ANALYSEDISQUESFAITS DIV.HISTOIREINTERVIEWLIVRESPORTRAIT
STATS MOIS NOVEMBRE 2018
80.890 visiteurs
530.079 pages visitées
(source AW Stats)

MUSIQUE DE FILMS


FRANCIS LAI, PORTRAIT ENTRE LES NOTES D’UNE MUSIQUE DE FILM

En France, la musique de films est avare de noms prestigieux. Outre les vétérans que sont Michel Legrand et Vladimir Cosma, un autre compositeur de leur génération était jusqu'à présent à leurs côtés : Francis Lai. Ce compositeur discret, ce grand mélodiste qui revendiquait son rapport à la musique comme étant celle d'un autodidacte, est connu du grand public pour être indissociable des films de Claude Lelouch...


FRANCIS LAI, DERRIÈRE L’ÉCRAN

L’actif de Francis Lai est imposant en ayant composé plus de 100 films et en signant plus de 600 chansons pour des interprètes très divers allant de Mireille Mathieu (pour qui il écrira une quarantaine de chansons) à Yves Montand (À bicyclette) en passant par Serge Reggiani, Dalida ou encore Nicoletta et Johnny Hallyday.


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


Francis Lai est l‘un des rares auteurs de musique de films à utiliser l’accordéon pour composer. C’est d’ailleurs avec cet instrument qu’il débute sa carrière à Paris. Après un court passage dans l’orchestre de Michel Magne, il a l’occasion de se faire remarquer en accompagnant Édith Piaf, pour laquelle il écrira L’homme de Berlin.

Désormais, l’instrument ne le quittera plus. Avec la complicité de son ami poète et chanteur Bernard Dimey, il se lance dans l’écriture de chansons pour les grands interprètes des années d’après-guerre. Édith Piaf, mais aussi Yves Montand et Juliette Gréco auront l’occasion de mettre au cœur de leur répertoire les premières ritournelles signées Francis Lai.

À la fois simples et lyriques, tendres et émouvantes, mais pas nécessairement faciles, les mélodies romanesques de Francis Lai deviennent vite entêtantes. C’est comme si un voile se levait, celui d’une force créative qui se marie à travers un talent rare, inconscient de sa portée.

L’homme est timide et humble, toujours souriant, et doté d’une profonde sensibilité. Quand il rencontre le jeune cinéaste Claude Lelouch en 1965 grâce à un ami commun, Pierre Barouth, l’entente est immédiate. L’idée de s’associer au projet que Claude Lelouch a en tête, la réalisation d’un nouveau film qui doit s’intituler « Un homme et une femme » fait alors son chemin.


"DA BA DA BA DA", UN HOMME ET UNE FEMME

Avec seulement quelques notes et un drôle de « dabadabada » qui l’accompagne, Francis Lai réussi à créer un climat musical qui s’associe parfaitement avec la façon de filmer du réalisateur (plan panoramique, caméra sur l’épaule). Pour le compositeur, la musique de ce film va marquer un tournant dans sa carrière. Pierre Barouh, grâce ou à cause de ce « dabadabada » atypique finalisera une nouvelle idée du rapport entre une musique, un scénario et sa mise en image. Par la suite, la popularité de ce « dabadabada » chanté par Nicole Croisille se transformera en un « chabada-bada » pour le commun des mortels.


FRANCIS LAI : UN HOMME ET UNE FEMME (suite)

Conscient du succès du film, mais aussi de la portée de la musique qui l’accompagne, Françis Lai ne pourra s’empêcher de l’évoquer plus de soixante après quand son ami Pierre Barouh décèdera en janvier 2017 : « La musique c'est quelque chose d'inexplicable. C'est un thème facile à mémoriser et c'est ce que cherchait Lelouch, un thème facile à mémoriser à la première écoute » et de rajouter : « "da ba da ba da", c'est uniquement une allusion au jazz. On était tous mordus de jazz et ce "da ba da ba da", cette espèce d'onomatopée, a été la prolongation de ces strophes. C'est un peu devenu notre signature. » (source AFP).

