NEWSRECHERCHEPROPOSERCHANSONCLASSIQUEINSTRUMENTJAZZMUS. FILMSMUS. SOCIÉTÉROCK & CoSON TECH.BLUES, SOUL...

INSTRUMENT DE MUSIQUE


NICKY GENTIL, LA JAZZ-GIRL PASSIONNÉE... UNE BONNE LECTURE POUR LES VACANCES

Elle s’appelle Nicky Gentil. La jazz-girl c’est elle, du moins c’est sous ce nom qu’elle apparaît dans son ouvrage « La jazz-girl passionnée et son dévoué accordeur » (Ed. Beaurepaire). Rien ne prédestinait cette pianiste de formation classique à découvrir sur le tard son appétence pour les musiques aux accents blues et boogie-woogie. Sa rencontre avec un accordeur entièrement dévoué à son métier va être l’élément déclencheur. Elle découvre alors les coulisses du piano, une profession, mais aussi un objectif qui lui semblait inaccessible : la musique improvisée. Son récit, riche en anecdotes, écrit sur un ton naturel, décomplexé et sans ambages séduira aussi bien le pianiste que l’amateur de jazz ou de piano, tout simplement !


INTERVIEW NICKY GENTIL


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


Nicky Gentil : La jazz-girl passionnée

Nicky Gentil, vous êtes l'auteure du livre "La jazz-girl passionnée et son dévoué accordeur paru aux Editions Beaurepaire au mois de mars de cette année. Pouvez-vous vous présenter aux lecteurs de Cadence Info ?

De nationalité britannique, je vis à Paris depuis 1988. Après avoir effectué des études de français et d'allemand à l'Université d'Oxford, je me suis installée dans la capitale française afin de poursuivre une carrière de traductrice. Je suis arrivée dans ce pays avec l'idée de rester deux ou trois ans, mais j'ai rencontré mon mari qui, lui, est français et du coup, je ne suis jamais retournée vivre en Angleterre. Nous avons deux enfants – un garçon et une fille. J'ai interrompu ma carrière pour les élever et c'est à cette époque que j'ai commencé à suivre des cours d'improvisation jazz au piano. Aujourd'hui, je me consacre plus au piano jazz qu'à la traduction.

Quel est le sujet de votre livre ?

"La jazz-girl passionnée et son dévoué accordeur" est un recueil de dix récits qui retracent mes propres expériences en piano jazz, véritable passion qui m'a donc saisie, sur le tard, à la quarantaine bien entamée. Au début du livre, je conte le jour où j'achète le piano de mes rêves, un Steinway quart de queue. Cette belle acquisition m'amène à découvrir le métier – à mes yeux fascinant et mystérieux – qu'est celui d'accordeur de pianos. S'ensuit une série d'aventures parfois invraisemblables, mais également magiques et émouvantes – le tout, bien évidemment, saupoudré d'une bonne dose d'humour très british !

Pourquoi avez vous choisi d'écrire votre livre en français ?

J'ai deux passions – les langues étrangères et la musique. Ecrire en français au sujet de la musique a donc été un vrai régal pour moi dans la mesure où cela m'a permis de conjuguer ces deux passions au sein d'une seule activité créative. Ce livre est devenu pour le coup mon hommage personnel à votre très belle langue.

Qu'est-ce qui vous a incitée à écrire un livre autour du métier d'accordeur de pianos ?

Je reconnais que le sujet est quelque peu insolite, mais c'est pour cela que je le trouve intéressant. Je pense que l'on ne se rend pas compte de l'importance du travail d'un accordeur. Si je veux l'expliquer de manière simple, je donne l'exemple d'un concert classique. On a l'habitude de voir les musiciens vérifier l'accord de leurs instruments juste avant de jouer. Mais lorsque le pianiste entre en scène, on ne pense pas un seul instant au travail que l'accordeur aura réalisé sur cet instrument. Et pourtant, dans le cas d'un très grand pianiste – comme par exemple Hélène Grimaud – l'accordeur peut être amené à passer une journée entière à préparer le piano. Cet exemple permet de mieux comprendre le fait qu'un pianiste réussit sa prestation – en partie – grâce au bon travail de son accordeur. En écrivant le livre, j'avais envie de partager ma découverte personnelle de ce métier surprenant et peu reconnu, ainsi que l'immense joie que ma passion pour le piano et l'improvisation jazz m'apporte tous les jours.

Quoi qu'il en soit, le métier d'accordeur est un sujet pointu et donc pas forcément très accessible. Faut-il être musicien, pianiste ou accordeur pour lire le livre ?

