FOYE (album 'Ya Foye')


À cette époque le groupe ivoirien possède déjà un style musical caractéristique : un mix hérité de racines africaines dans les chants et les rythmes, que vient appuyer un groove teinté d’électro et suffisamment hypnotique pour recevoir l’aval des discothèques. Du simple et de l’efficace qui s’expriment souvent à travers des histoires vécues, prononcées à grand renfort de « dialectes » très couleurs locales.

Magic System fait surtout découvrir aux Français les racines d’une musique populaire née dans les années 90 que les Ivoiriens nomment le zouglou et qui relate les faits sociaux vécus par la jeunesse. Les messages sont parfois humoristiques ou teintés d’idées politiques contestataires.

Cette « officialisation » du zouglou à l’international leur réussit si bien que les clubs européens commencent à encenser le groupe qui, en retour, ne va avoir de cesse de développer cette musique et de l’affiner en se « connectant » aux enjeux commerciaux de l’époque : les producteurs, mais aussi les DJs qui sont alors les principaux « orientateurs » (voire les « décideurs ») des musiques taillées pour les dancefloors.


KI DIT MIÉ, L’ALBUM DES CONTROVERSES

En 2007 sort Ki Dit Mié. Les contours musicaux de ce 7e album révèlent l’évolution du groupe. Partant à la rencontre d’autres styles musicaux, le titre éponyme passe alors de nombreuses fois dans les médias (radio, télévision) tout en étant repris par les DJs et tout en devenant un concept positif qui pousse à aller encore plus de l’avant. Cependant, la mixité des genres voulue par le groupe et leur concession pour réussir à tout prix sur le marché international va soulever quelques critiques.

Le principal reproche concerne les racines zouglou qui se sont éloignés, sauf que… sauf que le succès est là et que l’aboutissement du nouveau « format » ne peut être remis en question. C’est d’autant plus vrai que l’intention première de Magic System a toujours été de populariser la musique africaine dans son ensemble à travers les médias occidentaux et de valoriser l’acceptation d’un métissage musical à grande échelle.

La musique du groupe se veut positive. Les sujets d’inspiration sont divers, la fête bien sûr, comme en 2009 quand ils interprètent Même pas fatigué en duo avec Khaled. Cette année-là, la chanson génèrera même le plus gros revenu SACEM, défiant les stars anglo-saxonnes. Pour autant, Magic System ne perd pas pied et continue d’aborder chaque titre avec toujours ce souci du détail et du travail bien fait.

Initiateur d’une « world music » en pleine explosion, Magic System entre dans les critères de l’époque et fait notamment le succès des émissions de divertissement à la télévision française. Le groupe cultive alors une réelle proximité avec le public. Humour, décontraction, avenant à bien des égards, Magic System en entrant dans la cour des grandes groupes internationaux joue le jeu à fond. Tournées et dates s’enchaînent alors à une cadence infernale.


MAGIC SYSTEM : SWEET FANTA DIALLO (Adieu Soleil) (album 'Radio Afrika')


LE FESTIVAL 'FEMUA'

En 2011, alors que le groupe achève son 8e album, Toutè Kalé, le groupe est préoccupé par les conflits sanglants qui agitent une nouvelle fois la Côte d’Ivoire. Magic System réagit et décide d’agir en faveur de leur pays. Prudent durant toute la durée de la guerre civile, le groupe jouera toutefois de son influence internationale en organisant un quatrième festival des musiques urbaines d’Anoumabo (Femua) pour générer des fonds (en prévision de la construction d’une école, puis d’un hôpital) ; le tout sur fond de messages de paix invitant les peuples à s’unir et à pardonner.

Cette quatrième édition constitue un moment clé dans la carrière du groupe. En Côte d'Ivoire les membres de Magic System sont perçus comme des ambassadeurs, des artistes respectés qui n’ont rien oublié malgré l’éloignement et le succès. Ils savent désormais qu’ils appartiennent à tout un village, à tout une nation, bien loin de la tourmente d’un business médiatique impassible ou d’un système qui par son poids et son influence aurait pu écraser toute initiative personnelle.

Aujourd'hui, au-delà des disques qui s’enchaînent, de Africanement Vôtre en 2014 jusqu’au dernier opus en date, Ya Foye en 2017, le groupe Magic System continue de signer de sa main tendue ce qui l'a construit : une générosité teintée d’émotions où riment comme au premier jour, amour, passion et consécration. Un de ces ultimes témoignages nous est parvenu avec la chanson Magic In the Air. Chantée dans tous les stades et « fans zones », Magic In the Air décrochera le titre de 'chanson la plus jouée de la Coupe d'Europe' avant de devenir l’hymne officiel par la Fédération française de football lors de la Coupe du monde 2018. Une réussite qui démontre que le succès rencontré par Magic System est encore loin de s’éteindre !

Par D. Lugert (Cadence Info - 08/2019)

DISCOGRAPHIE 'MAGIC SYSTEM'

  • 1997 : Papitou
  • 2000 : Premier Gaou
  • 2001 : Poisson d'avril
  • 2003 : Un Gaou à Paris
  • 2005 : Petit Pompier
  • 2005 : Cessa kié la vérité
  • 2007 : Ki Dit Mié
  • 2011 : Toutè Kalé
  • 2012 : D'Abidjan à Paris
  • 2014 : Africainement vôtre
  • 2015 : Radio Afrika
  • 2017 : Ya Foye

Visiter le site officiel de Magic System


RETOUR SOMMAIRE
    YouTube