NEWSRECHERCHEPROPOSERCHANSONCLASSIQUEINSTRUMENTJAZZMUS. FILMSMUS. SOCIÉTÉROCK & CoSON TECH.BLUES, SOUL...

CHANSON


MOUSS, ZEBDA, LE MOUV’ ET FRANCOSONIK

Depuis le mois de Septembre 2009, sur la radio Le Mouv’, Mustapha Amokrane, alias Mouss (toujours membre de Zebda – le groupe, actuellement en reformation, prépare l’enregistrement d’un nouvel album) coprésente avec Guillaume Gratiolet, Francosonik, une émission quotidienne mettant à l’honneur la chanson francophone.
 


J’avais eu un avant-goût de cette activité l’hiver dernier, quand la station m’avait demandé de présenter une émission de trois heures à l’occasion de la Journée de la diversité“, précise Mouss. Pourtant, le chanteur hésite lorsque Le Mouv’ lui propose de concrétiser un nouveau projet. Cela se fera, mais à condition d’être épaulé par un professionnel aguerri à ce genre d’exercice. Prendre l’antenne tout seul, il n’en a pas le courage. L’homme de la providence, ce sera Guillaume Gratiolet. “Guillaume apporte les infos concrètes, tandis que je raconte l’envers de la vie de musicien, les petites histoires des artistes, celles des salles de spectacles, les initiatives culturelles associatives.” Mouss connaît bien le sujet, car il pratique depuis vingt ans la musique avec à son actif plus de deux mille concerts. On peut dire, sans se tromper, que la France, il la connaît bien !


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


Par le passé, il s’était déjà essayé à ce média, sur les ondes de la station toulousaine FMR. “Avec une dizaine de potes, nous prenions l’antenne en douce pendant la nuit, pour tchatcher de ragamuffin. C’était du terrorisme radiophonique !” Cette expérience improvisée le séduit, mais finalement ce sera la musique qui l‘emportera au point de le détourner de son métier d’éducateur.

Pour ce fils d’immigrés algériens qui a grandi dans un quartier nord de Toulouse, la musique et son expression évite bien souvent la ghettoïsation. C’est en 1988 qu’il est recruté avec son frère Hakim par Magyd Cherfi, fondateur trois ans auparavant du groupe Zebda (Cherfi est un homme engagé dans de nombreuses actions citoyennes) La langue est au centre des préoccupations. Elle devient pour Mouss et ses complices, au fil du temps, une ressource, un matériau captivant et puissant. Quand le rap s’immisce dans les quartiers, que l’on découvre à l’adolescence son côté aliénant, son verbe constitué d’origines multiples, française, arabe, espagnole ou manouche, il est parfois difficile de s’en échapper ou de ne pas mourir sans avoir trouvé son eldorado.


MOUSS ET L’EMISSION FRANCOSONIK’

La radio impressionne, même quand on est un ancien animateur. Aussi, lorsqu’il s’installe face au micro, ce n’est pas sans une certaine appréhension qu’il commence chaque émission. Ce zébulon, au crâne rasé, balance son torse d’avant en arrière en interrogeant le chanteur M sur l’importance des mots (l’artiste explique alors que l’inspiration l’amène parfois à livrer dans ses chansons des choses très ou parfois trop intimes). Mouss rend parfois hommage aux chanteurs disparus, comme le passage consacré à Claude Nougaro en compagnie d’Olivia Ruiz. La force de Mouss est dans son écoute attentive. Il interrompt peu son interlocuteur et relance seulement quand un trop long silence s’installe ou pour suggérer d’autres pistes… “J’aime la radio quand on y discute, explique-t-il. J’apprécie par exemple des émissions comme L’Afrique enchantée ou Là-bas si j’y suis, sur France Inter.

Aujourd’hui, peut-être qu’une certaine sagesse ou une approche philosophique dictée par de mots lui interdit “d’éructer et de gueuler”… comme par le passé. La radio est parfois porteuse de messages et c’est dans la chanson que Mouss l’exprime avec un ton précis et juste, loin de la colère et de la caricature, et cela on ne peut que l’en féliciter.

Par Elian Jougla

A écouter : FRANCOSONIK, radio LE MOUV’, du Lundi au Vendredi à 12h.


L'AVIS DES INTERNAUTES

Cet espace vous est réservé.
Soyez la première personne à publier un commentaire en remplissant le formulaire ci-dessous.

RETOUR SOMMAIRE