SON & TECHNIQUE


GÉRER UN SITE : NOM DE DOMAINE, RÉFÉRENCEMENT, BLOG AUTOMATISÉ, ETC.

Dans cette seconde partie du dossier CRÉER UN SITE WEB SUR MESURE sont abordés le nom du domaine, les blogs automatisés, le référencement, sans oublier les sites communautaires.


LE NOM DE DOMAINE : IMPORTANT !

C’est un paramètre important. En étant hébergé gratuitement, même si le nom de votre site apparaît, celui-ci ne vous appartient pas. En effet, le nom de l’hébergeur suit impérativement le nom de votre site. En fait, vos pages html ou php appartiendront à un sous-domaine.


Ad Block

Un bloqueur publicitaire bloque le déroulement de cette page. Pour ne plus subir cette restriction, veuillez désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


Sur la Toile, les sites à hébergement gratuit sont faciles à reconnaître. Leur extension indique le nom de l’hébergeur : "monsite.pagesperso-orange.fr", pour Orange ou "monsite.free.fr", pour Free. Votre FAI, même s’il vous concède quelques facilités de maintenance, peut à tout moment changer de « politique » ou tout simplement fermer le service d’hébergement sans vous avertir et sans tenir compte de vos récriminations, aussi justifiées soient-elles.

Autre problème : si un jour vous changez d’avis et décidez d’avoir un site bien à vous, il sera nécessaire de rediriger les pages déjà en ligne en direction de la nouvelle adresse. Si l’opération technique est facile à réaliser, côté référencement quelques restrictions existent en fonction des moteurs de recherche. Si Google suit les redirections sans problèmes et sans pénaliser, il n’en est pas de même avec Bing qui reste conditionné à l’ancien référencement, obligeant le webmaster à revoir tout ou partie de celui-ci.

Suite à ces commentaires, vous comprendrez aisément que je conseille l’achat d’un nom de domaine, surtout si votre projet est ambitieux ou s’il doit survivre à l’assaut du temps. Comme il ne vous en coûtera seulement que quelques euros pas an, il ne faut pas hésiter. Généralement, les sites mutualisés informent leur clientèle efficacement, et contrairement aux sites à hébergement gratuit, ils offrent beaucoup plus de services, comme la création d’adresses courriel personnalisées, plusieurs possibilités de protection pour lutter contre le spam, la création de plusieurs sous-domaines personnalisés, des sites garés, la compression des pages pour une plus grande rapidité de chargement, etc.


COMMENT DÉFINIR UN NOM EFFICACE POUR VOTRE SITE ?

La mission est délicate, pour ne pas dire difficile. Deux solutions se présentent à vous.

Si votre priorité est de vous faire connaître à titre personnel (sous votre nom ou celui qui représente votre entreprise), c’est sous une véritable identité que le site doit exister. Par exemple : "jeandupont.com", "moncommerce.com". Par contre, si votre objectif est de partager votre science, vos connaissances dans un domaine spécialisé, le choix devient tout de suite plus cornélien, étant donné qu’il faut impérativement créer un titre original et « parlant » en deux ou trois mots.

Vous devez également, dans la mesure du possible, éviter la confusion avec des sites déjà en ligne. Par exemple : "jejouedelamusique.com" et "jouerdelamusique.com" sont trop voisins, ce qui créera un impact négatif pour votre site. Ceci est d’autant plus vrai, si l'autre site est déjà bien implanté sur la Toile.

En résumé, la difficulté de votre mission sera la suivante : « Je dois créer un titre facilement mémorisable, court et clair, et qui ne prête pas à confusion dans l’esprit de l’Internaute. »

Le nom d’un site comprenant un mot trop généraliste comme « musique » et parlant musique n’éveillera pas forcément la curiosité de l’Internaute. Dans un tel cas, il est préférable de combiner un mot généraliste avec un autre plus évasif ou ciblant au plus près le contenu ou l'activité de votre site. Exemples : "evasion-musique.com" ou "musique-passion.com" ou encore" musiquesolutions.com". Pour vous aider à trouver le titre rêvé, il existe des sites en ligne qui proposent des solutions aléatoires en fonction de mots clés, tel le site Netim.