Le film, devenu un succès international, conduit alors ce musicien encore inconnu du 7e art, à rentrer par la grande porte. Les vedettes internationales s’intéressent à lui, et de grands orchestres à travers le monde enregistrent ses musiques.


FRANCIS LAI, UN COMPOSITEUR DE L'ÉCLECTISME

Si durant sa longue carrière Francis Lai est resté attaché au cinéma de Claude Lelouch : Vivre pour vivre, Un homme qui me plaît, 13 jours en France, Edith et Marcel, La vie, l’amour, la mort… jusqu’à avoir récemment travaillé sur de nouveaux enregistrements pour la suite de Un homme et une femme, le compositeur ouvrira son cœur et ses oreilles à d’autres réalisateurs : Terence Young avec Mayerling (1968), René Clément pour Le passager de la pluie (1969), sans oublier l’année suivante la musique chargée de bons sentiments, Love Story d'Arthur Hiller, et pour laquelle Francis Lai recevra un Oscar. La chanson Where Do I Begin interprété dans la BO par Shirley Bassey et Andy Williams trouvera son écho en France grâce à Mireille Mathieu sous le titre Une histoire d’amour.

Avec sa musique sirupeuse, tantôt légère, parfois dramatique, illustrée de temps en temps par quelques variantes symphoniques ou quelques déclinations "jazzy", Francis Lai justifiera bien souvent l'intérêt de la trame mélodique en ne plaçant au bon endroit et au bon moment que les notes nécessaires. Ce regard bienveillant et économe porté sur la mélodie est certainement ce qui définit au mieux son style.


FRANCIS LAI : LES RIPOUX (générique)

Au début des années 70, conjointement avec l’arrivée commerciale des synthétiseurs, Françis Lai découvre l’accordéon électronique, un instrument pour lequel il se passionne et qui lui permet d’ouvrir encore d’avantage son imaginaire. Possédant des goûts musicaux éclectiques allant du jazz bop (Miles Davis, Charlie Parker) au rock (Muse, Coldplay) au classique (de Bach à Stravinsky) jusqu’à la musique contemporaine, Francis Lai avait soif de découverte. Il avait accordé une place toute particulière à la recherche sonore et l’informatique musicale ; un intérêt qui ne s’est jamais démenti.

Le 7 novembre 2018 à l’âge de 86 ans, le compositeur s’est éclipsé à tout jamais. Francis Lai laisse derrière lui de nombreuses mélodies à la fois belles et inoubliables. Un plongeon dans ses musiques ne peut que faire du bien ou surprendre celui ou celle qui connaissait mal sa carrière au verbe musical posé.

Par Elian Jougla (Cadence Info - 11/2018)


FRANCIS LAI : LES 20 MUSIQUE DE FILMS À DÉCOUVRIR

  • 1966 - Un homme et une femme de Claude Lelouch
  • 1967 - Le soleil des voyous de Jean Demannoy
  • 1969 - Le passager de la pluie de René Clément
  • 1970 - Love Story d'Arthur Hiller
  • 1973 - L'aventure c'est l'aventure de Claude Lelouch
  • 1976 - Le bon et les méchants de Claude Lelouch
  • 1976 - Le corps de mon ennemi d'Henri Verneuil
  • 1981 - Les uns et les autres de Claude Lelouch
  • 1982 - Édith et Marcel de Claude Lelouch
  • 1984 - Les ripoux de Claude Zidi
  • 1987 - Association de malfaiteurs de Calude Zidi
  • 1988 - Attention bandits ! de Claude Lelouch
  • 1989 - La passion de Bernadette de Jean Delannoy
  • 1989 - Trop belle pour toi de Bertand Blier
  • 1993 - L'inconnu dans la maisonde Georges Lautner
  • 1994 - Les misérables de Claude Lelouch
  • 1994 - Les clés du paradis de Philippe de Broca
  • 1998 - Hasards ou coïncidences de Claude Lelouch
  • 2005 - Le courage d'aimer de Claude Lelouch
  • 2016 - Un plus une de Claude Lelouch
RETOUR SOMMAIRE 'MUSIQUE DE FILMS'