Non. Pas du tout. Il est vrai que, dans un premier temps, j'ai écrit quelques histoires dans le simple but de divertir mes amis mélomanes. Cependant, je me suis rendu compte que je pourrais toucher un public assez large le jour où trois amies, toutes néophytes aussi bien en piano qu'en musique, ont commencé à me lire ; elles sont toutes les trois revenues vers moi avec le même commentaire : "J'ai adoré. As-tu d'autres histoires à me montrer ?" En effet, tout le monde peut suivre mes récits car au début du livre, je suis moi-même néophyte en piano jazz et j'ai tout à apprendre par rapport au métier d'accordeur. Il faut également savoir que mon livre – bien qu'il traite un sujet sérieux – est écrit sur un ton plutôt léger : l'humour british lui donne un style de "feel-good story" comme on dit chez nous. Chacun peut donc prendre plaisir à me lire à sa façon. Le néophyte peut apprendre beaucoup de choses tout en se divertissant. Le musicien et le mélomane s'y reconnaîtront facilement. Et j'ose espérer que les accordeurs de piano éprouveront de la satisfaction en découvrant – à travers mes récits – à quel point il est merveilleux pour une passionnée de piano comme moi de trouver exactement LE son qu'elle cherche sur son piano grâce – justement – au bon travail de son accordeur.

Pourquoi avez-vous changé les noms des marques de piano ?

Le fait de changer tous les noms – non seulement des marques de piano, mais également de la plupart des personnes qui se trouvent dans mon livre – m'a donné la liberté nécessaire pour conter mes expériences telles que je les ai vécues. C'est tout le paradoxe : des noms fictifs permettent à un auteur de mieux raconter sa réalité. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle je m'appelle Nina Somerville dans le livre – je profite au passage pour dire que j'ai choisi ce nom en hommage à Nina Simone – et c'est aussi la raison pour laquelle je conte les aventures de Nina à la troisième personne.

Nicky Gentil

Dans le deuxième récit du livre – "The Piano Tuner Boogie-Woogie" (Le boogie-woogie des accordeurs) - vous évoquez la nature énigmatique et imprévisible du processus créatif que vous découvrez grâce à vos cours d'improvisation jazz. Avez-vous connu ces mêmes aspects du processus créatif lorsque vous écriviez votre livre ?

En effet, une expérience magique m'est arrivée. Lorsque je rédigeais le troisième récit – "Le pupitre" – je me suis mise à conter la vraie histoire, à mon avis extrêmement émouvante, d'une mission bénévole qu'avaient effectué deux accordeurs – le mien et son meilleur ami – pour une école de musique au Cameroun qui s'appelle Arbre à musique. A l'origine, je n'avais pas du tout prévu d'inclure cet événement dans mes récits, mais il se trouve que cette partie du livre s'est écrite toute seule, comme si les élèves de l'école camerounaise venaient me chercher exprès pour me demander si je voudrais bien parler d'eux. J'ai décidé de répondre à leur demande non seulement en les incluant dans le livre, mais également en prenant la décision de soutenir leur école, grâce aux droits d'auteur perçus, si jamais j'arrivais à me faire éditer. Quelques semaines avant la sortie du livre, j'ai contacté le fondateur de l'école Arbre à musique – Raymond Pendé – pour lui parler de ma démarche et, comme vous pouvez l'imaginer, il en était très ému. Mais moi, je l'étais encore plus lorsqu'il m'a dit : "Mon combat est rude, mais je continue à apprendre aux enfants à chanter ou à jouer d'un instrument pour éviter qu'ils soient tentés de prendre une arme".

Avez-vous d'autres choses à nous dire au sujet de votre livre ?

Oui, mon livre a un petit côté original dans la mesure où il est possible de découvrir quelques enregistrements que j'évoque dans mes récits, en consultant ma chaîne YouTube

Quelques mots pour conclure…

J'espère surtout que mes lecteurs auront autant de plaisir à lire mes histoires que moi, j'ai eu à les écrire.

Visiter la page Facebook "@lajazzgirlpassionnee"

NICKY GENTIL : La jazz-girl passionnée etr son dévoué accordeur
Editions Beaurepaire
Prix 17€

Par Elian Jougla (Cadence Info - 06/2016)

L'AVIS DES INTERNAUTES

nom : Guelluy Alice
message : Excellent livre à lire absolument. Facile à lire, il nous plonge avec délice dans l'univers musical d'une passionnée de jazz. Ça donne envie de se mettre à l'improvisation jazz ! (posté le 26/07/2016)

RETOUR SOMMAIRE