LE PIÈGE DES BLOGS AUTOMATISÉS

Si vous êtes pressés d’aboutir – ce que je peux comprendre, mais que je n’encourage pas – il existe des blogs aux fonctions automatisées et qui demandent très peu de connaissances en programmation pour s’en servir. Généralement, vous pénétrerez au cœur d’un réseau, votre blog sera en sous-domaine et vous rencontrerez les mêmes problèmes qu’avec l’hébergement gratuit : le blog ne vous appartient pas et sa gestion est limitée. Le seul avantage est dans l’automatisation des taches, car pour le reste… on ne flirte pas avec la perfection !

Du côté de la lourdeur des pages, vous payez le prix fort, car de nombreuses données inutiles sont souvent installées par défaut afin de répondre aux fonctions automatisées du "réseau de blogs". En conséquence, si certains outils proposés répondent à l'attente de quelques blogueurs, ils ne le seront peut-être pas pour vous. Il en résulte souvent une lenteur de chargement des pages. Les sites communautaires Facebook ou MySpace - qui ne sont pourtant pas des blogs - sont de bons exemples en transportant de page en page des lignes de codes interminables et pas toujours conformes aux normes du "W3C" (le World Wide Web Consortium est chargé de contrôler la compatibilité des technologies du Web)

Ensuite, si le débit ligne de votre visiteur n'est pas top, celui-ci ira voir ailleurs ! (4 à 5 secondes d'attente suffisent à cela) Cette donnée est très importante, car une page longue à charger n'est profitable à personne. Quand on réalise un site, il faut toujours se mettre à la place de l'internaute. Sa patience est inversement proportionnelle à la lenteur du chargement de vos pages. De plus, et d’après certaines sources, le temps de chargement d’une page influe sur sa position sur les moteurs de recherche. Fort heureusement, ce n’est pas sur ce seul critère que les moteurs se basent. Toutefois, il faut en tenir compte, ne serait-ce que pour le visiteur.


LE RÉFÉRENCEMENT : IMPORTANT !

Une fois votre site réalisé, puis publié en ligne par un programme FTP, encore faut-il que celui-ci soit visité par la communauté des internautes qui ne cherchent qu’à accéder à vos données. Une solution s’impose : le référencement.

Derrière ce mot anodin se cache bien souvent des enjeux économiques importants. La "guerre" pour obtenir la meilleure position est souvent âpre. Elle se joue par transparence, sans bruit, dans une fureur contenue, derrière des écrans et à l'abri des regards.

La base du référencement consiste à créer des liens qui pointent d'un site vers un autre créant au fil du temps une toile de liens. L'enjeu est important car un référencement bien conduit justifie à lui seul l'existence d'un site.

Ce que vous devez comprendre, c'est que le référencement n'est pas assujetti à des qualités littéraires (un texte de Baudelaire n'aura pas plus de chance d'être mieux placé qu'un texte de M. Dupont, du moins pas directement), ni à du contenu inédit (pour le moment, techniquement, rien n'empêche concrètement la duplication de textes, d'images ou de sons, même si c'est condamnable et proscrit par la plupart des moteurs de recherche, surtout Google). De même, un site peut être correctement positionné sans avoir démontré ni son intérêt, ni sa nécessité !

De tels propos ne doivent pas vous empêcher d'avoir une certaine estime pour votre site. Pour vous, il est impératif qu'en tapant un ou plusieurs mots clés celui-ci apparaisse dans les différents moteurs de recherche en position favorable. C’est-à-dire en première page si possible.

Oui, mais... tout le monde veut être en première page !

C'est vrai, c'est un sacré dilemme ! Tous les webmasters se bousculent au portillon et il n’y a de place que pour quelques-uns. Comment faire me direz-vous ?

Je ne dévoilerai ici aucun secret, si tenté que le moindre webmaster détienne un secret. Derrière quelques généralités et des conseils de bon sens que l’on peut trouver ici et là sur la Toile, dans ce domaine, c’est surtout l’expérience personnelle qui prévaut. Tout le reste est de l’attrape-nigaud qui se combine le plus souvent avec des objectifs purement financiers. Ne prenez pas pour argent comptant tout ce que vous lirez ou entendrez !

Retenez avant tout que les moteurs de recherche ne sont pas statiques, et que continuellement ils modifient leur calcul (algorithme). C’est-à-dire que si vous obtenez un jour une position favorable en première page sur une requête précise (un mot ou une suite de mots), celle-ci n’y restera pas indéfiniment. Et quand ce ne sont pas les moteurs qui piquent leur crise, c’est l’arrivée de nouveaux sites qui bouscule le palmarès gagnant. C'est ainsi !

