NEWSRECHERCHEPROPOSERCHANSONCLASSIQUEINSTRUMENTJAZZMUS. FILMSMUS. SOCIÉTÉROCK & CoSON TECH.BLUES, SOUL...
QUELQUES SUGGESTIONS...

INSTRUMENT DE MUSIQUE


FRANCISCO TARREGA,
LE SECOND SOUFFLE DE LA GUITARE CLASSIQUE

Tandis que le luth vit un développement particulièrement riche aux 16e et 17e siècle, la guitare, après avoir été un instrument populaire dans toutes les classes de la société, va être délaissée au 19e siècle. Elle va pourtant renaître et devenir un instrument de premier plan grâce à un guitariste espagnol, Francisco Tárrega, qui va transcrire pour la « six cordes » quelques grandes œuvres du répertoire pianistique…


LA GUITARE CLASSIQUE, UN INSTRUMENT PAS TRES SÉRIEUX…

L’histoire de la guitare débute dans l’Europe du 15e siècle. Il s’agit alors d’un petit instrument muni de quatre doubles cordes. À la Renaissance, elle n’est pas considérée comme un instrument sérieux, contrairement au luth qui ne cesse de lui faire de l’ombre. Pourtant l’instrument est pratiqué par des grands maîtres. De plus, la guitare classique d’alors possède quelques particularités dignes d’intérêt, notamment une plus grande diversité de timbres et d’expression, et plus de vélocité.


Ad Block

Il semblerait que vous ayez installé un bloqueur publicitaire sur votre ordinateur. Celui-ci vous empêche de consulter cette page dans sa totalité et dans des conditions visuelles optimisées. La mise en ligne d'encarts publicitaires non intrusifs permet à ce service d'exister durablement.

Pour ne plus subir cette restriction sur d'autres pages du site, nous vous conseillons de désactiver votre bloqueur publicitaire pour l'ensemble du site "www.cadenceinfo.com". Merci de votre compréhension.

Procédure pour autoriser "cadenceinfo.com"


À l’époque baroque, la tessiture de l’instrument se bonifie d’une cinquième double corde, et c’est vers la fin de cette période qu’elle atteint sa forme actuelle, avec ses six cordes simples. Dès lors, la guitare devient très populaire en Espagne. L’essentiel de son répertoire va provenir de ce pays.

Dès le 18e siècle, quelques compositeurs commencent à écrire pour l’instrument, comme par exemple Sor, Guilliani, Carcassi et Carulli. De nombreux concerts lui sont consacrés, mais l’absence d’œuvre de « grands » compositeurs va provoquer son déclin. Ce manque d’intérêt s’explique par cette citation de Berlioz : « En vérité, on ne peut composer pour cet instrument que si l’on en joue soi-même. »

Dans l’enseignement de la musique du 19e siècle, le choix des œuvres privilégie traditionnellement les genres musicaux et les instruments sur lesquels est centrée la formation des enseignants au conservatoire. De ce fait, malgré sa popularité et sa longue histoire, la guitare classique est particulièrement délaissée, d’autant qu’elle n’a jamais vraiment été prise au sérieux au plan artistique.

La popularité de la guitare décline visiblement, jusqu’au jour où un jeune guitariste espagnol, Francisco Tárrega, part en croisade afin de reconquérir le terrain perdu. Grâce à ses compositions et à ses concerts, le regain d’intérêt pour cet instrument va renaître et va perdurer jusqu’à nos jours en étant relayé par quelques grands interprètes tels que Segovia, Yepes, Nagoya et Bream.

Francisco Tarrega (années 1900)


L’IMPORTANCE DE FRANCISCO TARREGA

Né à Villareal en 1852 Francisco Tárrega y Eixea se met à apprendre la guitare à l’âge de dix ans. À l’époque, l’instrument préféré de la bonne société espagnole est le piano, à la fois plus fort et plus sonore. C’est pourquoi son père exige que son fils apprenne aussi à jouer du piano, si bien que Tárrega acquiert très tôt de solides bases dans ces deux instruments.

En 1874, le jeune guitariste commence ses études au conservatoire de Madrid où il reçoit une formation approfondie en théorie de la musique et en harmonie. A cette époque, le célèbre luthier de Séville, Antonio Torres fait des essais avec des guitares nettement plus grandes et plus sonores et Tárrega a de la chance de pouvoir acheter un de ces instruments.

C’est essentiellement à cette évolution de la lutherie que la guitare classique doit la nouvelle envolée de sa popularité au 20e siècle. Pourtant, le manque de partitions pour la guitare et, surtout, de morceaux à jouer en concert, se fait cruellement sentir. C’est sur ce point que se situe l’importance de Tárrega pour l’histoire de la musique. En plus de quelques 80 œuvres qu’il compose lui-même, le talentueux guitariste adapte pour l’instrument de très nombreux morceaux, en particulier tirés de la littérature musicale du piano. C’est ainsi qu’il adapte par exemple la « Sonate au clair de lune » de Beethoven et plusieurs préludes de Chopin.

À partir de 1877, Francisco Tárrega peut vivre des revenus que lui procurent ses concerts et son activité de professeur de guitare. Il est le premier à utiliser ses ongles pour jouer et il écrit une méthode de guitare. Lors de ses tournées, qui le conduisent entre autres à Paris, Londres et Rome, il est célébré comme le « Sarasate » de la guitare. En 1906, au faîte de sa gloire, il est victime d’une paralysie. Il décède 2 ans plus tard à Barcelone, ville où il a vécu depuis 1855.


FRANCISCO TARREGA - RECUERDOS DE LA ALHAMBRA
John Williams (guitare)


RECUERDOS DE LA ALHAMBRA

Le morceau « Recuerdos de la Alhambra » * (Souvenirs de l’Alhambra), dédie au guitariste Alfredo Cottin, est certainement la composition la plus connue de Francisco Tárrega. Elle fait non seulement partie du répertoire de base de tout guitariste professionnel, mais constitue aussi un défi pour n’importe quel guitariste amateur. C’est son trémolo continuel, destiné à compenser l’impossibilité de tenir des sons, qui caractérise ce morceau. Si l’on supprime ce trémolo, il reste une mélodie folklorique facile à mémoriser, avec une base harmonique toute simple alternant une tonalité mineure et majeure. Cette brève composition s’achevant par une coda.

* : le nom Alhambra vient de l’arabe et signifie « forteresse rouge » Il en existe plusieurs en Espagne, la plus célèbre et la plus importante étant celle de Grenade.

Par D. Lugert (Cadence Info - 11/2013)


RETOUR SOMMAIRE