JAZZ ET INFLUENCES


MELODY GARDOT : 'SUNSET IN THE BLUE', UNE COLLECTION DE CHANSONS D’AMOUR

Réalisé avant et pendant le confinement, et sortie fin octobre 2020, le cinquième album de Melody Gardot, Sunset in the blue, est constitué majoritairement de ballades extrêmement lascives. Avec une douceur exquise dans la voix, la chanteuse nous plonge sans aucun doute dans les vertiges de l’amour, les siens, mais aussi les nôtres.


À PROPOS DE ‘SUNSET IN THE BLUE’

L'album Sunset in the Blue a-t-il l'âme blues ? Le dernier disque de la plus française des jazzwomen américaines nous plongerait-il pas dans une mélancolie à laquelle s’accroche tout amour éternel. Tout n’est que douceur dans cet opus, à commencer par la voix de la chanteuse qui nous berce indéniablement ; ensuite à travers des orchestrations mesurées, ponctuées par le frottement des balais et le jeu économe de la guitare et de la contrebasse, et où un tapis de cordes enrobe nos oreilles de leur délicatesse.

Le rêve s'installe... If you love me, C’est magnifique, There where he lives in me, Love song… Les titres s’enchaînent et rien ne vient troubler ce sentiment de quiétude qui nous encourage à poursuivre de plage en plage. Arrivant sur le tard, seuls les titres Ninguém, Ninguém visiblement jazz samba et le « popisant » Little Something chanté en duo avec Sting restent l’exception en s’accrochant à des tempos un peu plus appuyés que la moyenne. On notera la reprise de Moon River de Mancini qui continue d’accrocher aux étoiles, cinquante ans après sa création, sa belle mélodie nostalgique, et la belle interprétation tout en retenue du standard I fall in love too easily.


MELODY GARDOT : 'MOON RIVER'

VOIR LA VIDÉO

Cinq ans après avoir publié Currency of man, Melody Gardot livre un album touchant à la corde sensible. Composé de treize magnifiques titres fort bien réalisés, kitsch peut-être ou lounge diront certains, mais que cela fait du bien de se laisser porter, surtout quand une interprète est capable d’exprimer avec sa voix autant de pudeur que d’émotions. Un album certes très cool, qui casse peut-être les codes en vigueur par son ambiance, mais comme le dit si bien la chanteuse : « Nous les artistes, notre job, c'est normalement de régler les problèmes des autres avec quelque chose qui les soigne émotionnellement. » La musique n’a-t-elle pas toujours eu cette vocation ? Sunset in the blue est visiblement une ode à l'amour, et les racines jazz qu’on prête souvent à la chanteuse trouvent ici d’autres échos, ne seraient-ce qu’à travers le duo qu’elle forme avec Sting. La classe parle et le silence s'installe prêt à recueillir chaque onde d’amour naissant.

© www.facebook.com/melodygardot


MELODY GARDOT : 'FROM PARIS WITH LOVE'

VOIR LA VIDÉO

FACE AU COVID

Au départ de la préparation de Sunset in the Blue, dans le but de soutenir les musiciens durant la Covid-19, Melody Gardot avait lancé un casting sur les réseaux sociaux pour créer un orchestre numérique international. « Parfois, il faut utiliser les technologies qu'on a pour essayer de dire "OK ! Maintenant, on ne peut pas se rejoindre, on ne peut pas être ensemble, mais quand même, la musique devrait exister. » (1)

Abordé comme un challenge, l’album a été enregistré aux studios d’Abbey Road à Londres et réalisé dans les conditions difficiles dues au confinement. « Comment on va travailler si la chanteuse n'est pas avec l'orchestre ? Comment on va travailler si le chef d'orchestre n'est pas là ? Comment on va travailler si les musiciens sont à deux mètres de distance ? Ca ne change pas uniquement la manière de travailler mais ça change le son. » raconte Melody Gardot (1) Le titre Little Something en duo avec Sting ne fera pas exception et sera interprété à bonne distance pour les mêmes raisons.

1 – source France Bleu

Par Elian Jougla (Cadence Info - 12/2020)

À CONSULTER

MELODY GARDOT, BIOGRAPHIE/PORTRAIT


RETOUR SOMMAIRE
Facebook   Twitter   YouTube

sites partenaire : pianoweb.fr - musicmot.com