ANALYSEDISQUESFAITS DIV.HISTOIREINTERVIEWLIVRESPORTRAIT
STATS MOIS NOVEMBRE 2018
80.890 visiteurs
530.079 pages visitées
(source AW Stats)

CLASSIQUE / TRADITIONNEL


L’ADAGIO D’ALBINONI, UNE ŒUVRE POPULAIRE

Utilisé pour parodier des scènes de suicide dans des comédies cinématographiques ou pour illustrer des produits publicitaires à contre-emploi, l'Adagio pour orchestre à cordes et orgue en sol mineur, plus connu sous le nom d'Adagio d'Albinoni, est devenu à partir des années 60 une œuvre musicale parmi les plus populaires du répertoire classique…


LE MYSTÈRE DE L’ADAGIO


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


Le nom de Tomaso Albinoni est rattaché à cet Adagio. Pourtant, cette œuvre n’a en fait que très peu de rapport avec son compositeur déclaré. C’est le musicologue Remo Giazotto (1910/1998) qui, à partir d’un fragment de quelques notes issues d’une ligne de violon (soi-disant retrouvé dans les ruines de la bibliothèque de Dresde à la fin de la seconde guerre mondiale) aurait littéralement réécrit cet Adagio publié en 1958.

Toujours au conditionnel, l’Adagio serait issu d’un mouvement lent appartenant à une sonate d’église écrite par Albinoni en 1708 (Opus 4) et dont Giazatto aurait subtilisé deux idées thématiques et la basse chiffrée.

Or, des oreilles expertes en musique baroque peuvent remarquer que le style d’écriture utilisé, la forme très pathétique, la partie d’orgue et les cadences jouées au violon sont quelques peu anachroniques. Toutefois, le succès populaire de l’Adagio écrit par Giazotto a permis de redorer la carrière du compositeur Albinoni alors oublié… au point même de lui attribuer à tord la paternité de l’œuvre et d’effacer de la mémoire collective son véritable auteur, Remo Giazotto, moins vendeur que son inspirateur.


REMO GIAZOTTO : ADAGIO EN SOL MINEUR (version pour ensemble à cordes)
Copernicus Chamber Orchestra, dir : Horst Sohm - Festival de musique de l´Escala – 2011)


D’un tempo modéré et construit sur du trois temps, l’Adagio d'Albinoni épouse un style vaguement inspiré de ce que l’on peut entendre dans certaines pièces de l’époque baroque. La présence d’une basse continue et d'un orgue omniprésent accompagné de sections orchestrales clairement séparées des passages solistes, attestent des intentions louables de Giazotto de se rapprocher du style cher à J.-S. Bach. D'ailleurs, la partie de basse procède par notes descendantes conjointes comme le pratique parfois le célèbre compositeur allemand (« Aria de la Suite en Ré », par exemple).


LES GRANDS SUCCÈS DE L’ADAGIO D'ALBINONI

À partir des années 1960, l’Adagio d’Albinoni va connaître de multiples adaptations musicales. L’œuvre sera arrangée, orchestrée et interprétée dans de nombreux styles allant de la chanson au jazz en passant par la musique de films et même la techno. Citons quelques exemples…

En chanson : Colette Deréal (sous le titre « Tout le bonheur du monde »), France Gall (sous le titre « J’entends cette musique » - arrangement Jacques Datin) ; Nana Mouskouri (sous le titre « Adagio ») ; Mireille Mathieu (sous les titres « Vivir de Sueños » et « Enfants d’amour ») ; Lara Fabian (sous le titre « Adagio » – 1999).

En rock : Brian Auger & The Trinity (sous le titre « Adagio per Archi e Organo » - 1969) ; Yngwie Malmsteen (sous le titre « Icarus' Dream Suite Op. 4 » – 1984).

En pop : Ekseption (sous le titre « Adagio » - 1970).

En électro : Avril (source d’inspiration dans le titre « Velvet Blues »).

Au cinéma : les films « Le procès » (1962) d'Orson Welles et « The Doors » (1991) d’Oliver Stone.

Signalons également l’utilisation de l’Adagio dans les programmes télévisés et les publicités.

Par Patrick Martial (Cadence Info - 05/2018)

RETOUR SOMMAIRE