Le référencement, c’est comme le progrès en médecine, cela ne s'arrête jamais, mais à la différence près que pour le référencement il est impossible de tout comprendre au moment où les changements interviennent... Tout les commentaires autour de l'événement ne seront que de pures spéculations, et si par chance un jour vous arrivez à comprendre, vous aurez déjà quelques longueurs de retard ! N'oubliez pas que la logique d'un moteur de recherche n’émane pas d'une seule donnée, mais d'une combinaison de données qui se croisent ou qui se rejettent.

Alors, faut-il avoir alors un brin de folie pour ne pas laisser tomber au bout de quelques jours ? Oui et non, car vous n’avez pas vraiment le choix. Le seul résultat qui vous autorise à croire que vous êtes un « caïd » du référencement sera de vous placer en peu de temps en première position en tapant l’adresse de votre site ou celui de votre nom (à condition qu'il ne soit pas l'homonyme d'une personnalité célèbre).

Par contre, dès que vous taperez un mot plus généraliste dans le moteur de recherche, votre position favorable sera plus difficile à conserver en raison d’une part de la concurrence qui sera certainement plus vive (nombre de requêtes) et d’autre part pour des raisons qui échapperont totalement à votre contrôle. Une lettre en trop ou une faute d’orthographe tapée par un internaute suffiront à changer votre omniprésence en invisibilité malheureuse. "L'intelligence" des moteurs s'améliore, mais a encore quelques limites !

Contrairement à la création d’un site réalisé par vos soins, dans le domaine du référencement, vous n’êtes pas totalement maître de l’aboutissement de votre travail, mais vous pouvez tout de même chercher à l’améliorer et à comprendre ses points les plus importants. Il faut tester, expérimenter, parfois revenir en arrière pour aller ensuite de l’avant. Le référencement demande réflexion. Par exemple, les pages anciennes qui reçoivent peu de visites demandent parfois une nouvelle vitalité pour grimper dans le classement des moteurs. Quelques changements de son contenu, comme le titre de la page et le nom des paragraphes suffisent parfois.

Contrairement au passé, il n’est plus utile de courir après le référencement. Même si celui-ci à toujours une certaine importance, c’est sur la diversité et la qualité qu’il faut miser. D’un côté les liens qui font écho à votre site : annuaire, site, blog, forum, et de l’autre le contenu de votre site qui doit marier richesse et originalité.

À titre d'info, nous vous proposons de consulter un guide de référencement concernant le moteur de recherche Google. Ce guide ne dévoile pas de secrets, mais les consignes qu'il contient seront certainement vous apporter quelques réponses supplémentaires : Guide de démarrage Google (fomat pdf)


LE SITE COMMUNAUTAIRE, UN OUTIL DE RÉFÉRENCEMENT OU DE POPULARITÉ ?

On lit parfois qu’il est bon de partager sur Twitter, d’avoir des « amis » sur Facebook, de trouver les « phrases chocs » dans le seul but d’obtenir quelques visites supplémentaires sur son site. Certes, il est toujours bon d’avoir des internautes qui apprécient vos infos, seulement voilà... les "fidèles amis" peuvent la partager sans forcément cliquer sur le lien présent qui conduit sur votre site. Les sites communautaires entraînent parfois des comportements étranges que je me garderais bien d'expliquer !

De temps en temps, la Toile est envahie par des "Intox". Citons pour mémoire cet exemple qui remonte maintenant à quelques années et qui laissait entendre que la quantité des « j’aime » sur Facebook pouvait augurer des réactions positives du côté des moteurs de recherche.

En quelques jours, l'intox s'était propagée en s'appuyant sur une autre info, celle-ci bien réelle, qui permet d’acheter des « j’aime » sur Facebook (exemple : businesswebmonkey.com) ; cette manœuvre ayant pour but de donner l’illusion qu’un artiste ou une entreprise est vraiment populaire avec ses milliers de « j’aime ». Le reportage ci-dessous explique très bien ce qui existe à grande échelle. Ici, ce sont de faux internautes indiens qui se cachent derrière des pseudonymes sur Facebook et qui "likes" (aimer) pour une misère.


LES USINES À "LIKE"


Par Elian Jougla (Cadence Info - 02/2014 - mise à jour 01/2019)


À CONSULTER

CONTENU ET DESIGN D'UN SITE WEB ARTISTIQUE

DIFFUSER SA MUSIQUE SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX


RETOUR SOMMAIRE
    YouTube